Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Le Drian reçu par Hitti au palais Bustros

Le Drian reçu par Hitti au palais Bustros

Le chef de la diplomatie libanaise Nassif Hitti (g), recevant le 23 juillet 2020 son homologue français Jean-Yves Le Drian (bras ouverts) au palais Bustros. Photo Twitter/@AmbaFranceLiban

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, qui a entamé jeudi une visite officielle de deux jours au Liban, a été reçu par son homologue libanais, Nassif Hitti, au palais Bustros, après s'être d'abord entretenu avec le président de la République, Michel Aoun, à Baabda, le Premier ministre Hassane Diab au Grand sérail, puis le président du Parlement, Nabih Berry, à Aïn el-Tiné. Cette rencontre sera suivie d'une déclaration à la presse.

Cette visite hautement attendue intervient alors que le pays du Cèdre traverse la pire crise économique de son histoire moderne. Le ministre français des Affaires étrangères devrait, entre autres, réitérer aux autorités libanaises la nécessité de conduire les réformes pour enrayer la crise économique. Le chef de la diplomatie française devrait également révéler les détails de l’aide française aux écoles privées du pays à programme français ainsi qu'aux écoles chrétiennes, en grande difficulté.

Selon le programme officiel de la visite de M. Le Drian, le chef de la diplomatie française visitera ensuite à 16h le centre social de l'ONG Amel à Haret Hreik, dans la banlieue sud de Beyrouth. Puis à 17h30, il s'entretiendra avec le patriarche maronite, Béchara Raï, à Bkerké.

Vendredi, le chef de la diplomatie française se rendra à l'hôpital universitaire Rafic Hariri, à Jnah. Cet établissement se trouve aux avant-postes de la lutte contre le coronavirus, depuis l'apparition de l'épidémie au Liban en février. Enfin, Jean-Yves Le Drian se rendra à 10h30 à l'école du Carmel Saint-Joseph à Mechref, où se tiendra une réunion sur l'éducation francophone avec les chefs d'établissements des écoles francophones homologuées et les représentants des écoles chrétiennes. Le ministre français prononcera un discours sur place, à 11h.

La visite de M. Le Drian intervient dans un contexte explosif au Liban, qui vit la pire crise économique de son histoire, marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie, une flambée des prix, des licenciements à grande échelle et des restrictions bancaires sur les retraits et les transferts à l'étranger. Près de la moitié de la population libanaise vit dans la pauvreté et 35% de la population active est au chômage, selon des statistiques officielles. Le ras-le-bol a déclenché en octobre 2019 un soulèvement populaire inédit contre l'intégralité d'une classe politique accusée de corruption et d'incompétence, quasi inchangée depuis des décennies.

Le pays, en défaut de paiement depuis début mars, a adopté un plan de relance fin avril et promis des réformes. Toutefois, des négociations initiées à la mi-mai avec le Fonds Monétaire international (FMI) pour obtenir une aide financière sont toujours au point mort.

"Aujourd'hui, il y a un risque d'effondrement. Il faut que les autorités libanaises se ressaisissent, et je me permets de dire ici à nos amis libanais : +Vraiment, nous sommes prêts à vous aider mais aidez-nous à vous aider, bon sang !+", avait lancé le 8 juillet le chef de la diplomatie française devant le Sénat. A ce jour, Beyrouth espère obtenir environ 10 milliards de dollars d'aide du FMI.


Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, qui a entamé jeudi une visite officielle de deux jours au Liban, a été reçu par son homologue libanais, Nassif Hitti, au palais Bustros, après s'être d'abord entretenu avec le président de la République, Michel Aoun, à Baabda, le Premier ministre Hassane Diab au Grand sérail, puis le président du Parlement, Nabih Berry, à Aïn...