Rechercher
Rechercher

Syrie

Ankara dénonce un accord pétrolier "inacceptable" entre les Kurdes et une compagnie américaine

Ankara dénonce un accord pétrolier

Un champ pétrolifère en Syrie. Photo d'archives AFP

La Turquie a dénoncé lundi un accord pétrolier "inacceptable" conclu entre une compagnie pétrolière américaine et l'administration semi-autonome kurde dans le nord-est de la Syrie morcelée par la guerre, affirmant qu'il revenait à "financer le terrorisme".

L'immense majorité des champs pétroliers, dans l'est et le nord-est du pays, échappe toujours à Damas. Ils sont contrôlés essentiellement par les Kurdes – soutenus par des troupes américaines sur place –, qui en ont fait la principale source de revenus de leur administration semi-autonome. Ni l'administration semi-autonome kurde ni les Forces démocratiques syriennes (FDS) n'ont communiqué sur ce dossier, alors qu'à Washington, des responsables ont confirmé un accord "pour moderniser les champs pétroliers du nord-est syrien" sans plus de détails. Le ministère turc des Affaires étrangères a précisé dans un communiqué que l'accord avait été conclu avec la compagnie Delta Crescent Energy LLC.

"Nous regrettons le soutien américain à ce fait qui ignore le droit international (...) et qui concerne le financement du terrorisme", ajoute le communiqué, qualifiant l'accord d'"inacceptable". L'armée turque mène régulièrement des opérations en Turquie contre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré par Ankara comme une organisation "terroriste". Dimanche, le gouvernement syrien avait déjà condamné cet accord, dénonçant un "vol" et une atteinte à la souveraineté du pays.

Jeudi, lors d'une audience au Congrès américain à Washington, le sénateur Lindsey Graham a assuré avoir évoqué l'accord avec le commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi. "Apparemment ils ont signé un accord avec une compagnie pétrolière américaine pour moderniser les champs pétroliers du nord-est syrien", a-t-il dit. Interrogé par M. Graham lors de cette audience, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a confirmé le soutien de Washington. "L'accord a pris plus longtemps que ce que nous espérions, nous en sommes maintenant à sa mise en oeuvre. Il peut être très puissant", a-t-il ajouté.

La guerre meurtrière qui dévaste la Syrie depuis 2011 a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les combats ont parfois ravagé les infrastructures, cibles des convoitises des différents belligérants. Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400.000 barils par jour. Aujourd'hui, elle s'est effondrée


La Turquie a dénoncé lundi un accord pétrolier "inacceptable" conclu entre une compagnie pétrolière américaine et l'administration semi-autonome kurde dans le nord-est de la Syrie morcelée par la guerre, affirmant qu'il revenait à "financer le terrorisme".

L'immense majorité des champs pétroliers, dans l'est et le nord-est du pays, échappe toujours à Damas. Ils sont...