X

Dernières Infos

Coronavirus : l'Iran interdit les déplacements interurbains

Reuters
26/03/2020

Une interdiction des déplacements interurbains a été décrétée jeudi en Iran, au lendemain d'une mise en garde des autorités locales contre une deuxième vague de contaminations dans le cadre de l'épidémie de coronavirus en cours.

Cette interdiction des déplacements d'une ville à l'autre en Iran, où le virus a déjà fait 2.077 morts et contaminé 27.017 personnes, a été annoncée par un responsable lors d'une conférence de presse télévisée.

"Ceux qui ont voyagé pour les congés du Nouvel an iranien devraient immédiatement rentrer chez eux sans s'arrêter dans d'autres villes sur le chemin du retour", a déclaré Hossein Zolfaghari, membre du quartier général national iranien mis en place pour combattre la crise sanitaire en cours.

Les autorités iraniennes ont déploré que de nombreux Iraniens ne respectent pas les appels à rester chez eux et à annuler leurs déplacements prévus pour les festivités du Nouvel an perse, Norouz, qui ont commencé le 20 mars. Les Iraniens avaient été appelés à éviter les lieux publics et à rester chez eux, tandis que les écoles, les universités, les centres culturels et sportifs avaient été temporairement fermés.

"La fermeture des universités et des écoles, tout comme l'interdiction des rassemblements, a été prolongée", a annoncé Hossein Zolfaghari en précisant que les infractions auraient des conséquences juridiques.

Le président Hassan Rouhani a quant à lui déclaré que la propagation du coronavirus serait contenue en deux semaines, en précisant que des mesures supplémentaires seraient prises pour alléger l'impact économique de cette crise sanitaire sur les citoyens les plus pauvres. "Nous enverrons une lettre au guide suprême iranien aujourd'hui (jeudi-NDLR) pour demander l'autorisation de retirer un milliard de dollars (environ 900 millions d'euros) du fonds souverain de l'Iran", a déclaré Hassan Rouhani lors d'une réunion retransmise en direct sur la télévision publique.

Le guide suprême iranien Ali Khamenei a le dernier mot sur toutes les décisions gouvernementales.

"Cette somme sera utilisée pour aider les personnes les plus pauvres pénalisées (par l'épidémie) et pour aider notre système de santé", a précisé le président iranien.

L'Iran, déjà isolé des marchés financiers internationaux par les sanctions américaines et désormais confronté à la chute des cours du pétrole, peine à protéger son économie des répercussions de la crise sanitaire en cours. "Même si nous faisons l'objet de sanctions américaines sévères (...) notre combat contre l'épidémie de coronavirus continue et nous surmonterons cette flambée épidémique", a dit Hassan Rohani. Les autorités iraniennes ont appelé les Etats-Unis à lever leurs sanctions, jugeant qu'elles entravaient les efforts de Téhéran pour tenter ralentir la propagation de l'épidémie.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants