Rechercher
Rechercher

Politique

Hassane Diab : Ils sont la véritable catastrophe

Hassane Diab : Ils sont la véritable catastrophe

Hassane Diab, lors de l’annonce de sa démission, hier soir. AFP/Dalati et Nohra

« J’ai eu l’occasion de dire que le système de corruption était profondément enraciné dans les articulations de l’État, mais j’ai découvert que ce réseau de corruption était plus grand que l’État (…) C’est un échantillon de cette corruption qui a explosé au port de Beyrouth. »

Dans un réquisitoire implacable, le chef du gouvernement, Hassane Diab, a accablé, sans nommer quiconque, le système politique en place, avant de réclamer que les responsables du « crime » du port de Beyrouth soient traduits en justice et de présenter la démission de son gouvernement. « Ils sont d’une autre époque, a noté le chef du gouvernent sortant. (…) Ils n’ont rien compris à la révolution du 17 octobre (...). Il faut les changer car ils sont la véritable catastrophe du pays. » Et de reprocher à l’establishment politique d’avoir « tenté de faire porter au cabinet la responsabilité de l’effondrement économique et de la dette ».

« Nous avons combattu avec honneur, s’est défendu M. Diab (…).

Ce gouvernement n’a épargné aucun effort pour dessiner une feuille de route qui pourrait sauver le pays. Tous ses ministres ont fait de leur mieux, sans intérêt personnel. Tout ce qui nous importait, c’était de sauver le pays (...). Mais la bataille était inégale. Nous étions seuls et ils étaient tous ligués contre nous. Ils ont utilisé toutes leurs armes, déformé les faits, falsifié les preuves, lancé des rumeurs, menti aux gens (...). Ils savaient que nous représentons une menace pour eux, et que le succès de ce gouvernement aurait signifié un réel changement au niveau de la classe dirigeante de longue date. »

« Nous voilà aujourd’hui, avec ce séisme qui a frappé le pays. Notre principale préoccupation est de traiter ses conséquences et mener rapidement l’enquête pour déterminer les responsabilités de chacun », a conclu M. Diab, se disant aux côtés de ceux qui réclament que les responsables de ce « crime » soient traduits en justice. « Nous faisons un pas en arrière pour mener la bataille du changement avec les gens. C’est pour cela que j’annonce aujourd’hui la démission de ce gouvernement. Que Dieu protège le Liban ! »


« J’ai eu l’occasion de dire que le système de corruption était profondément enraciné dans les articulations de l’État, mais j’ai découvert que ce réseau de corruption était plus grand que l’État (…) C’est un échantillon de cette corruption qui a explosé au port de Beyrouth. »

Dans un réquisitoire implacable, le chef du gouvernement, Hassane Diab,...

commentaires (6)

Ils... ceux qui l'ont précédés pendant 30 ans. Juste après la guerre. La liste serait surement longue à énumérer. A quoi bon les citer? Retour à la case départ. Celle des "tous oui tous". Le pouvoir est entre les mains des mêmes et est confisqué par les mêmes familles. C'est pas logique. Et c'est parce qu'on le veut bien. Beaucoup de personnes dans ce pays reçoivent une instruction très élevée. Mais n'accèdent pas à des responsabilités dans l'état. Il faut être "parrainé" par tel ou tel... c'est pas acceptable et pourtant largement accepté. Toutes ces familles oui toutes ne devraient plus être "regardées" par le peuple. Ils ne sont pas mieux que nous. Ils sont des êtres humains. Pas de raison d'accepter leur main mise. Cette soumission. Les nouveaux arrivés n'avaient pas d'intérêts financiers personnels. Puisqu'ils n'avaient pour la plupart jamais travaillé en politique. (C'est juste un avis. Pas la peine de s'énerver).

Sybille S. Hneine

09 h 18, le 11 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Ils... ceux qui l'ont précédés pendant 30 ans. Juste après la guerre. La liste serait surement longue à énumérer. A quoi bon les citer? Retour à la case départ. Celle des "tous oui tous". Le pouvoir est entre les mains des mêmes et est confisqué par les mêmes familles. C'est pas logique. Et c'est parce qu'on le veut bien. Beaucoup de personnes dans ce pays reçoivent une instruction très élevée. Mais n'accèdent pas à des responsabilités dans l'état. Il faut être "parrainé" par tel ou tel... c'est pas acceptable et pourtant largement accepté. Toutes ces familles oui toutes ne devraient plus être "regardées" par le peuple. Ils ne sont pas mieux que nous. Ils sont des êtres humains. Pas de raison d'accepter leur main mise. Cette soumission. Les nouveaux arrivés n'avaient pas d'intérêts financiers personnels. Puisqu'ils n'avaient pour la plupart jamais travaillé en politique. (C'est juste un avis. Pas la peine de s'énerver).

    Sybille S. Hneine

    09 h 18, le 11 août 2020

  • ""Hassane Diab, a accablé, sans nommer quiconque, le système politique"" EN D'AUTRES TERMES, KELLOUN DISAIT H DIAB. c'est finalement lui qu'est le dindon de la farce. j'avoue que la tentation d'etre nomme 1er ministre fut enorme . mais bon, mal lui en pris en commettant 2 fautes aussi enormes: croire en cette racaille qu'il a fini par accuser et croire en ses capacites propres.

    gaby sioufi

    09 h 08, le 11 août 2020

  • Discours pathétique ... à l'instar de tout son mandat.

    Patrick Accaoui

    08 h 51, le 11 août 2020

  • ILS - mais ILS qui - nommez les (nom de pipe) quelqu'un a le courage d appeler le chat un chat????

    Rita Selouan

    08 h 15, le 11 août 2020

  • "...réseau de corruption... ils... eux..." Mais qui sont ces fantômes? Il faut nommer les choses quelle telles, sinon arrêtez ces discours pour ne rien dire!

    Fadi Chami

    08 h 12, le 11 août 2020

  • Mon cher ami. On veut bien croire que tu as essayé, mais alors donne des noms, cite des faits. Te taire, c'est être complice..

    Yves Prevost

    07 h 11, le 11 août 2020