Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Aoun reçoit Houssam Zaki et Jan Kubis

Le secrétaire général ajoint de la Ligue arabe, Houssam Zaki, au palais présidentiel libanais, le 28 novembre 2019. Photo Dalati et Nohra

Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe Houssam Zaki, actuellement en tournée au Liban, a affirmé jeudi que la Ligue "soutient le Liban" dans les crises économique et politique qu'il traverse, soulignant que leur résolution "doit venir des Libanais" eux-mêmes.  A l'issue d'un entretien avec le président libanais Michel Aoun, M. Zaki a affirmé lui avoir transmis "l'appui de la Ligue". "Nous sommes prêts à contribuer à un règlement de la crise, tout en ayant conscience que cette résolution doit venir des Libanais eux-mêmes", a-t-il indiqué. Le diplomate égyptien a par ailleurs annoncé qu'il allait rencontrer un grand nombre de responsables politiques libanais "afin de voir si la Ligue peut jouer un rôle pour aider à trouver une solution". 

Peu après, le chef de l'Etat a reçu à Baabda le coordonnateur spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Liban, Jan Kubis, avec qui il a évoqué les derniers développements dans le pays et la résolution onusienne 1701.  Lors de leur réunion, M. Kubis a informé le chef de l'Etat, selon certaines sources citées par notre correspondante Hoda Chédid, des travaux du Conseil de sécurité de l'ONU concernant le Liban et le communiqué, approuvé à l'unanimité en début de semaine, portant sur la formation du futur cabinet et les réformes économiques à mettre en œuvre. Pour M. Kubis, le fait que ce communiqué ait été approuvé à l'unanimité prouve que la communauté internationale "veille à la paix et la stabilité" du pays. "Le Conseil de sécurité s'inquiète de la situation économique et veut aider le plus rapidement possible" Beyrouth, a par ailleurs ajouté le diplomate. Il a dans ce contexte indiqué que le groupe international de soutien au Liban devrait tenir bientôt une réunion élargie, afin de confirmer qu'un soutien sera apporté au Liban "dès que le gouvernement sera formé".

Une des réalisations de la révolte libanaise dirigée contre la classe dirigeante accusée de corruption, entrée dans son 43e jour, a été la chute du gouvernement de Saad Hariri, le 29 octobre. Toutefois depuis cette date, le chef de l’État n'a toujours pas lancé les consultations parlementaires contraignantes pour la nomination d'un président du Conseil, arguant qu'il faut préparer le terrain à la formation du cabinet. Alors que des sources au palais présidentiel évoquaient la date de jeudi pour les consultations, après que Saad Hariri se soit récusé, aucune annonce officielle n'a encore été faite. Cette impasse politique survient alors que le Liban connaît une grave crise économique.


Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe Houssam Zaki, actuellement en tournée au Liban, a affirmé jeudi que la Ligue "soutient le Liban" dans les crises économique et politique qu'il traverse, soulignant que leur résolution "doit venir des Libanais" eux-mêmes.  A l'issue d'un entretien avec le président libanais Michel Aoun, M. Zaki a affirmé lui avoir transmis "l'appui de...