Liban

Manifestation : des hommes en colère tentent de rouvrir le Ring par la force

Une route menant sur la voie express du Ring, à Beyrouth, bloquée à l'aide de bennes à ordures, le 28 octobre 2019. Photo Michel Sayegh

Un groupe d'hommes en colère, vraisemblablement partisans du Hezbollah et du mouvement Amal, tentaient mardi de rouvrir par la force la voie rapide du Ring,qui traverse Beyrouth, et où des manifestants pacifistes bloquent la circulation depuis plusieurs jours dans le cadre de la révolte inédite contre la classe politique qui a débuté le 17 octobre.

Se plaignant du blocage des routes depuis plusieurs jours, des hommes rassemblés face aux manifestants tentaient à la mi-journée de démonter les tentes installées sur place et de déloger les protestataires. Alors qu'une bagarre généralisée débutait, des membres de la brigade anti-émeute sont intervenus pour mettre un terme à l'accrochage.

"Dieu, Nasrallah et toute la banlieue", ont scandé certains hommes qui s'opposaient aux manifestants. D'autres ont crié des slogans en soutien au chef du Parlement, Nabih Berry.

Mardi, au 13e jour consécutif de la révolte inédite contre le pouvoir libanais, et à l'approche de la fin du mois, la nervosité et la tension dans la rue sont montées d'un cran, de nombreuses disputes et bagarres éclatant entre manifestants et automobilistes excédés, au niveau des barrages routiers tenus par les protestataires sur les axes névralgiques à travers le pays.

La révolte libanaise a été déclenchée le 17 octobre après l'annonce de la taxe sur les appels via WhatsApp. Cette mesure a été vite annulée mais la colère ne s'est pas apaisée contre la classe dirigeante, jugée incompétente et corrompue dans un pays qui manque d'électricité, d'eau ou de services médicaux de base 30 ans après la fin de la guerre civile (1975-1990).

Face à la colère des Libanais mobilisés, c’est surtout sur le facteur temps que les pôles du pouvoir semblent, pour leur part, parier pour que la révolte en cours s’essouffle.



Un groupe d'hommes en colère, vraisemblablement partisans du Hezbollah et du mouvement Amal, tentaient mardi de rouvrir par la force la voie rapide du Ring,qui traverse Beyrouth, et où des manifestants pacifistes bloquent la circulation depuis plusieurs jours dans le cadre de la révolte inédite contre la classe politique qui a débuté le 17 octobre.

Se plaignant du blocage des...