Inflation

L’Association des consommateurs libanais appelle à « protéger le panier alimentaire »

Dans un communiqué adressé hier au ministère de l’Économie et du Commerce, l’Association des consommateurs libanais lui a réitéré son invitation à créer une commission dans le but de déterminer la marge des importateurs, alors que le pays traverse sa plus grave crise économique depuis trente ans et subit une dépréciation de sa monnaie nationale. Les importateurs et les producteurs libanais de produits alimentaires bénéficient depuis peu de la circulaire n° 557 de la Banque du Liban, publiée le 27 mai, qui leur permet d’obtenir, via leurs banques et auprès de la BDL, des dollars à un taux dollar/livre en principe plus proche de celui du marché (voir par ailleurs).

Le ministre de l’Économie, Raoul Nehmé, a déclaré lors de la mise en circulation de ce texte que la mesure avait pour objectif de faire baisser les prix des produits alimentaires de base. Mais pour l’association, cette mesure n’aura pas l’effet escompté si les marges des bénéficiaires ne sont pas plafonnées.

L’Association des consommateurs libanais a aussi précisé que « les marchandises coûtaient déjà 30 % plus cher au niveau régional avant la crise du dollar (à la fin de l’été 2019, NDLR) » et a évoqué « une inflation de 72 % depuis le 1er octobre 2019 », présageant une hausse continue et de mauvais augure pour le consommateur. L’Administration centrale des statistiques a annoncé un taux d’inflation de 11,4 % à fin février en glissement annuel, alors que le plan de redressement économique du gouvernement, voté fin avril dernier, l’a prévu à 53 % pour l’année 2020. L’Institut de consultation et de recherche (CRI) a, quant à lui, indiqué une hausse des prix des produits alimentaires de 30 % à fin avril par rapport à la même période en 2019 et un taux général d’inflation de 18 %, en glissement annuel également, et ce pour Beyrouth et sa région.



Dans un communiqué adressé hier au ministère de l’Économie et du Commerce, l’Association des consommateurs libanais lui a réitéré son invitation à créer une commission dans le but de déterminer la marge des importateurs, alors que le pays traverse sa plus grave crise économique depuis trente ans et subit une dépréciation de sa monnaie nationale. Les importateurs et les...

commentaires (0)

Commentaires (0)