Rechercher
Rechercher

Liban

Le général américain Kenneth McKenzie et Dorothy Shea reçus par Aoun à Baabda

Le général américain Kenneth McKenzie et Dorothy Shea reçus par Aoun à Baabda

Le général américain Kenneth McKenzie au Pentagone, en Virginie. Photo d'archives AFP/SOMODEVILLA

Le président libanais Michel Aoun a reçu mercredi au palais présidentiel de Baabda le général américain Kenneth McKenzie, aux côtés de l'ambassadrice des Etats-Unis au Liban Dorothy Shea, alors que des voix s'élèvent dans le pays pour appeler à une révision de la relation libano-américaine.

Le président Aoun a reçu le commandant du US Central Command – le commandement militaire américain en charge de la région du Moyen-Orient –, l'ambassadrice Shea ainsi qu'une délégation de militaires et de diplomates, selon le compte Twitter de la présidence de la République.

Au cours de la réunion, le général McKenzie a "réaffirmé l'importance de préserver la sécurité, la stabilité et la souveraineté du Liban, et souligné l'importance du partenariat solide entre les Etats-Unis et l'armée libanaise", selon un compte rendu publié par l'ambassade des Etats-Unis. Pour sa part, la présidence libanaise a également rapporté sur Twitter des propos du général McKenzie selon lesquels il a dit que les Etats-unis "continuent de soutenir l'armée libanaise qui défend l'indépendance et la souveraineté du Liban". Pour sa part, le président Aoun a appelé à "améliorer la coopération militaire entre les deux pays".

Le général McKenzie a également été reçu à Aïn el-Tiné par le président du Parlement, Nabih Berry. Lors de sa visite au Liban, qui ne doit durer qu'une journée, le général McKenzie doit aussi s'entretenir avec des chefs militaires, des leaders politiques et des représentants du ministère de la Défense et des forces armées, toujours selon l'ambassade. Le haut-gradé américain doit également effectuer "un bref arrêt devant les mémoriaux qui rendent hommage à ceux qui sont tombés au service de leur pays", conclut l'ambassade, sans plus de précision.

La venue du général américain mercredi matin à l'aéroport de Beyrouth a mobilisé des manifestants proches du Hezbollah, qui ont organisé un rassemblement sur la route de l'aéroport, accusant le haut-gradé de se rendre au Liban dans le cadre d'une cérémonie organisée pour commémorer l'attentat d'octobre 1983 qui avait coûté la vie à 241 personnes, dont 220 marines américains. Cet attentat avait été revendiqué par l'Organisation du jihad islamique, affilié au Hezbollah.

Cette visite intervient alors que certaines parties libanaises tiennent des propos de plus en plus hostiles à l'influence américaine dans le pays et dans la région. Mardi soir, dans un discours télévisé, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a longuement critiqué la politique "de siège et d'étouffement" des Etats-Unis vis-à-vis du Liban ainsi que les "ingérences" de l'ambassadrice américaine à Beyrouth, l'accusant de chercher à "dresser les Libanais les uns contre les autres".

Dimanche, une autre manifestation, pro-américaine cette fois, avait été organisée près de l'ambassade américaine à Awkar, au nord de Beyrouth, afin de réclamer le désarmement du Hezbollah via l'application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l'ONU.


Le président libanais Michel Aoun a reçu mercredi au palais présidentiel de Baabda le général américain Kenneth McKenzie, aux côtés de l'ambassadrice des Etats-Unis au Liban Dorothy Shea, alors que des voix s'élèvent dans le pays pour appeler à une révision de la relation libano-américaine.

Le président Aoun a reçu le commandant du US Central Command – le commandement...