Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Le remake d’un vieux film d’horreur

Je n’aurais jamais imaginé, dans mes rêves ou mes cauchemars les plus lointains, me retrouver dans ce monstrueux et interminable tunnel.

Brusquement, je me rends compte que je suis en train de revivre le remake d’un vieux film d’horreur. Un film datant de 1990 avec les mêmes acteurs, les mêmes tyrans, les mêmes victimes, les mêmes situations, les mêmes scènes, les mêmes frayeurs.

Il faut reconnaître que, non satisfaits du résultat il y a 30 ans, ils sont revenus à la charge avec plus de créativité pour mieux nous anéantir.

Nous voici, 30 plus tard, vivant le même scénario : émigration, corruption, déchirement, douleur… Le même scenario avec UN seul dénominateur commun : le même président.

1990

Il y a 30 ans, je quittais le pays avec mes garçons, alors âgés de 4 et 5 ans, à bord d’une voiture qui déambulait les rues de Beyrouth à toute vitesse. Je tenais mes enfants serrés contre moi, visage et oreilles cachés afin qu’ils n’entendent pas les bombes et ne voient pas les corps inanimés gisant au sol. Cette course effrénée devait nous mener à l’aéroport qui nous sortirait du cauchemar dans lequel nous avions été plongés.

Je quittais le pays pour protéger mes enfants parce que c’est le devoir de tout parent : assurer la sécurité de ses enfants.

2020

L’histoire se répète, et voici qu’à son tour, mon fils revit le scénario de l’émigration. Il s’en va avec sa femme et ses enfants (âgés de 5 et 2 ans) vers un pays civilisé, vers un monde meilleur. Un monde de droits, d’humanité, de respect. Il quitte un pays volé, pillé jusqu’à la moelle, appauvri, meurtri et souffrant. Un pays où toute une population est prise en otage, gouvernée par quelques personnes corrompues, avides de pouvoir, sans scrupules. Des criminels… Des personnes que l’histoire pointera du doigt comme ayant été les démons de ce pays.

Tout comme nous n’avons pas oublié vos actions en 1990, la terre entière se rappellera vos « exploits » en 2020, parce que vous avez dilapidé tout ce qui restait, instauré la famine, détruit la nature. Vous nous séparez à nouveau.

Mais je peux vous garantir une chose : la nature reprend toujours le dessus et alors, vous ne serez que poussière.

Certains disent : c’est là notre destin

Je dis : VOUS êtes notre malédiction… depuis 30 ans.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Je n’aurais jamais imaginé, dans mes rêves ou mes cauchemars les plus lointains, me retrouver dans ce monstrueux et interminable tunnel.

Brusquement, je me rends compte que je suis en train de revivre le remake d’un vieux film d’horreur. Un film datant de 1990 avec les mêmes acteurs, les mêmes tyrans, les mêmes victimes, les mêmes situations, les mêmes scènes, les mêmes...

commentaires (1)

1990 ..... date miserable qui porte en elle des souvenirs pas du tout glorieux ! c;etait l'ere de m. M Aoun alors liberateur -doublement liberateur du liban, de 2 envahisseurs, le syrien et les FL. liberation dont les consequences dont on n'est pas pret a nous en debarasser.

gaby sioufi

11 h 54, le 07 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • 1990 ..... date miserable qui porte en elle des souvenirs pas du tout glorieux ! c;etait l'ere de m. M Aoun alors liberateur -doublement liberateur du liban, de 2 envahisseurs, le syrien et les FL. liberation dont les consequences dont on n'est pas pret a nous en debarasser.

    gaby sioufi

    11 h 54, le 07 août 2020