Rechercher
Rechercher

Liban - À nos lecteurs

2019, 2020 : années de crises, années d’engagements




2019 aura été, à bien des points de vue, une année historique pour le Liban. À notre échelle aussi, l’année dernière a marqué un tournant pour le groupe L’Orient-Le Jour. Transition générationnelle, réforme éditoriale, basculement économique : de nombreux changements qui méritent d’être partagés avec vous, chers lecteurs. Dans un souci de transparence, et suivant une habitude initiée l’an dernier, nous publions un bref rapport d’activité ainsi que la composition de notre actionnariat.

C’est tout d’abord une transition à la tête qui a marqué notre année 2019 : Michel Eddé, PDG depuis presque trente ans, dernier lien avec les pères fondateurs de L’Orient et du Jour, nous a quittés au mois de novembre. Il s’en est allé après avoir transmis, quelques semaines auparavant, les rênes à Nayla de Freige, anciennement directrice exécutive, et déjà PDG du Commerce du Levant. Changement dans la continuité s’il en est, Michel Eddé ayant lui-même nommé Nayla de Freige à la direction opérationnelle du groupe en 2004.

À la rédaction en chef également, des évolutions majeures ont eu lieu : Ziyad Makhoul, journaliste depuis 1999 et rédacteur en chef depuis 2015, qui avait largement contribué au renforcement éditorial du journal ainsi qu’à sa diversification vers l’événementiel, a quitté ses fonctions au mois de juin, en application du dicton selon lequel “le journalisme mène à tout, à condition qu’on en sorte”... En septembre, une nouvelle rédaction en chef s’est vu confier la direction éditoriale de L’Orient-Le Jour : Élie Fayad a rejoint Émilie Sueur pour une gestion, en tandem, de l’actualité ; tandis qu’à Michel Touma est revenue la responsabilité des projets mémoriels en cette année du centenaire du Grand Liban.

Du côté du Commerce du Levant, notre publication économique, nous célébrions les 90 ans du titre, avec un numéro spécial consacré à l’industrie libanaise et à son histoire, au moment où la refondation de notre économie nationale apparaît comme une nécessité.

Si la direction a évolué, notre mission d’informer en toute transparence et liberté demeure. Les actionnaires, de leur côté, réitèrent l’engagement qui fait de notre groupe une exception au Moyen-Orient : son indépendance éditoriale, pierre angulaire du travail de nos rédactions.

La composition de notre actionnariat n’a pas changé : près de 90 % du capital est détenu par quatre groupes familiaux : Eddé, Choueiri, Pharaon et Rizk.


Actualité hors norme, mobilisation inédite de nos équipes

Tout juste un mois après l’installation de la nouvelle rédaction en chef, le Liban vivait des heures historiques avec la révolte du 17 octobre. Défi immense pour nos journalistes, de par l’intensité des événements à couvrir, l’étalement géographique et temporel ainsi que la masse d’informations diffusées sur tous les canaux. Défi d’autant plus important vu la prolifération des fake news sur les réseaux sociaux et l’effritement d’un secteur médiatique déjà affaibli par la crise économique.

Qu’avons-nous fait pour vous éclairer au mieux ?

- Nous avons, tout d’abord, considérablement accru notre présence sur le terrain, à Beyrouth, au cœur des manifestations, ainsi qu’à travers le pays, grâce à un réseau d’informateurs renforcé (Tripoli, Békaa, Saïda, Nabatiyé), ainsi qu’auprès de la diaspora (Paris, New York, Montréal, entre autres).

- En parallèle d’une couverture en temps réel des événements, nous avons décidé de placer l’accent sur la vérification des informations, le décryptage des événements et l’enquête, à travers un nouveau format intitulé « Grand Angle ».

- Pour aller plus loin encore dans le décryptage de cette actualité dense, nous avons mis l’accent sur les contributions externes d’experts, afin de vous offrir une diversité d’opinions et d’analyses qui vous permette de vous forger une opinion.

- Nous avons fait appel à vous, lecteurs : nos colonnes vous ont été largement ouvertes, afin de faire de nos plates-formes un lieu d’échange et de liberté d’expression.


Regain d’intérêt pour l’information, basculement du modèle économique

Élément marquant de cette crise, l’appropriation du débat public par les citoyens s’est faite dans des dimensions inédites : la politique, la société et les sujets économiques aussi – longtemps parents pauvres d’une actualité centrée sur les batailles géopolitiques régionales – se sont imposés à l’agenda du quotidien. Signe de cet intérêt croissant, notre site web www.lorientlejour.com a vu son trafic exploser, à +48 % en octobre 2019 par rapport aux premiers trimestres de l’année. Beau symbole aussi, celui de l’attachement de la diaspora à son pays, largement confirmé par la hausse du trafic venant de l’étranger.

Parallèlement, nos abonnements numériques ont connu une croissance inédite, de près de 50 % en volume sur 2019.

De ces abonnés web, la moitié, désormais, réside en dehors du Liban, un chiffre, lui aussi, inédit.


Néanmoins, la hausse des abonnements ne compense pas la chute drastique publicitaire enregistrée au dernier trimestre de l’année. Si 2019 a donc accéléré notre basculement vers un modèle basé sur les abonnements et donc la qualité de notre offre, des revenus substantiels venant de la publicité et des partenariats (événementiel, sponsoring) sont indispensables à la garantie de notre viabilité financière. Dans cette période économiquement complexe pour tous mais porteuse d’espoir et de renouvellement, nos actionnaires, plus convaincus que jamais du rôle vital d’une presse libanaise indépendante, sont déterminés à assurer au groupe les moyens nécessaires pour remplir sa mission.

2020, une année riche en défis

Une mission pleine de défis, alors que 2020 a démarré sur les chapeaux de roue avec l’assassinat du général Soleimani, qui nous a menés au plus près d’une confrontation entre l’Iran et les États-Unis. Pour autant, la révolution libanaise ne s’est pas laissé aspirer par cette guerre des axes, reprenant de l’ampleur dès le milieu du mois de janvier, malgré la formation du gouvernement Diab. Dans ce contexte volatile, deux certitudes : la triple crise – politique, économique, sociale – qui plombe le Liban va s’intensifier et l’évolution du système actuel ne se fera ni facilement ni en douceur. Décrypter, expliquer ses convulsions sera notre priorité, tout en animant le débat d’idées quant à la refondation du modèle libanais. Notre couverture de l’actualité régionale sera également renforcée, afin de mieux servir un autre objectif majeur de notre offre éditoriale : raconter le Moyen-Orient depuis Beyrouth et servir de pont entre les civilisations.


Une stratégie d’investissement sur le contenu et la technologie

Pour être à la hauteur de ces enjeux, la stratégie du groupe L’Orient-Le Jour reste la même : investir, encore et toujours, dans le journalisme et nous donner les moyens de vous transmettre au mieux nos articles, en développant la distribution de l’information sur tous nos supports numériques.

C’est justement pour mieux vous servir que nous travaillons sur une nouvelle version de notre site web, pour une présentation plus claire, plus lisible, de meilleures performances et un accès facilité aux titres qui font la richesse de notre groupe, à savoir, outre L’Orient-Le Jour, Le Commerce du Levant et L’Orient Littéraire. La livraison est prévue au printemps et ce chantier sera suivi, fin 2020-début 2021, d’une refonte de notre application mobile.

Fin 2018, nous lancions une version anglaise de L’OLJ et du Commerce du Levant, constituée d’une sélection d’articles traduits et d’une newsletter hebdo. Désormais, l’anglais apparaît comme notre « nouvelle frontière » et nous prévoyons de développer notre production dans cette langue, tout en renforçant notre contenu francophone.

Chers lecteurs, cette année, nous sommes plus que jamais confiants dans le potentiel de notre stratégie et plus que jamais engagés pour les valeurs que nous défendons depuis des décennies : défense des libertés ; promotion de la tolérance et de l’ouverture ; établissement d’un État de droit et d’institutions dignes de ce nom ; renforcement du lien entre le Liban, ses émigrés et le monde ; et, bien sûr, promotion de la francophonie.

Cette année, plus que jamais, toutes nos rédactions seront mobilisées pour vous informer, vous expliquer, vous raconter une actualité souvent compliquée.

Cette mission, nous ne pouvons la remplir qu’avec vous. Continuez de nous lire, de nous écrire, de nous critiquer et de nous soutenir.


Retrouvez ici notre rapport 2018



2019 aura été, à bien des points de vue, une année historique pour le Liban. À notre échelle aussi, l’année dernière a marqué un tournant pour le groupe L’Orient-Le Jour. Transition générationnelle, réforme éditoriale, basculement économique : de nombreux changements qui méritent d’être partagés avec vous, chers lecteurs. Dans un souci de transparence, et suivant une...

commentaires (6)

VOUS ETES LA SEULE SOURCE D'INFORMATION DE LANGUE FRANCAISE AU PROCHE ORIENT ,, MERCI A GEORGES NACACHE POUR EN AVOIR ETE LE CREATEUR ...QUE DIEU AIT SON AME

michel raphael

18 h 27, le 28 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • VOUS ETES LA SEULE SOURCE D'INFORMATION DE LANGUE FRANCAISE AU PROCHE ORIENT ,, MERCI A GEORGES NACACHE POUR EN AVOIR ETE LE CREATEUR ...QUE DIEU AIT SON AME

    michel raphael

    18 h 27, le 28 avril 2020

  • Dieu merci qu’on a l’OLJ. Continuez et merci pour votre transparence.

    Michael

    14 h 54, le 04 février 2020

  • Félicitation mais où est MHG!?!

    Bery tus

    15 h 43, le 03 février 2020

  • JE SUIS SI HEUREUX D'AVOIR SOUSCRIT CET ABONNEMENT NUMERIQUE DEPUIS QUELQUES ANNEES A L'OLJ/COMMERCE DU LEVANT QUI ME PERMET DE RESTER EN CONTACT AVEC LE lIBAN BRAVO POUR VOS EFFORTS ET MERCI POUR CES NOUVELLES DU LIBAN QU'ON AIME TANT THANKS AGAIN

    LA VERITE

    14 h 09, le 03 février 2020

  • ALLEZ, BONNE CHANCE ET DE L,AVANT !

    LA LIBRE EXPRESSION NON AU REABONNEMENT

    10 h 48, le 03 février 2020

  • Félicitations, courage et meilleurs vœux de succès !

    Tabet Ibrahim

    10 h 26, le 03 février 2020

Retour en haut