Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Explosions de Beyrouth

Des responsables se penchent sur la question des bâtiments traditionnels

Des responsables se penchent sur la question des bâtiments traditionnels

Un homme devant les fenêtres de sa maison soufflées par la double explosion du port de Beyrouth, le 7 août 2020. Photo AFP / -

La question de la protection des bâtiments traditionnels détruits dans le centre-ville de Beyrouth après la double explosion dans le port a fait réagir mercredi plusieurs responsables, ce qui a notamment poussé les ministres de la Culture, Abbas Mortada, et des Finances, Ghazi Wazni, à prendre des mesures pour éviter que les quartiers dévastés ne soient exploités par de grands projets immobiliers.

Le président de la Chambre, Nabih Berry, a notamment demandé aux ministres des Finances, Ghazi Wazni, et de la Culture d'empêcher "toute exploitation et atteinte" aux bâtiments endommagés ou toute modification du caractère architectural, patrimonial ou historique de ces bâtiments. Dans ce cadre, il a réclamé que toute transaction d'achat ou d'assurance des biens immobiliers concernés soit interdite, ainsi que toute modification apportée dans les registres du cadastre. M. Berry a demandé à ce que ces procédures soient mises en vigueur "jusqu'à ce que tous les travaux de restauration soient terminés". 

Dans ce cadre, M. Mortada a annoncé avoir pris de telles mesures "afin de protéger le caractère architectural, démographique et historique" des quartiers concernés. 

Par ailleurs, le leader druze Walid Joumblatt a mis en garde contre toute "destruction du patrimoine de Gemmayzé, Mar Mikhayel et Achrafiyé de la part de la municipalité de Beyrouth, pour le compte d'intermédiaires douteux". "La municipalité possède les fonds nécessaires pour restaurer les bâtiments traditionnels et aider les sinistrés, il est temps que ces fonds soient dépensés en faveur des habitants et de Beyrouth", a-t-il ajouté. 

Ces derniers jours, de nombreuses informations ont circulé sur les réseaux sociaux mettant en garde les propriétaires de bâtiments dans les quartiers dévastés de ne pas vendre leurs biens, afin d'éviter qu'ils ne soient rasés et remplacés par des projets immobiliers qui dénatureraient le caractère traditionnel de ces quartiers. 

Les explosions du 4 août ont fait, selon le dernier bilan provisoire, 171 victimes, plus de 6.000 blessés et 300 000 sans-abris. Entre 20 et 30 personnes sont toujours portées disparues.



La question de la protection des bâtiments traditionnels détruits dans le centre-ville de Beyrouth après la double explosion dans le port a fait réagir mercredi plusieurs responsables, ce qui a notamment poussé les ministres de la Culture, Abbas Mortada, et des Finances, Ghazi Wazni, à prendre des mesures pour éviter que les quartiers dévastés ne soient exploités par de grands projets...