Rechercher
Rechercher

Athlétisme

Duplantis, la perche sans limites

Duplantis, la perche sans limites

Perchiste hors normes, le prodige Armand Duplantis (20 ans) n’en finit pas de repousser les limites : jeudi dernier à Rome, le recordman du monde (6,18 m en salle) a dépassé le mythique Sergeï Bubka en plein air (6,15 m). Andreas Solaro/AFP

Jusqu’où peut-il aller ? Perchiste hors normes, le prodige suédois Armand Duplantis (20 ans) n’en finit pas de repousser les limites : après avoir dépassé le mythique Sergeï Bubka en plein air (6,15 m), jeudi dernier à Rome, le recordman du monde (6,18 m en salle) a tous les atouts pour emmener la perche vers des territoires encore inconnus.

Vitesse

Tous les spécialistes s’accordent sur un point : « Mondo » est le plus véloce des perchistes de sa génération, voire de tous les temps. Avec un chrono à 10 sec 56 sur 100 m en juniors, le champion d’Europe 2018 et vice-champion du monde 2019 n’a pas réellement d’équivalent et possède ce petit truc en plus qui lui permet de s’élever très, très haut. « Il n’est pas fort et puissant, il est rapide, il est capable d’arriver beaucoup plus vite et de plier des perches plus dures, analyse ainsi Damien Inocencio, ancien entraîneur de Renaud Lavillenie, qui officie désormais en Chine. C’est un vrai athlète, capable d’aller très vite et de s’engager dans la perche. » Ce qui fait aussi la différence, selon Philippe d’Encausse, l’actuel coach de Lavillenie, c’est sa capacité à être « relâché » malgré sa vitesse et « d’être très propre techniquement ». « Bubka était grand et très costaud, presque robotique, il avait une manière de sauter et pas une autre, alors que Duplantis sait s’adapter aux situations », ajoute le technicien.

Confiance en soi

La performance de Duplantis à Rome est également le signe d’un mental à toute épreuve. Damien Inocencio est catégorique : « 6,15 m en extérieur, c’est plus fort que 6,18 m en salle. » Il faut en effet être costaud dans sa tête pour pouvoir déjouer les conditions parfois capricieuses (météo, vent) d’un concours de perche en extérieur. « Une performance en plein air est plus dure à planifier, explique encore Inocencio. En plus, à Rome, il était tout seul, sans son père et sa mère, ses deux entraîneurs. À 20 ans, avoir les épaules pour s’attaquer à un record du monde sans son coach, ça prouve un mental et une détermination. C’est un vrai gamin, mais il devient un homme sur une piste et peut tout faire tout seul. » « Il a une maturité exceptionnelle », abonde d’Encausse.

Le meilleur est-il à venir ?

Au vu de ce qu’il réussit à seulement 20 ans, Duplantis a le talent et le potentiel pour déjouer toutes les prévisions et atteindre des sommets encore insoupçonnés. Pour situer son niveau, il faut rappeler qu’au même âge, Bubka et Lavillenie étaient à des années-lumière du Suédois (5,70 m pour l’Ukrainien, 5,22 m pour le Français). « Il est en train d’ouvrir de nouveaux horizons, mais il risque d’être tout seul pendant un bon moment. Faire 6 m, on voit à peu près ce que ça représente et c’est déjà hors normes. Faire 6,20 m, je n’en vois pas un le faire avant un petit moment », estime Philippe d’Encausse. « Il m’a surpris quand il a fait 6,05 m aux championnats d’Europe en 2018 alors qu’il n’était que junior, poursuit-il. En juniors, quand on fait 5,70 ou 5,80 m, c’est déjà exceptionnel. Donc maintenant, c’est la suite logique. Il n’y a pas de raison qu’il s’arrête. Il est très jeune et a une marge phénoménale. »

La plus grande difficulté pour le Suédois sera surtout de savoir se remettre en cause et se motiver après avoir déjà touché du doigt la perfection à 20 ans. Jeudi, après son exploit, il n’a pas hésité à parler de « soulagement », ce qui résume bien la pression qu’il a subie ces dernières semaines dans l’attente du record. Il sera aussi attendu lors des grands événements (Jeux olympiques, Mondiaux), lui qui ne compte qu’une médaille d’or (Euro 2018) à son palmarès. « Il n’a pas de limite technique ou physique, affirme Damien Inocencio. Le plus dur sera de gérer la petite dépression que l’on peut avoir après avoir battu des records aussi jeune. C’est compliqué de trouver une motivation pour sauter encore plus haut. Sa carrière va se jouer là-dessus. Mais si on regarde ce qu’il a fait cet hiver, il peut sauter entre 6,30 m et 6,40 m. »

Keyvan NARAGHI/AFP


Jusqu’où peut-il aller ? Perchiste hors normes, le prodige suédois Armand Duplantis (20 ans) n’en finit pas de repousser les limites : après avoir dépassé le mythique Sergeï Bubka en plein air (6,15 m), jeudi dernier à Rome, le recordman du monde (6,18 m en salle) a tous les atouts pour emmener la perche vers des territoires encore inconnus.

Vitesse

Tous les...

commentaires (0)

Commentaires (0)