Finances publiques

Le déficit public toujours en hausse en février

Le déficit public a reculé de près de 76 % sur les deux premiers mois de 2020. Photo P.H.B.

Alors que le gouvernement a abordé, lundi, la question des réformes financières lors des discussions avec le Fonds monétaire international en vue de décrocher une aide financière pour le pays, les chiffres des finances publiques pour le mois de février ont confirmé la mauvaise trajectoire prise en janvier.

Selon les chiffres du ministère des Finances, le déficit public a atteint 1 744 milliards de livres à fin février (soit de 1,16 milliard de dollars au taux officiel de 1 507,5 livres pour un dollar), donc une hausse de 75,9 % par rapport aux 991,7 milliards de livres atteints sur la même période un an plus tôt (657,8 millions de dollars).

Le déficit représente près de 40,8 % des dépenses publiques totales sur le même exercice, qui ont atteint de leur côté 4 278,6 milliards de livres (2,8 milliards de dollars). Ces dépenses sont en hausse de 15 % en un an. Les avances du Trésor à Électricité du Liban (EDL) ont reculé de 21,8 % à fin février 2020 pour atteindre près de 249 milliards de livres (près de 195 millions de dollars). Elles représentent en outre 6,9 % des dépenses publiques sur les deux premiers mois de 2020.Le budget pour 2020 a réservé de 1 500 milliards de livres (environ 1 milliard de dollars) pour financer les avances du Trésor à EDL, qui lui permettent de financer ses achats de carburant (les tarifs d’électricité étant figés depuis le début des années 1990). Cette enveloppe est en nette baisse (-40 %) par rapport à celles incluses dans le budget pour 2019.La hausse des dépenses publiques est cette fois encore en partie liée à celle des « dépenses générales », qui inclut en principe les rémunérations du secteur public qui ont encore augmenté ; cette fois de 21,5 %, à 3 121 milliards de livres (2,1 milliards de dollars).

Les recettes de l’État ont reculé de 6,9 % sur la même période, à 2 534 milliards de livres (près de 1,7 milliard de dollars). Une baisse comparable à celle des recettes fiscales sur celle des recettes fiscales (-8,1 % sur la même période à un peu plus de 2 002 milliards de livres ou 1,3 milliards de dollars). Les revenus du secteur des télécommunications, quant à eux, ont diminué de 20,2 % par rapport à la même période l’an dernier.

Le déficit primaire (sans compter le service de la dette) s’est élevé à 810,4 milliards de livres (soit 537,6 millions de dollars), ce qui représente un bond de 504,2 % comparé aux 134,1 milliards de livres (près de 89 millions de dollars) atteints sur les deux premiers mois de 2019. En février 2020, le paiement des intérêts représentait 21 % des dépenses publiques alors que ce pourcentage était de 22 % à fin février 2019.


Alors que le gouvernement a abordé, lundi, la question des réformes financières lors des discussions avec le Fonds monétaire international en vue de décrocher une aide financière pour le pays, les chiffres des finances publiques pour le mois de février ont confirmé la mauvaise trajectoire prise en janvier.

Selon les chiffres du ministère des Finances, le déficit public a...

commentaires (2)

Sans lire l'article, comment aurait-il pu ne pas baisser??????

NAUFAL SORAYA

06 h 51, le 04 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Sans lire l'article, comment aurait-il pu ne pas baisser??????

    NAUFAL SORAYA

    06 h 51, le 04 juin 2020

  • Et on n’a pas encore vu l’effet "Covid-19" sur les recettes fiscales. Aïe aïe aïe...

    Gros Gnon

    04 h 45, le 04 juin 2020