Hydrocarbures

La Russie ouvre le robinet du premier gazoduc « historique » vers la Chine

Le président russe et son homologue chinois ont salué hier l’inauguration « historique » d’un gazoduc commun, le premier de trois projets gaziers en cours d’achèvement par la Russie pour asseoir sa domination sur le marché du gaz.

« Le robinet est ouvert ! » a déclaré le patron de Gazprom Alexeï Miller, alors que le gaz russe des gisements de Sibérie orientale franchissait la frontière chinoise dans le gazoduc « Power of Siberia » (Force de Sibérie).

Le tube connecte, via plus de 2 000 km de tuyaux, les gisements de Sibérie orientale à la frontière chinoise. À terme, le réseau dans son ensemble sera long de plus de 3 000 km. Ce chantier a mobilisé au total quelque 10 000 personnes pendant cinq ans, travaillant alors que les températures dans ces régions pouvaient tomber à -50°C. Le coût de « Power of Siberia » a été estimé par Gazprom à 55 milliards de dollars, pour une capacité en 2022-2023 de 38 milliards de mètres cubes par an, soit 9,5 % du gaz consommé en Chine.

Lors d’une vidéoconférence avec le Chinois Xi Jinping, Vladimir Poutine a salué « un événement véritablement historique » qui « portera la coopération stratégique russo-chinoise à un tout autre niveau ». « Le développement des relations sino-russes est et sera une priorité de la politique étrangère de chacun de nos pays », a pour sa part déclaré Xi Jinping, très lié à son « ami » Poutine.



Le président russe et son homologue chinois ont salué hier l’inauguration « historique » d’un gazoduc commun, le premier de trois projets gaziers en cours d’achèvement par la Russie pour asseoir sa domination sur le marché du gaz.

« Le robinet est ouvert ! » a déclaré le patron de Gazprom Alexeï Miller, alors que le gaz russe des gisements de...

commentaires (0)

Commentaires (0)