X

Liban

L’homme fort de Khiam sous l’occupation israélienne en détention provisoire

Justice
OLJ
13/09/2019

Amer Élias Fakhoury, rentré au Liban il y a quelques jours par l’aéroport, est en détention provisoire sur ordre du commissaire du gouvernement près la cour militaire, le juge Peter Germanos. L’ancien chef militaire de l’Armée du Liban-Sud, en charge de la tristement célèbre prison de Khiam au Sud (durant l’occupation israélienne de la bande frontalière), comptait apparemment sur le fait qu’il y a prescription de ses crimes, pour lesquels il a été condamné par contumace à 15 ans de prison en 1996, pour collaboration avec Israël. Sachant que le code pénal au Liban stipule que pour les jugements par contumace, la prescription s’applique dès que le double de la durée de la peine est passée, limitant cependant cette durée à vingt ans au maximum.

Selon des informations obtenues par L’Orient-Le Jour, la détention de Amer Fakhoury et l’enquête effectuée actuellement par la Sûreté générale se font indépendamment de la prescription des crimes pour lesquels il a été jugé par le passé. Il s’agit en fait de vérifier si ses liens avec Israël ont persisté au-delà de l’époque de son engagement auprès de l’ALS, selon des sources bien informées. L’issue de l’enquête déterminera le sort du prévenu.

Amer Fakhoury, 56 ans, originaire du Liban-Sud, détenteur de la nationalité américaine et ayant quitté le Liban en 1998 pour les États-Unis via Israël, espérait de toute évidence que son retour au Liban se passerait dans le calme. Mais les souffrances qu’il a infligées font en sorte qu’il n’a pas été oublié. Son retour a provoqué un tollé autant dans la rue que sur les réseaux sociaux.

En effet, la prescription des crimes ne signifie pas qu’ils sont oubliés par les principales victimes. Déjà, suivant les informations de la chaîne LBC, plusieurs anciens détenus de Khiam ont déposé des plaintes contre Fakhoury auprès du parquet du Liban-Sud. Ces plaintes n’ont pas d’incidence directe sur l’action du tribunal militaire, auprès duquel il n’est pas possible de déposer plainte.

Plusieurs anciens détenus ont, en outre, effectué hier un sit-in devant le Palais de justice en vue d’exprimer leur refus « de toute indulgence envers les agents de l’occupant israélien et de toute couverture pour leurs crimes », exigeant que « l’agent Fakhoury soit arrêté et jugé ». Le retour de ce dernier a également été dénoncé par le Parti syrien national social (PSNS), qui a demandé « l’application de la loi à l’encontre des agents », et par la branche jeunesse du Parti socialiste progressiste, qui a considéré que « ne pas juger Fakhoury constitue une insulte à la mémoire des Libanais ».



Lire aussi

Seize ans après le retrait israélien, des villages attendent toujours leurs bien-aimés


Pour mémoire

Actes d'accusation contre 14 Libanais ayant obtenu la nationalité israélienne

Décès à Paris d'Antoine Lahd, ancien chef de l'ALS

Arzé Saad Haddad, une Libanaise qui perfectionne les missiles israéliens


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

Il faudra lui faire revisiter Khiam pour que, si jamais il a un brin de conscience, il puisse entendre les cris de souffrance de ceux qu'il torturait. Rien que pour ça il mériterait de croupir ad vitam aeternam dans ces mêmes cellules!!!

Honneur et Patrie

Les Libanais ne sont pas des autruches et ont la mémoire longue. Sans l'ALS, les Palestiniens auraient créé une nouvelle Palestine au sud du Liban.
Quant aux PSNS, se souviennent-ils du 8 juillet 1949 ?
Quant aux derviches-retourneurs de veste sur le chemin de Damas, leur nombre est indéfini. Point à la ligne.

Sissi zayyat

Elle a bon dos la traîtrise!

Un personnage sorti d'on ne sait où, armé jusqu'aux dents qui terrorise, tue impunément les libanais qui ne sont pas dans son camp et règne en maître absolu en déclamant tous les jours ses prouesse et prête allégeance ouvertement à un autre pays en détruisant soit disant le sien est un résistant, et un autre qui a commit je ne sais quel crime il y a des décennies est interpelé à l'aéroport.

