Nos Lecteurs ont la Parole

Pour un rôle de trait d’union entre le monde arabe et l’Iran

Ces quelques lignes s’adressent à sayyed Hassan Nasrallah...

Je m’adresse à vous le cœur serré dans l’espoir que ma voix vous atteindra au fin fond de votre bunker.

Depuis bientôt 30 ans, vous êtes la personnalité la plus charismatique et la plus écoutée du paysage politique libanais. En l’an 2000 vous avez libéré le Liban-Sud de l’occupation israélienne et le peuple libanais tout entier vous a soutenu, applaudi et vous en a su gré.

Vous êtes devenu le héros du monde arabe.

Mais depuis cette date, vous avez entraîné le Liban dans des aventures guerrières auxquelles il n’était pas préparé et qui ont eu des conséquences désastreuses sur son économie. Puis les divisions entre les pro-Arabie saoudite et les pro-Iran ont achevé ce petit pays qui ne peut pas supporter des secousses d’une si grande ampleur.

Les dissensions entre pro-8 Mars et pro-14 Mars, ajoutées à la corruption galopante chez la plupart des chefs de parti, ont fini par mettre ce pays à genoux.

Depuis 2013 vous vous êtes lancé dans des équipées militaires en Syrie, en Irak et au Yémen dans le but de renforcer l’axe iranien et d’aider l’Iran à étendre son hégémonie. Cette politique a coûté très cher au Liban, lui a coupé les aides qu’il recevait de son environnement arabe et de l’Occident et l’a amené au point où il en est aujourd’hui : une faillite presque totale et une paupérisation de la société.

Le Liban a besoin de l’unité de tous ses fils pour s’en sortir. Or si l’on met de côté les querelles idéologiques et les inféodations aux zaïms, tous les Libanais aspirent au même objectif : vivre dans un pays prospère et dans la dignité.

Maintenant, vous êtes l’homme le plus fort au Liban et vous pouvez y faire la pluie et le beau temps. Vous n’avez plus rien à prouver : tout le monde reconnaît votre courage, votre intelligence, votre compétence et votre détermination. Vous n’avez plus rien à démontrer sur le plan de la force militaire. Tout le monde vous craint et vous redoute.

Ne pensez-vous pas qu’il est temps de laisser de côté toutes ces aventures guerrières et de vous concentrer sur le bien-être du Liban et des Libanais ?

Votre popularité n’en sera que plus grande non seulement auprès de votre communauté qui souffre elle aussi dans sa chair et dans son niveau de vie, mais auprès de toutes les couches de la population et de toutes les communautés libanaises.

Vous êtes libanais avant que d’être iranien, vous êtes arabe avant que d’être persan. Vous pouvez au lieu de vous ranger derrière un camp et être son porte-drapeau constituer une sorte de trait d’union entre le monde arabe et l’Iran, jouer le rôle de médiateur entre l’Iran et l’Occident.

Tous ces pays sont fatigués des guerres et des conflits qui les appauvrissent, les épuisent et les vident de leurs énergies et de leurs richesses.

Tous ploient sous le poids des guerres, des sanctions, des maladies ou de la chute du prix du pétrole.

Le monde, surtout après cette pandémie de coronavirus, a besoin de paix, de sérénité, de redressement économique. Il aspire à panser ses blessures physiques et morales. Le monde a besoin d’une longue trêve dans les guerres pour commencer à se relever et à mieux réfléchir sur son avenir.

Le Liban surtout, en pleine faillite, en pleine misère, a besoin d’un chef fort qui le guide vers des eaux tranquilles, vers la prospérité. Si vous avez été capable de tenir tête à Israël et de le chasser de notre terre, vous serez certainement capable, en vous distanciant des conflits régionaux, en laissant de côté votre fusil, de relever ce pays qui est le vôtre et de le ramener sur le rivage de la prospérité.

Je suis sûr que cette prière que je vous adresse, des millions de Libanais et de Libanaises la partagent avec moi. Ils attendent de vous ce revirement spectaculaire, cette action héroïque et grandiose qui vous fera entrer dans l’histoire par la grande porte, comme le grand sauveur du Liban.


Ces quelques lignes s’adressent à sayyed Hassan Nasrallah...

Je m’adresse à vous le cœur serré dans l’espoir que ma voix vous atteindra au fin fond de votre bunker.

Depuis bientôt 30 ans, vous êtes la personnalité la plus charismatique et la plus écoutée du paysage politique libanais. En l’an 2000 vous avez libéré le Liban-Sud de l’occupation israélienne et...

commentaires (0)

Commentaires (0)