X

Liban

Missions, financement : les défis de L’Orient-Le Jour pour 2019

À nos lecteurs


OLJ
06/02/2019

« Le Liban vit de la liberté et mourrait sans elle »
Michel Chiha

Chers lecteurs,

À l’aube de sa 95e année, L’Orient-Le Jour évolue dans un environnement difficile, et pourtant, rarement autant d’opportunités ont été à notre portée, cimentant notre confiance dans l’avenir. Alors que nous clôturons une augmentation de capital, nous souhaitons partager notre ambition et en dire plus sur notre fonctionnement, guidés par un souci de transparence qui manque trop souvent dans les médias libanais.


Une mission intacte et une ambition pour le groupe

Informer avec un regard éclairé sur le Liban et le Moyen-Orient, arrimer plus solidement la diaspora au pays, défendre les libertés et promouvoir la francophonie : voilà le cœur de notre mission. Pour la mettre en œuvre, nous croyons au journalisme de qualité et avons donc investi dans le renforcement de l’offre éditoriale de L’Orient-Le Jour et du Commerce du Levant. Nos cinquante journalistes travaillent en temps réel, vérifiant les faits, sillonnant le terrain, proposant analyses et décryptages pour faire de votre journal, de votre magazine et de leur édition en ligne des titres de référence pour comprendre le Liban et la région.

Signe de cette ambition, nous avons décidé de ne plus nous contenter de décliner notre expertise en français. Fin 2018, une sélection de L’Orient-Le Jour et du Commerce du Levant en anglais a été lancée. Loin de constituer un renoncement à notre identité francophone, cette rubrique d’articles traduits a pour but de rendre notre contenu accessible au plus grand nombre.


Notre indépendance au service de valeurs fondamentales

À l’heure où la liberté d’expression est mise à mal au Moyen-Orient, et au vu de l’état moribond du paysage médiatique libanais (faillite de journaux, instrumentalisations politiques), cette mission nous paraît cruciale, et notre responsabilité d’autant plus grande. Car au-delà de notre ancienneté – L’Orient-Le Jour est le plus vieux journal libanais en circulation et Le Commerce du Levant la plus ancienne revue économique –, nous tirons notre force de cette indépendance. Nous sommes fiers de ne dépendre d’aucun parti politique et de ne recevoir aucun financement partisan.

Ces valeurs fondamentales sont le socle de notre mission : la liberté, la promotion de la culture, notamment chez les jeunes, les droits de l’homme. Nous nous efforçons de le démontrer au fil de nos pages quand nous dénonçons, par exemple, la situation dramatique des travailleurs migrants au Liban et faisons du combat pour la protection de l’environnement (enquêtes sur les carrières, campagne #mabaddaplastic) et du patrimoine architectural et culturel libanais une absolue priorité. Par-dessus tout, la transparence et les droits civiques sont au cœur de notre travail quotidien dans un pays où l’État est déliquescent.


Invention d’un nouveau modèle

Face à l’érosion de nos sources de revenus traditionnelles (vente en kiosque et publicité), nous avons mis en œuvre une stratégie de développement de nouveaux revenus : en 2018, près de 25 % de notre chiffre d’affaires est issu du numérique (abonnements et publicité) et de la diversification (projets, événementiel). Voici les composantes de notre modèle économique :

– La publicité traditionnelle, en baisse sur le papier, mineure sur le numérique, principalement en raison de la puissance du duopole Google-Facebook qui phagocyte le marché.

– Les revenus des ventes et abonnements papier qui restent stables malgré une diffusion en légère baisse.

– L’émergence de projets éditoriaux sponsorisés et le développement de l’événementiel.

– Le succès prometteur de notre offre éditoriale en ligne et de nos abonnements numériques, répartis à parité entre le Liban et l’étranger, signe de l’adhésion de la diaspora.



Ce succès, celui sur lequel nous bâtissons l’avenir de notre modèle économique, c’est à nos abonnés que nous le devons. Dépendre avant tout de ses lecteurs, quoi de plus noble pour un journal ? Ce modèle que nous inventons progresse chaque jour, mais ne suffit pas encore à compenser la baisse de nos revenus tirés du papier. Notre objectif est donc de maintenir une croissance soutenue pour les années à venir. Pour cela, nous nous engageons à améliorer en permanence notre contenu éditorial et nos supports numériques, et vous invitons à nous soutenir en vous abonnant.

Transparence sur nos revenus

Les projets sponsorisés, les événements et le publi-rédactionnel constituent une nouvelle source de revenus. Ces dernières années, nous avons lancé plusieurs projets en harmonie avec les valeurs que nous défendons. Des projets qui, pour la plupart, sont soutenus par des partenaires s’associant à nous dans notre combat citoyen (Fransabank, SGBL, CMA CGM ou encore avec des institutions telles que l’AUF ou le PNUD...). Il s’agit là d’un moyen de vous proposer un contenu plus riche, tout en adaptant notre offre publicitaire aux évolutions du marché. Pour chacun de ces partenariats, nous respectons une règle d’or : isoler notre contenu éditorial des impératifs commerciaux de l’annonceur. Et dans le cas de contenus publi-rédactionnels, les présenter au lecteur en toute transparence.

Et pour nous accompagner dans une complexe transition numérique, nous avons cette année encore bénéficié du précieux soutien de l’agence française de coopération médias (CFI), qui s’est traduit par de la formation et des missions de conseil.


