Rechercher
Rechercher

Beyrouth

Selon le site Akhbar al-Saha, les assaillants du Hezbollah lancent de violentes menaces aux manifestants

La page twitter Akhbar al-Saha, a rapporté que "les chabbiha de (Hassan) Nasrallah et (Nabih) Berry à Riad el-Solh cassent les tentes, et menacent les manifestants en lançant "Nous tuerons tout manifestant". 

 

Les forces anti-émeutes puis l'armée se sont déployées, dans le nuit de dimanche à lundi, sur la voie express du Ring à Beyrouth après qu'un face à face ait eu lieu entre des protestataires mobilisés contre la classe dirigeante et des partisans du Hezbollah.

Les forces anti-émeutes puis l'armée se sont déployées, dans le nuit de dimanche à lundi, sur la voie express du Ring à Beyrouth après qu'un face à face ait eu lieu entre des protestataires mobilisés contre la classe dirigeante et des partisans du Hezbollah. Tandis que des jeunes criaient "Révolution!" (Thaoura), d'autres jeunes, en face, répondaient "chiites" et "7 mai", a rapporté une journaliste de la MTV présente sur place. 

L'Agence nationale d'information (Ani, officielle) rapporte "que des jeunes hommes sur des mobylette sont arrivés au ring et se sont postés face aux manifestants". "Les forces anti-émeutes sont alors intervenues et les jeunes hommes à mobylette se sont retirés, ajoute l'Ani précisant qu'avant cela, une "dispute avait éclaté dégénérant en échauffourées".  

Alors que l'impasse politique semble totale, et qu'aucune date pour des consultations parlementaires, première étape pour la formation d'un nouveau gouvernement, n'a encore été fixée, il semblerait que le mouvement de révolte populaire se durcisse cette semaine.

Depuis le 17 octobre, le Liban est secoué par un soulèvement inédit ayant mobilisé des centaines de milliers de manifestants, qui crient leur ras-le-bol face à une économie au bord du gouffre, mais aussi une classe politique jugée corrompue et incompétente, dominée depuis des décennies par les mêmes clans.


La page twitter Akhbar al-Saha, a rapporté que "les chabbiha de (Hassan) Nasrallah et (Nabih) Berry à Riad el-Solh cassent les tentes, et menacent les manifestants en lançant "Nous tuerons tout manifestant".