Rechercher
Rechercher

F1 / Affaire des pièces copiées

Renault gagne contre Racing Point

Renault gagne contre Racing Point

Duel entre Lance Stroll (Racing Point) et Esteban Ocon (Renault) lors du GP de Grande-Bretagne, dimanche dernier. Andrew Boyers/Pool/Reuters

Renault a gagné contre sa rivale Racing Point qu’elle accusait d’avoir copié certaines pièces de ses monoplaces engagées dans le championnat du monde de F1 directement sur la Mercedes de l’an passé, une décision qui va changer la manière dont les écuries collaborent.

Dans un premier temps, cette décision des commissaires techniques de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) va coûter à Racing Point 15 points au championnat du monde des constructeurs (7,5 points par voiture) et 400 000 euros d’amende (200 000 par voiture). Renault en profite en passant devant elle au championnat du monde, s’emparant de la 5e place. Les deux pilotes de Racing Point, Sergio Perez et Lance Stroll, ne perdent toutefois pas leurs points acquis depuis le début de la saison et l’écurie peut faire appel. Renault estimait que Racing Point avait copié pour sa voiture de cette année certaines pièces, dont les écopes de freins, de la Mercedes victorieuse l’an passé. L’écurie française avait déposé trois plaintes au total, à l’issue des GP de Styrie, de Hongrie et de Grande-Bretagne, pour chaque fois les mêmes motifs, et la décision de la FIA s’applique de la même manière aux trois dossiers. Les Racing Point – qui s’appelaient jusqu’en 2018 Force India et deviendront des Aston Martin l’an prochain – pourront toutefois conserver les écopes de frein incriminées car c’est le processus qui a abouti à leur utilisation qui est visé et non la pièce elle-même, a-t-on souligné auprès de la FIA.

Ce jugement vient clarifier la manière dont les écuries de F1 peuvent échanger des informations et travailler ensemble. Racing Point, propriété du milliardaire Lawrence Stroll – le père de Lance –, a effectué un bond qualitatif cette année. Déjà propulsée par des moteurs Mercedes, l’écurie aux monoplaces roses, la couleur de leur sponsor, a porté la collaboration avec l’écurie allemande dominante en F1 depuis 2014 un cran plus loin en copiant directement pour sa voiture 2020 des pièces apparues sur la Mercedes de l’an passé. Si cette pratique était encore tolérée l’an passé, elle ne l’est plus cette année et cette démarche a rapidement valu à l’écurie de Lawrence Stroll des surnoms peu amènes comme « Copie Point », « Décalque Point » ou encore la « Mercedes rose ».

En dehors de l’aspect « règlement de comptes », car Renault avait été victime l’an dernier d’une plainte à son encontre émanant de Racing Point, cette affaire est importante pour l’avenir de la F1. Les dispositions du règlement empêchant les écuries de se copier les unes les autres sont « cruciales », a rappelé hier la FIA. « Elles stipulent clairement que ce qui qualifie une écurie de constructeur et lui permet de participer au championnat est qu’elle dessine ses composants listés elle-même et ne les partage pas avec d’autres écuries », souligne le texte de sa décision. Les composants listés sont les pièces dont la propriété intellectuelle appartient à une écurie et qui ne peuvent être copiées. Les écopes de frein ont été ajoutées à cette liste à compter de 2020. « Cela reflète le facteur fondamental que la F1 est un sport qui récompense les équipes capables d’associer le talent de leurs pilotes avec le sommet de l’innovation et de l’excellence », affirme la FIA.

Il y a actuellement trois constructeurs en F1 qui conçoivent et fabriquent l’ensemble de leur voiture, moteur compris : Ferrari, Mercedes et Renault.

Source : AFP


Renault a gagné contre sa rivale Racing Point qu’elle accusait d’avoir copié certaines pièces de ses monoplaces engagées dans le championnat du monde de F1 directement sur la Mercedes de l’an passé, une décision qui va changer la manière dont les écuries collaborent.

Dans un premier temps, cette décision des commissaires techniques de la Fédération internationale de...

commentaires (0)

Commentaires (0)