Commençons par juger tous les traitres actuels et nous serons tous d'accord pour que la peine de mort soit prononcé pour tous les TRAITRES de ce pays.

Là on parlera de justice. La lâcheté de quelques membres du gouvernement actuel a fait que cet homme est devenu ce qu'il est. Il,peut certes tué et on a tous l'instinct de survie mais il tuera tuera combien? 20, 100 mais il ne peut pas tuer des millions sous couvert de résistance.
on revient toujours à l'union qui manque atrocement dans notre pays.

Amère Ri(s)que et péril.

Un procès s'impose pour que ceux , et surtout celles qui ont , soit oublié soit ignoré l'histoire du Liban et de son occupation barbare par un pays dit "exemplaire" pendant 18 ans se rappellent que le pays de l'usurpation n'a pas besoin de tunnel ou de provocations pour mieux vous voler mon enfant .

Après le départ de Yasser arafat , ils sont quand même resté 18 ans à nous torturer et à nous PILLER nos ressources , rappelons que le 1er attentat contre leur présence néfaste n'est intervenu que 1 an et demi plus tard.

Ils avaient le temps de se retirer , mais l'appât du gain , la cupidité et le sens de l'usurpation les a perdu .

Quant à dire qu'il faudrait que les criminels contre le peuple libanais venant de Syrie doivent aussi payer pour leurs crimes , je n'y vois aucun inconvénient, mais que ceux qui réclament une telle justice aillent par eux mêmes demander des comptes à l'occupant syrien , COMME LE HEZB LIBANAIS RÉSISTANT L'A FAIT AVEC LE PAYS USURPATEUR .

ON EST JAMAIS MIEUX SERVI QUE PAR SOI MÊME.

HABIBI FRANCAIS

Il est evident que cette personne controversee est en mission au Liban avec l aval du Hezbollah.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QU,EST-IL VENU FAIRE SACHANT LA REACTION ?

Amère Ri(s)que et péril.

Pour terminer avec ce sujet très sérieux, l'olj aurait dû plutôt parler de BOURREAU DE KHIAM au lieu de "homme fort" , LA QUESTION QUI SE POSE EST SI CE CRIMINEL A VOULU REVENIR DANS UN PAYS SANS EAU , SANS ÉLECTRICITÉ ENVAHI PAR DES DÉTRITUS DE TOUTE PART , VENANT D'UN PAYS OÙ ON NOUS DIT QU'IL EST EXEMPLAIRE EN TOUT POINT DE VUE , FAUDRAIT SURTOUT PAS SE FAIRE DE DOUTE LÀ-DESSUS , IL EST EN MISSION POUR LE COMPTE DES USURPATEURS .

L'ARROGANCE ET L'APPÂT DU GAIN REND FOU ET AVEUGLE .

Fadi Chami

Ce type doit certainement savoir qu’il sera repéré au moment où il montrera sa tronche à l’aéroport. Je me demande qu’est-ce qu’il vient faire au Liban...

gaby sioufi

TOUT A FAIT POUR QUE LES INDIVIDUS LUI INTENTENT DES PROCES.
MAIS QUE LE PARTI SYRIEN PSNS PRENNE CETTE MEME INITITATIVE BEN NON, MILLE FOIS NON, UN MILLION DE FOIS NON.

PAS TANT QU'ILS NE LIVRENT PAS LEUR HOMME ASSASSIN DE FEU NOTRE PRES. BACHIR GEMAYEL, PAS TANT QU'ILS NE PRESENTE PAS DES EXCUSES, DES MEA MAXIMA CULPA ( LE PARTI PAS L'ASSASSIN) ) .

Antoine Sabbagha

Au nom du pardon , laissons le Ciel condamner les bourreaux et essayons de tourner une nouvelle page blanche pour un nouveau Liban ou tout le monde vivra en paix .

Yves Prevost

"refus de toute indulgence envers les agents de l’occupant israélien ". On veut bien, d'accord! Mais il faudrait juger également tous les agents de l'occupant syrien coupables de crimes peut-être plus atroces encore.
Et, sur ce point, le PSNS ferait mieux de se faire oublier.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Apprendre à vivre sans les Américains

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants