Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

"Certains ont tenté de pousser le pays vers un chaos sécuritaire et constitutionnel", selon le Hezbollah

Le bloc parlementaire du Hezbollah réuni le 21 novembre 2018. Photo d'archives fournie par le bureau de presse du Hezbollah

Le groupe parlementaire du Hezbollah a accusé mercredi "certaines parties politiques et certains médias de pousser le pays vers le chaos sécuritaire et constitutionnel", après les explosions meurtrières qui ont ravagé le port de Beyrouth et des quartiers de la capitale, le 4 août, tuant plus de 170 personnes selon un bilan encore provisire.

"Au moment où le pays a besoin de solidarité nationale, certaines parties politiques et certains médias aux objectifs connus ont tenté de pousser le pays vers le chaos sécuritaire et constitutionnel et de créer une vacance au sein des institutions étatiques (...)", a affirmé le groupe parlementaire du parti chiite, à l'issue de sa réunion hebdomadaire. Il fait référence à la chute du gouvernement de Hassane Diab, le 10 août, six jours après le drame, et les manifestations populaires émaillées de violences qui ont lieu presque chaque soir depuis samedi.

"La priorité nationale va au secours de Beyrouth qui a été sinistrée, à la recherche des disparus et au pansement des plaies, au réconfort des proches des martyrs, au logement de ceux qui ont perdu leur domicile (...) et à la reconstruction, a ajouté la formation. Tout cela ne pourra être suffisant à panser les plaies si toute la vérité sur le drame n'est pas faite à travers une enquête nationale juste et transparente à laquelle aspirent les Libanais pour juger les responsables et les sanctionner le plus fermement possible, quelles que soient les fonctions politique, sécuritaire ou judiciaire qu'ils occupent".

Le groupe du Hezbollah a enfin appelé à "la formation rapide d'un gouvernement capable et efficace, qui soit à la hauteur des responsabilités nationales qui lui incombent, surtout que le pays doit se relever de cette catastrophe et faire face à la crise financière et économique".


Le groupe parlementaire du Hezbollah a accusé mercredi "certaines parties politiques et certains médias de pousser le pays vers le chaos sécuritaire et constitutionnel", après les explosions meurtrières qui ont ravagé le port de Beyrouth et des quartiers de la capitale, le 4 août, tuant plus de 170 personnes selon un bilan encore provisire.

"Au moment où le pays a besoin de...