Rechercher
Rechercher

Économie - Iran

Le rial iranien au plus bas à cause du nouveau coronavirus

"C'est terrible en ce moment. Chaque jour, nous constatons un taux différent", soupire un jeune homme de 35 ans.

Le rial iranien au plus bas à cause du nouveau coronavirus

Une femme iranienne passe devant un bureau de change à Téhéran, le 22 juin 2020. / AFP / ATTA KENARE

Le rial iranien a atteint lundi un nouveau plus bas face au dollar, une dégringolade due à la crise liée au nouveau coronavirus en Iran, pays le plus touché au Proche et Moyen-Orient par la pandémie.

A Téhéran, dans la rue Ferdowsi qui compte des dizaines de banques et bureaux de change, la monnaie nationale s'échangeait à environ 192.800 rials iraniens pour un dollar vers 07H30 GMT, selon des journalistes de l'AFP sur place. Ce taux est encore plus bas que celui connu par la monnaie nationale en septembre 2018 --190.000 rials alors pour un dollar--, après le retrait unilatéral de Washington en mai de l'accord sur le nucléaire iranien et la réimposition des sanctions américaines sur l'économie iranienne en août.

Dans la rue Ferdowsi, Reza regarde d'un air désespéré les taux affichés par les bureaux de change. "C'est terrible en ce moment", confie-t-il, l'air désespéré. Il doit changer des rials pour des dollars, afin qu'une de ses proches puisse partir à l'étranger pour poursuivre ses études. Mais "chaque jour, nous constatons un taux différent", soupire le jeune homme de 35 ans.

Devant les bureaux de change étatiques, des files d'Iraniens se forment. Tous espèrent profiter d'un plan de la Banque centrale, qui offre des devises à des taux de change favorables. Parmi eux, "Niki", une physiothérapeute de 30 ans qui voudrait émigrer en Australie. Mais "plus je travaille, moins je peux acheter des dollars" américains, déplore-t-elle. "Cela affecte mon bien-être, cela me rend plus stressée."

Crise sanitaire

Les sanctions américaines de 2018 ont particulièrement affecté l'Iran, limitant notamment ses ventes de pétrole.

Ainsi l'Iran n'a engrangé que 7,9 milliards d'euros en vendant du pétrole et des produits dérivés entre mars 2019 et mars 2020, contre un record de 105,6 milliards d'euros entre mars 2011 et mars 2012, selon le responsable de la Planification et du Budget, Mohammad Bagher Nobakht.

Lire aussi

Rohani annonce un budget de « résistance » contre les sanctions américaines

Afin de pallier la baisse des revenus pétroliers, l'Iran s'est concentré sur son secteur manufacturier, en exportant principalement vers ses voisins. Or, "nos exportations non-pétrolières ont pratiquement cessé, notamment vers les pays voisins" en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus, souligne auprès de l'AFP l'économiste Saïd Leylaz, ancien conseiller auprès de plusieurs présidents iraniens. Et la pandémie a provoqué une paralysie temporaire de l'économie ainsi que la fermeture des frontières.

L'Iran, qui a enregistré ses premiers cas le 19 février, recense officiellement désormais 207.500 personnes infectées, dont plus de 9.700 ont succombé à la maladie, des chiffres montrant une tendance à la hausse depuis début mai.

Les autorités n'ont jamais imposé de confinement à la population. Après avoir décrété la fermeture des commerces dits "non essentiels" en mars, elles ont autorisé leur réouverture début avril, estimant que l'économie ne pouvait pas rester indéfiniment au point mort.

Lire aussi

Coronavirus : sentiments partagés à Téhéran sur une reprise de l'activité économique

Pour M. Leylaz, le plongeon du rial iranien n'est pas une surprise, compte tenu de la forte liquidité de la monnaie nationale, qui a suscité une accélération de l'inflation. La tourmente sur le marché des changes conduit à "une pression politique et sociale croissante sur le gouvernement", estime l'économiste. La mauvaise passe du rial pourrait se prolonger, avertit Yasser Chariat, à la tête d'une société de courtage. Au moins "jusqu'à ce que l'épidémie soit maîtrisée" et que les frontières soient rouvertes, juge-t-il.

La plupart des passages frontaliers de l'Iran avec ses voisins restent pour l'instant fermés, à l'exception de quelques-uns dans la région du Kurdistan irakien, selon les autorités iraniennes.


Le rial iranien a atteint lundi un nouveau plus bas face au dollar, une dégringolade due à la crise liée au nouveau coronavirus en Iran, pays le plus touché au Proche et Moyen-Orient par la pandémie.
A Téhéran, dans la rue Ferdowsi qui compte des dizaines de banques et bureaux de change, la monnaie nationale s'échangeait à environ 192.800 rials iraniens pour un dollar vers 07H30 GMT,...

commentaires (1)

il suffira que le liban importe des produits iraniens pour sauver khamenaii, qui n'attend que recevoir dans les caisses de son pays les LIVRES LIBANAISES tant recherchees pour cause de raréfaction de sa valeur...

Gaby SIOUFI

09 h 42, le 23 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • il suffira que le liban importe des produits iraniens pour sauver khamenaii, qui n'attend que recevoir dans les caisses de son pays les LIVRES LIBANAISES tant recherchees pour cause de raréfaction de sa valeur...

    Gaby SIOUFI

    09 h 42, le 23 juin 2020

Retour en haut