Dernières Infos

Manifestations au Liban : début d'un Conseil des ministres crucial à Baabda



"Le pouvoir du peuple est plus fort que les gens au pouvoir", peut-on lire sur cette pancarte, brandie par une manifestante, à Beyrouth, le 20 octobre 2019. Photo AFP / Anwar AMRO

Les ministres libanais ont donné ce lundi matin le coup d'envoi d'une réunion gouvernementale cruciale sous la présidence du chef de l’État Michel Aoun, au cours de laquelle ils doivent approuver le plan de réformes proposé par le Premier ministre Saad Hariri, pour sortir de la crise socio-économique et apaiser la rue libanaise, massivement mobilisée pour la cinquième journée consécutive. Le président du Conseil s'adressera aux Libanais à l'issue de la réunion du gouvernement.

Selon l’agence Reuters, les mesures préconisées par le Premier ministre comprennent notamment une réduction de 50 % des salaires des responsables officiels, actuels et anciens, la privatisation du secteur des télécoms et une refonte du secteur de l’électricité. Ces réformes, discutées lors de nombreuses réunions de M. Hariri avec les responsables ces deux derniers jours, auraient été approuvées officieusement par les différentes formations politiques.

Le Conseil des ministres a été précédé d'un aparté entre MM. Hariri et Aoun.

La réunion de lundi a pour objectif de faire face à la mobilisation, lancée il y a cinq jours pour protester contre la corruption au sein de la classe politique et la crise socio-économique. Vendredi, le Premier ministre avait donné jusqu'à aujourd'hui à sa coalition gouvernementale pour trouver une solution à la crise, faute de quoi il "agirait différemment", en référence à une éventuelle démission de son cabinet. Entre temps, les quatre ministres des Forces libanaises ont présenté leur démission au secrétariat du Conseil. 

La réunion de lundi a commencé alors que les manifestants commencent à affluer dans tout le pays, que la majorité des grands axes de communication sont coupés par des barrages informels et que les appels aux manifestations et à la grève se bousculent sur les réseaux sociaux. Écoles, universités et banques sont fermées sur l'ensemble du territoire.


Les ministres libanais ont donné ce lundi matin le coup d'envoi d'une réunion gouvernementale cruciale sous la présidence du chef de l’État Michel Aoun, au cours de laquelle ils doivent approuver le plan de réformes proposé par le Premier ministre Saad Hariri, pour sortir de la crise socio-économique et apaiser la rue libanaise, massivement mobilisée pour la cinquième journée...