Augmentation de capital

Pour financer cette stratégie éditoriale ambitieuse, dans un contexte particulièrement difficile, nous avons procédé à une levée de fonds de 1,2 million de dollars, la première depuis près de 15 ans. Le tour de table était réservé aux actionnaires existants (principalement Michel Eddé, Choueiri Group, famille Pharaon, famille Rizk) et 97 % d’entre eux y ont souscrit, preuve de la confiance qu’ils nous accordent.

Cette confiance nous engage vis-à-vis de nos actionnaires et vis-à-vis de vous, lecteurs. C’est pour cela qu’elle est adossée à un plan stratégique de développement. Avec ce plan et votre soutien, nous sommes convaincus que nous pouvons revenir à l’équilibre au plus vite et assurer notre indépendance financière, condition essentielle de notre indépendance politique.

Pour 2019, voici notre promesse : être au rendez-vous de grands événements politiques, économiques, culturels, sportifs; décrypter, surprendre, divertir parfois, avec toujours le même impératif de qualité et d’honnêteté. Nous fêterons également les 90 ans du Commerce du Levant, revue économique fondée en 1929, et prévoyons de belles manifestations pour célébrer ce magazine qui n’a rien perdu de sa jeunesse.

En vous remerciant pour votre confiance, nous vous souhaitons une bonne lecture.

L’Orient-Le Jour et Le Commerce du Levant

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Georges Lebon

Merci L’Orient-Le Jour et que vive la liberté !
Recevez tout mon soutien à votre modèle digital.

Bery tus

Que dire avec la trempe de journalistes qui forment L’Orient le jour, et toute son équipe c’est pas étonnant d’etre Le numéro un !! Un salut spécial à Michel Hajji Georgiou .... keep walking

Aoun Catherine

Commencer la journée sans la lecture de l'Orient-Le Jour...IMPOSSIBLE! Merci à toute l'équipe!

Joumana Jamhouri

Ma lecture incontournable du matin est de plus en plus étoffée! Bravoooooo! Longue vie à Lorient le Jour!

L'Orient-Le Jour

Cher Gregoire Trallala,
Nous entendons vos doutes, mais vous assurons que nos actionnaires n’interfèrent pas avec le travail éditorial de L’Orient-Le Jour.
Bien à vous

Yeomans Roger

Je vous souhaite tout succès! Je vous lis, et je me suis abonné, pour les raisons suivantes: (1) je m'intéresse au Liban et au Moyen--Orient et je veux m'informer là-dessus (2) je veux pratiquer et améliorer mon français, et dans vos pages je trouve un français très bien écrit (3) j'apprécie et j'ai confiance en votre indépendance et en votre liberté d'expression.

Sarkis Serge Tateossian

Longue vie à notre journal l'orient-le-jour son œuvre est presque une mission.
Joie et bonheur à toute l'équipe, Bravo

gaby sioufi

que dire a ce propos que votre article ne dit pas ?
en esperant- avec presque pas chances de succes- que d'autres medias ET/OU /femmes/hommes y travaillant puissent suivre votre exemple.

Gregoire Trallala

« Nous sommes fiers de ne dépendre d’aucun parti politique et de ne recevoir aucun financement partisan. »

Cela ne veut pas dire une objectivité totale . Je doute que vos actionnaires principaux soient indifférents au points de vue exprimés et ne fassent pas pression dans le sens de leur position politique .

Hamed Adel

Je ne peux que vous souhaiter une réussite totale et une "longue vie" de tout coeur!
Pourquoi ne pas envisager un actionnariat des lecteurs ?
je pense à des hebdomadaires français comme l'EVENEMENT du JEUDI ou MARIANNE ?
Pour le fils d'émigrés que je suis , lire "mon" journal
tous les matins sur mon pc est un lien émouvant avec le LIBAN . encore merci à tous les journalistes et à tous ceux qui font ce journal. adel.

Irene Said

De tout coeur longue vie à nos indispensables OLJ et Commerce du Levant, fenêtres ouvertes sur le monde entier !
Irène Saïd

Amère Ri(s)que et péril.

Arrêtez, vous allez me faire pleurer !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BON COURAGE ET DE L,AVANT ! JE VOUS SOUHAITE LA REUSSITE ! VOTRE OBJECTIF ETANT NOBLE.

Lecteurs OLJ

L’OLJ est le pilier et le dernier bastion de la langue Française au Liban et sans doute dans tout le Moyen Orient.
Je lui souhaite encore mille fois 95 ans, et qu’il reste le porte parole des libertés dans ce monde incertain.
À sa Direction, à son équipe, aux investisseurs je dis merci d’être là chaque matin pour accompagner notre journée.
Georges Tyan

Marionet

Bravo pour la transparence. L'occasion de saluer quelques traits spécifiques de l'OLJ: des photos très nombreuses dont l'origine est toujours citée. Cela évite par exemple d'exploiter des photos anciennes, d'archives par exemple, pour embellir un sujet ou fausser le contexte. Autre motif dont l'OLJ peut tirer une fierté légitime : une indépendance réelle à l'égard des actionnaires qui permet de donner la parole à de nombreuses parties. A propos d'actionnaires, cette augmentation de capital aurait pu être l'occasion d'élargir et diversifier l'actionnariat.

B M

Votre indépendance est rafraîchissante. Continuez et bravo.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

La soixante-treizième heure

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants