Rechercher
Rechercher

Syrie

Rami Makhlouf affirme que les forces de sécurité syriennes arrêtent les employés de ses sociétés

Le cousin de Bachar el-Assad tombé en disgrâce déclare qu'on lui a demandé de se retirer de la société de téléphonie Syriatel qu'il dirige.

L'homme d'affaires syrien controversé et cousin de Bachar el-Assad, Rami Makhlouf, dans une vidéo publiée le 3 mai 2020 sur sa page Facebook

L'homme d'affaires syrien controversé et cousin de Bachar el-Assad, Rami Makhlouf, qui a interpellé publiquement jeudi le président syrien dans un geste inédit au sujet de millions de dollars réclamés par le gouvernement à des entreprises du secteur de la télécommunication, a affirmé dimanche que les forces de sécurité du régime de Damas étaient en train d'arrêter ses employés.

"Aujourd'hui, les pressions exercées contre moi ont débuté de manière inacceptable. Les forces de sécurité sont en train, de manière inhumaine, d'incarcérer nos employés", affirme M. Makhlouf dans une vidéo publiée aujourd'hui sur Facebook, ajoutant qu'on lui a demandé de se retirer de la société de téléphonie Syriatel qu'il dirige.

Le ministère syrien des Télécommunications a donné aux entreprises du secteur jusqu'à mardi prochain pour rembourser des "impayés dus au Trésor public" qui s'élèveraient à 334 millions de dollars.

Dans sa vidéo de 15 minutes publiée jeudi, sa première apparition depuis une conférence de presse inédite en 2011, M. Makhlouf avait annoncé que sa compagnie doit payer à l'Etat plus de 178,5 millions de dollars, appelant à l'intervention du président Assad afin d'obtenir un "rééchelonnement satisfaisant, pour que l'entreprise puisse continuer d'exister."

Lire aussi

Ces huit hommes d’affaires qui se partagent le gâteau syrien

Inscrit sur la liste des sanctions américaines, il est considéré depuis des années comme un pilier du régime. Mais depuis l'été dernier, il fait l'objet de soupçons de corruption et d'évasion fiscale émanant du gouvernement, selon des informations de presse, ce qui semble indiquer qu'il est tombé en disgrâce.

En décembre, les autorités ont annoncé le gel des avoirs de plusieurs hommes d'affaires pour évasion fiscale et enrichissement illicite pendant les années de guerre depuis 2011. Plusieurs titres de presse ont assuré que M. Makhlouf et son épouse faisaient partie des personnes concernées.


L'homme d'affaires syrien controversé et cousin de Bachar el-Assad, Rami Makhlouf, qui a interpellé publiquement jeudi le président syrien dans un geste inédit au sujet de millions de dollars réclamés par le gouvernement à des...

commentaires (5)

Arrêtés de façon inhumaine! Ben oui, ça fait des décennies mais maintenant quand on n’est plus du côté du manche du marteau, ça fait plus mal....

Bashir Karim

19 h 42, le 03 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Arrêtés de façon inhumaine! Ben oui, ça fait des décennies mais maintenant quand on n’est plus du côté du manche du marteau, ça fait plus mal....

    Bashir Karim

    19 h 42, le 03 mai 2020

  • Aucune pitié pour aucun d’entre eux et au lieu de t’occuper de tes employés qu’on arrête pense aux millions de Syriens exilés et à ceux que vous avez massacré Le décor de fond est extraordinaire on dirait qu’il fait une émission pour recevoir des dons le pauvre!

    PHENICIA

    19 h 26, le 03 mai 2020

  • Je me demande si le gouvernement LIBANAIS s'adressera sur Facebook, ou Whatsapp ou...pour réclamer les prisonniers Libanais en Syrie ainsi que des compensations pour les années d'occupation, de destructions et d'assassinats??? A mid-spring night dream!!!!!

    Wlek Sanferlou

    17 h 01, le 03 mai 2020

  • Le boucher de Damas a tente de faire croire qu il luttait contre des islmistes quand la seule cause de la guerre en Surie etait la corruptoon a la tete de l Etat a des niveaux inimaginables.....Assad est deja rentre dans l histoire aux cotes de monstres comme Hitler ...ses enfants nauront jamais de paix pour avoir ce sinistre personnage comme geniteur.

    HABIBI FRANCAIS

    16 h 43, le 03 mai 2020

  • Il faut qu 'il rende cet argent illegalement gagné à l'Etat qui a besoin plus que jamais de ces ressources

    Chucri Abboud

    16 h 09, le 03 mai 2020