Liban

Berry à Baabda pour préparer la réunion du 17 octobre

OLJ
11/10/2019

Le président de la Chambre, Nabih Berry, a créé hier la surprise en se rendant à Baabda pour discuter avec le président Michel Aoun d’un certain nombre de sujets d’actualité, comme il devait lui-même l’expliquer à la presse, dont les débats autour du budget et du train de réformes.

Ce déplacement, un des rares du chef du législatif à Baabda, est cependant principalement motivé par la réunion parlementaire du 17 octobre qui sera consacrée à l’explication de l’article 95 de la Constitution exigée par le chef de l’État, à la suite du conflit au sujet du respect de la parité au sein de l’administration publique.

Michel Aoun avait, dans un premier temps, refusé de signer le budget de 2019 tel qu’adopté par le Parlement, en raison de l’alinéa controversé de l’article 80 de la loi des finances qui exempte les lauréats (en grande majorité musulmans) du concours de la fonction publique des effets de la loi gelant les recrutements dans l’administration. Le chef de l’État avait fini par signer le budget mais avait adressé une lettre à la présidence du Parlement pour réclamer une convocation de la Chambre, afin d’interpréter l’article 95 de la Constitution sur la parité au sein de l’administration.

Cette convocation fait craindre cependant une dérive des débats dans un contexte de polarisation communautaire et politique. Récemment, des médiations avaient été effectuées en coulisses pour tenter de convaincre le chef de l’État de renoncer à cette démarche sous prétexte que la situation économique et financière du pays nécessite une concentration de tous sur ce dossier. Devant l’intransigeance du président, il a été question, à un moment donné, qu’un groupe de députés présentent une demande de report à la réunion du 17 octobre, mais le bloc du CPL a également rejeté cette option.

Selon des sources informées, la réunion parlementaire est maintenue et si Nabih Berry s’est rendu à Baabda, c’est pour expliquer au président qu’en cas de dérapage des débats, il prendra lui-même l’initiative de lever la séance.

De mêmes sources, on indique que MM. Berry et Aoun ont également discuté des mesures à prendre pour faire face aux sanctions américaines infligées au Hezbollah, mais qui risquent d’affecter le Liban.


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

La faillite du modèle de gouvernement libanais ou le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants