Rechercher
Rechercher

Liban

"Pas de crise du blé", assure la direction du port de Tripoli

Les docks du port de Tripoli, au Liban-Nord. Photo Ani

La direction du port de Tripoli a assuré jeudi que le Liban ne risquait pas de se trouver à court de blé, alors que les explosions survenues mardi dans le port de la capitale Beyrouth, qui ont fait plus de cent morts et près de 5.000 blessés, ont détruit des silos à grains et réduit à néant ses capacités opérationnelles. Le pays est déjà frappé par la crise et 80% des produits alimentaires sont importés.

"Il n’y aura pas de crise du blé", a affirmé la direction du port de Tripoli, rapportant qu'un "navire transportant une cargaison de 5.500 tonnes de blé ukrainien doit arriver aujourd’hui au port" et doit être livrée à une minoterie de la ville. "Trois autres navires arriveront dans les prochains jours", ajoute-t-elle. Le déchargement des navires se fera dans les plus brefs délais et leur contenu sera distribué dans toutes les régions du Liban, ont précisé les autorités portuaires de la capitale du Nord, assurant par ailleurs que "le port de Tripoli ne reçoit jamais de produits chimiques, feux d'artifice ou produits dangereux". 

Le bilan de l'explosion massive qui a dévasté mardi le port de Beyrouth s'est alourdi à 137 morts et 5.000 blessés, a annoncé mercredi le ministre libanais de la Santé cité par la chaîne de télévision al-Manar. Plusieurs dizaines de personnes sont toujours portées disparues, a-t-il également précisé.

La catastrophe de Beyrouth frappe le Liban alors que le pays, qui traverse la pire crise économique de son histoire moderne, était déjà menacé d'une crise alimentaire, selon plusieurs institutions internationales. L'Agence de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), exprime la crainte à brève échéance d'un problème de disponibilité de farine pour le Liban.


La direction du port de Tripoli a assuré jeudi que le Liban ne risquait pas de se trouver à court de blé, alors que les explosions survenues mardi dans le port de la capitale Beyrouth, qui ont fait plus de cent morts et près de 5.000 blessés,