Rechercher
Rechercher

Liban

Un activiste tabassé lors d'une randonnée accuse des membres du Hezbollah

"Il portait un bâton, comme s'il jouait au golfe, et me tapait de toutes ses forces, en clamant qu'il faisait partie du service de sécurité" du parti chiite, accuse Wissam Béchara, dans une vidéo. 

Un activiste tabassé lors d'une randonnée accuse des membres du Hezbollah

Capture d'écran du témoignage vidéo d'un activiste, publiée sur le groupe Facebook Akhbar al Saha

Un activiste du mouvement de contestation anti-pouvoir de Nabatiyé (Sud) a affirmé avoir été victime d'une agression de la part d'individus qu'il identifie comme des membres du Hezbollah, alors qu'il faisait une randonnée avec des amis dans la périphérie de Kfarremmane, au Liban-Sud. 

Selon ce témoignage, repris par plusieurs médias et sur les réseaux sociaux, le groupe de six personnes, dont deux femmes, se promenaient à Wadi Akhdar lorsqu'ils ont été attaqués par plusieurs hommes qui leur ont lancé des pierres avant de les frapper. Selon l'activiste, le groupe aurait été pris pour cible parce qu'il écoutait de la musique, en présence de femmes, sur une terre consacrée à des "martyrs" du parti chiite. 

"Il portait un bâton, comme s'il jouait au golf, et me tapait de toutes ses forces, en clamant qu'il faisait partie du service de sécurité du Hezbollah", a accusé l'activiste Wissam Béchara, dans une vidéo, avant de montrer les séquelles de cette attaque. Il a indiqué que la deuxième personne qui s'est fait agresser est toujours hospitalisée et doit subir plusieurs opérations.

Pour mémoire

« Éteignez les lumières devant le domicile de Berry et allumez-les dans les maisons des gens »

L'agresseur accusait sa victime de s'adonner à l'alcool en présence de femmes. Ce dernier s'est défendu en expliquant que ce n'était pas le cas.

La question de la consommation d'alcool dans cette région revient régulièrement au centre des débats. Il y a quelques semaines, une polémique avait éclaté dans la même région après que des habitants avaient condamné la présence, au bord d'une rivière, de jeunes en maillots de bain sur une terre "de martyrs". 

La région de Nabatiyé et Kfarremmane s'était illustrée lors du soulèvement populaire d'octobre contre le pouvoir politique et financier par le dynamisme des manifestants, malgré le fait qu'elle est considérée comme l'un des fiefs du Hezbollah et du mouvement Amal, du président de la Chambre, Nabih Berry. Lors des premiers jours du mouvement de la révolution, des contestataires avaient été attaqués à plusieurs reprises par des émeutiers, identifiés comme partisans des deux partis chiites. 


Un activiste du mouvement de contestation anti-pouvoir de Nabatiyé (Sud) a affirmé avoir été victime d'une agression de la part d'individus qu'il identifie comme des membres du Hezbollah, alors qu'il faisait une randonnée avec des amis dans la périphérie de Kfarremmane, au Liban-Sud. 

Selon ce témoignage, repris par plusieurs médias et sur les réseaux sociaux, le...

commentaires (6)

Premièrement, je ne vois pas comment des miliciens qui meurent en combattant pour une cause qui ne sert ni leur patrie, ni leur religion, peuvent être appelés "martyrs" Deuxièmement le Liban reste encore (au moins provisoirement) un pays libre et une milice étrangère n'a pas à y imposer ses lois.

Yves Prevost

19 h 03, le 10 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Premièrement, je ne vois pas comment des miliciens qui meurent en combattant pour une cause qui ne sert ni leur patrie, ni leur religion, peuvent être appelés "martyrs" Deuxièmement le Liban reste encore (au moins provisoirement) un pays libre et une milice étrangère n'a pas à y imposer ses lois.

    Yves Prevost

    19 h 03, le 10 juillet 2020

  • Bientôt le tchador obligatoire aux partisans

    Liberté de Penser

    18 h 47, le 10 juillet 2020

  • Vous avez compris , le Liban appartient à qui ?

    Eleni Caridopoulou

    17 h 34, le 10 juillet 2020

  • MA FI GHAYRON !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 47, le 10 juillet 2020

  • Ce n’est que des coups heureusement qu’il n’a pas eu Ebola !

    PHENICIA

    16 h 05, le 10 juillet 2020

  • Tabasseurs, casseurs: marque déposée du Hezbollah.

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 02, le 10 juillet 2020