Rechercher
Rechercher

Liban

Deux corps repêchés au large de Zouk et de Sarafand

Deux corps repêchés au large de Zouk et de Sarafand

Des embarcations de la Défense civile libanaise. Photo d'archives Joseph Eid

Deux nouveaux corps sans vie ont été retrouvés dimanche au large de Zouk (Kesrouan) et de Sarafand (caza de Saïda). Il n'était pas clair s'il agit de personnes ayant tenté de quitter le Liban de manière clandestine par la mer vers Chypre.

En début d'après-midi, la Défense civile a retrouvé la dépouille d'une personne flottant à la surface de l'eau au large de la centrale électrique de Zouk, ont rapporté plusieurs médias locaux. Il n'était pas encore clair s'il s'agissait d'une personne ayant tenté de fuir le pays de manière clandestine.

Plus tôt dans la journée, un pêcheur a trouvé un corps flottant à la surface de l'eau au large de l'hôtel Mounès situé dans la localité de Sarafand. Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), il pourrait s'agir d'un migrant clandestin. Il a ensuite prévenu les forces de sécurité. Une patrouille de la marine de l'armée libanaise s'est alors rendue sur les lieux et repêché le corps qui a été transporté à l'hôpital Alaeddine dans la localité.

Samedi, la dépouille d'un enfant qui se trouvait à bord d'une embarcation de fortune avec d'autres migrants avait été retrouvée par la Défense civile au large de Batroun, au Liban-Nord. La veille, une autre dépouille avait été retrouvée au large de Saadiyate, dans le Chouf, au sud de Beyrouth.

Le 14 septembre, des survivants d'une embarcation de fortune avaient été secourus par la Force opérationnelle maritime de la Finul. Trente-sept personnes se trouvaient encore à bord, dont 12 enfants. Plusieurs passagers sont décédés au cours des sept jours de voyage en mer, dont des enfants et une femme. Lorsque le bateau a finalement atteint Beyrouth, plusieurs passagers étaient dans un état critique et ont dû être transportés d'urgence à l'hôpital. Face à cette tragédie, l'ONU a fait part de sa profonde inquiétude et appelé à s'attaquer à la racine du problème

Les autorités libanaises ont commencé à se mobiliser vendredi soir. Samedi, l'armée avait déclaré que les opérations de recherche se poursuivaient dans les eaux territoriales libanaises afin de retrouver les corps de passagers de plusieurs bateaux ayant quitté les côtes du Liban ces derniers jours dans des tentatives d'émigration clandestine. Les services de renseignement ont, eux, annoncé avoir arrêté à Tripoli un homme qui servait d'intermédiaire entre les personnes souhaitant émigrer et les passeurs.


Deux nouveaux corps sans vie ont été retrouvés dimanche au large de Zouk (Kesrouan) et de Sarafand (caza de Saïda). Il n'était pas clair s'il agit de personnes ayant tenté de quitter le Liban de manière clandestine par la mer vers Chypre.

En début d'après-midi, la Défense civile a retrouvé la dépouille d'une personne flottant à la surface de l'eau au large de la centrale...