Rechercher
Rechercher

Liban

Heurts du week-end dans le centre-ville : les FSI démentent avoir fait usage de munitions pour la chasse au sanglier

Des polcieirs antiémeute arrêtant un protestataire à Beyrouth, le 18 janvier 2020. REUTERS/Mohamed Azakir

Les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont démenti mardi avoir utilisé des balles en caoutchouc, généralement utilisées pour la chasse des cochons sauvages ou des sangliers, alors que la police est accusée d'avoir recouru à un usage excessif de la force.

"Un enregistrement audio circule sur les réseaux sociaux dans lequel une personne prétend que les FSI ont utilisé contre des manifestants des balles en caoutchouc destinées à la chasse au sanglier. Ces balles ne sont pas utilisés au Liban", indique un communiqué publié dans la journée.

Plusieurs manifestants et ONG ont protesté contre des tirs à bout pourtant de balles en caoutchouc qui ont causé de graves blessures, notamment à l’œil. "Les balles en caoutchouc utilisées au Liban sont les mêmes que celles utilisées dans plusieurs pays développés. Elles sont utilisées contre les émeutiers les plus violents et dangereux après plusieurs avertissements", précisent les FSI.

"Les agents des FSI ont l'ordre de tirer exclusivement en direction des jambes, à une distance d'environ 10 mètres. Néanmoins, dans peu de cas, ces balles ont été tirées à bout portant contre des personnes extrêmement violentes, notamment contre ceux qui ont lancé des cocktails Molotov", indique ce communiqué.



Les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont démenti mardi avoir utilisé des balles en caoutchouc, généralement utilisées pour la chasse des cochons sauvages ou des sangliers, alors que la police est accusée d'avoir recouru à un usage excessif de la force.

"Un enregistrement audio circule sur les réseaux sociaux dans lequel une personne prétend que les FSI ont utilisé contre...