X

Moyen Orient et Monde

La campagne présidentielle commence discrètement

Algérie
OLJ
18/11/2019

La campagne électorale pour la présidentielle en Algérie a débuté hier de manière discrète, sept mois après la démission de Abdelaziz Bouteflika, alors que le déroulement et l’issue de ce scrutin sont incertains en raison de son rejet par le mouvement de contestation.

Les cinq candidats en lice ont tous participé ou soutenu les deux décennies de présidence Bouteflika et sont vilipendés par une bonne partie de la population. Parmi eux, les ex-Premiers ministres Ali Benflis et Abdelmajid Tebboune, des septuagénaires, font figure de favoris. À leurs côtés : Azzedine

Mihoubi, Abdelaziz Belaid et Abdelkader Bengrina. La campagne, qui se terminera le 8 décembre à minuit, trois jours avant le scrutin, « s’annonce très difficile », avertit l’universitaire Mohammad Hennad. « J’espère qu’il n’y aura pas de violence et que la contestation demeurera pacifique. »

En ce premier jour, aucun candidat n’a organisé de meeting à Alger ou dans une des grandes villes du Nord, où le refus du scrutin est clamé chaque semaine.

M. Bengrina avait planifié une tournée dans la capitale avec la presse, tout en refusant d’indiquer à l’avance les endroits où il se rendrait. Selon des médias locaux, le meeting de Ali Benflis a quant à lui été chahuté à Tlemcen (nord-ouest d’Alger). Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant la salle où le candidat devait animer un meeting et ont scandé « Benflis dégage », d’après les mêmes sources.

Le « Hirak », mouvement de contestation inédit apparu en février, ne faiblit pas – des manifestations massives continuent chaque semaine – et refuse plus que jamais la tenue d’une présidentielle. Après avoir obtenu en avril le départ de Abdelaziz Bouteflika, les contestataires s’étaient déjà opposés à une élection prévue le 4 juillet, qui avait été annulée faute de candidats.

Autre preuve que cette campagne est « rejetée », explique Mohammad Hennad, aucun candidat n’a jusque-là apposé ses affiches électorales sur les panneaux prévus à cet effet dans la capitale.

Le général Ahmad Gaïd Salah, homme fort du pays depuis la démission de M. Bouteflika, et le haut commandement militaire refusent tout autre scénario de sortie de crise qu’une élection présidentielle et rejettent la mise en place d’institutions de transition comme réclamé par les manifestants. Samedi soir, le haut commandement a lancé un appel aux Algériens pour les « exhorter » à « participer activement aux côtés des forces » de sécurité afin d’« assurer la réussite de ce rendez-vous crucial pour l’avenir du pays ». Le communiqué de l’armée précise que les dispositions ont été prises afin de « permettre au peuple algérien de participer massivement à la campagne électorale et au prochain scrutin présidentiel en toute liberté et transparence ». Depuis près d’un mois, la télévision publique montre des manifestations dans certaines villes en faveur des élections et soutenant le général Salah.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

C’est tous les jours dimanche

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants