Féminicide

Un nouveau crime d’honneur choque par-delà la Cisjordanie occupée

Israa Ghrayeb. Photo Twitter

Le décès suspect d’une Palestinienne de 21 ans a provoqué une onde de choc en Cisjordanie occupée et sur les réseaux sociaux. Israa Ghrayeb serait, selon sa famille, morte d’une crise cardiaque le 22 août, alors que ses amis soutiennent qu’elle aurait succombé aux coups et blessures infligés par ses proches. La jeune esthéticienne originaire de Beit Sahour, qui étudiait l’anglais à l’Université de Bethléem, était arrivée le 8 août à l’hôpital après avoir chuté du deuxième étage, et présentait une « fracture de la colonne vertébrale ». La famille n’aurait toutefois pas souhaité qu’elle se fasse opérer et l’aurait ramenée à la maison. C’est là qu’elle aurait fait un arrêt cardiaque.

Une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux aurait capté les hurlements de la jeune femme battue par des membres masculins de sa famille à l’hôpital. Selon son beau-frère, qui s’est exprimé au nom de la famille, Israa a commencé à crier dès son réveil à l’hôpital, craignant les injections et les traitements, et affirmant que des personnes l’avaient battue. Il a ensuite raconté qu’un djinn (diable) était entré en elle et que cette version était confirmée par « le service de traitement coranique à Bethléem ». Le ministère palestinien du Wakf et des Affaires religieuses a confirmé au Haaretz qu’il n’existait pas de « département des traitements coraniques ».

Selon des témoignages d’amis, tout serait parti d’une photo postée sur Instagram montrant Israa en compagnie d’un jeune homme qui l’avait demandée en mariage quelques semaines plus tôt. Toujours selon eux, la maman était au courant du rendez-vous en public des deux amoureux qui étaient accompagnés de la sœur d’Israa. Ce serait la photo en question qui aurait provoqué l’ire des hommes de la famille pour des questions d’honneur.

Le mot-dièse « Nous sommes tous Israa Ghrayeb » (en arabe) est rapidement devenu viral après que des activistes eurent pointé du doigt un nouveau crime d’honneur camouflé en accident. Des personnalités arabes telles que Nancy Ajram ou Elissa ont condamné sur Twitter la mort d’Israa et demandé que justice soit faite, alors que la police palestinienne a assuré de son côté avoir ouvert une enquête sur cette affaire. Le Premier ministre palestinien Mohammad Chtayyeh a annoncé hier que plusieurs personnes ont été arrêtées pour être interrogées. « L’enquête se poursuit, nous attendons les résultats des tests de laboratoire », a-t-il dit dans une vidéo diffusée par l’agence de presse palestinienne WAFA. Des manifestations en hommage à la jeune femme ont été lancées dès le week-end. Des dizaines de femmes ont notamment manifesté hier devant le siège du gouvernement palestinien à Ramallah. « Tout indique que c’est un meurtre », a expliqué à l’AFP l’ancienne ministre Majda al-Masri, présente au rassemblement. « Cette manifestation aujourd’hui n’est pas seulement pour que les auteurs soient poursuivis, mais aussi pour que le gouvernement assume ses responsabilités en promulguant la loi pour protéger les familles. »

Malgré un amendement en 2018 à l’article 99 du code pénal palestinien, qui autorisait les juges à réduire les peines infligées aux auteurs de crimes d’honneur, les rapports montrent que cette pratique est en augmentation en Cisjordanie, à Gaza et au sein de la communauté palestinienne en Israël. En 2018, 20 femmes sont mortes dans des conditions similaires, et 19 autres sont décédées cette année.


Le décès suspect d’une Palestinienne de 21 ans a provoqué une onde de choc en Cisjordanie occupée et sur les réseaux sociaux. Israa Ghrayeb serait, selon sa famille, morte d’une crise cardiaque le 22 août, alors que ses amis soutiennent qu’elle aurait succombé aux coups et blessures infligés par ses proches. La jeune esthéticienne originaire de Beit Sahour, qui étudiait...

commentaires (9)

Y'a-t-il un mot pour qualifier cette sauvagerie ? Je n'en ai pas vraiment. Mais le manque de culture et d'éducation en sont le moteur de cette ignorance infinie. Une Famille plus bas que terre.

Sarkis Serge Tateossian

07 h 21, le 04 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Y'a-t-il un mot pour qualifier cette sauvagerie ? Je n'en ai pas vraiment. Mais le manque de culture et d'éducation en sont le moteur de cette ignorance infinie. Une Famille plus bas que terre.

    Sarkis Serge Tateossian

    07 h 21, le 04 septembre 2019

  • Un nouveau crime d’honneur choque par-delà la Cisjordanie occupée POURQUOI CE TITRE DE CISJORDANIE OCCUPEE ? BEIT SAHOUR ET BETHLEEM SONT DES REGIONS OU L'AUTORITE PALESTINIENNE EXERCE SA JURIDICTION COMPLETE? Meller cet assassinat meprisable lui fait perdre de sa valeur en creant l'impression que les autorites Palestiniennes n'ont rien a faire dans cette histoire contrairement au texte explicite qui le dit

    LA VERITE

    01 h 48, le 04 septembre 2019

  • cela fait partie des blocages de cette société arabo musulmane...- On a inventé des codes, et impossible de s'en défaire....quand un slogan du genre: votre honneur ne passe pas entre mes jambes......verra le jour ...

    HIJAZI ABDULRAHIM

    21 h 50, le 03 septembre 2019

  • Bizarre, Beit Sahour est une ville presque entièrement chrétienne..

    Jean abou Fayez

    19 h 15, le 03 septembre 2019

  • Horrible, horrible, horrible !! Pauvre femme...Quand on ne meurt pas sous les bombes , on meurt frappe par les siens..Quelle malediction !

    LeRougeEtLeNoir

    18 h 27, le 03 septembre 2019

  • Les journalistes devraient écrire "crime barbare dit d'honneur" .

    MGMTR

    16 h 21, le 03 septembre 2019

  • J'espère que la justice ne va pas diviser les années de prisons par le nombre des éventuels participants mais plutôt à les multiplier.

    MGMTR

    14 h 40, le 03 septembre 2019

  • Comment un hospital autorise le depart d'une patiente avec de tels problemes et comment meme dans un hospital on peut encore frapper des patients sans aucune reaction du membre hospitalier Repose en paix Israa en pensant que la vie dans ce monde et surtout avec cette mentalite ne merite meme pas d'y vivre

    LA VERITE

    12 h 56, le 03 septembre 2019

  • Pauvre petite....meme les animaux les plus sauvages prennent soin de leurs creatures....il faut unepeine exemplaire contre la famille d izra....pour que plus jamais ne se produise de crimes d honeur.

    HABIBI FRANCAIS

    01 h 22, le 03 septembre 2019