Dernières Infos

Iran : deux personnes emprisonnées pour "espionnage", dont un Irano-Britannique

AFP
27/08/2019

Deux personnes dont une Irano-Britannique, ont été emprisonnées en Iran pour "espionnage" au profit d'Israël, a annoncé mardi un porte-parole de l'Autorité judiciaire.

Anousheh Ashouri, qui possède la double nationalité, a été condamnée à 10 ans de prison pour avoir "transmis des informations au Mossad", les services secrets israéliens, a indiqué le porte-parole Gholamhossein Esmaïli, cité par Mizan, l'organe de l'autorité judiciaire.

Elle a également été condamnée à deux ans de prison pour avoir reçu selon la justice iranienne 33.000 euros "de fonds illicites en provenance d'Israël".

Ali Johari, un ressortissant iranien, a écopé de 10 ans pour "diverses infractions d'espionnage y compris des liens avec le Mossad et des rencontres avec des éléments liés aux sionistes" (Israël), a précisé M. Esmaïli.

Selon lui, M. Johari a été en contact avec des agents en Inde, au Laos et au Sri Lanka notamment, s'est rendu dans les Territoires occupés par Israël et a "engagé la procédure pour obtenir la citoyenneté de ce pays", ennemi juré de la République islamique d'Iran.

M. Johari a également été condamné à deux ans de prison pour avoir "accepté des fonds illicites", dont le montant n'a pas été précisé.

Anousheh Ashouri figure parmi plusieurs binationaux actuellement emprisonnés en Iran, qui ne reconnaît pas la double nationalité et n'accorde généralement pas un accès consulaire aux détenus.

Binationaux en prison
Dans une autre affaire, une cour d'appel de Téhéran a confirmé la peine de 10 ans de prison pour espionnage à l'encontre d'Aras Amiri, une employée iranienne du centre culturel britannique British Council.

Mme Amiri "a été condamnée à 10 ans de prison (...) et elle purge actuellement cette peine. Ce verdict a été confirmé par la cour" d'appel, a déclaré mardi M. Esmaïli.

La justice lui reproche d'avoir été chargée d'élaborer et de gérer des projets culturels d'"infiltration" en Iran.

En mai 2018, le British Council avait fait état de l'arrestation en Iran de cette employée, une étudiante iranienne résidant au Royaume-Uni, alors qu'elle rendait visite à sa famille en Iran. La justice iranienne l'a condamnée en mai 2019 à 10 ans de prison pour "espionnage" au profit de la Grande-Bretagne.

La Première ministre britannique de l'époque, Theresa May, avait dénoncé comme "hautement choquante" cette condamnation.

Plusieurs binationaux sont actuellement emprisonnés en Iran. L'Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, employée de la fondation Thomson Reuters, a été arrêtée en 2016 et condamnée à cinq ans de prison pour participation à des manifestations contre le régime en 2009, ce qu'elle nie.

Sa détention a provoqué d'importantes tensions avec le Royaume-Uni.

L'homme d'affaires irano-américain Siamak Namazi et son père Mohammad Bagher purgent des peines de 10 ans de prison pour espionnage dans une affaire qui a indigné Washington.

Et le mois dernier, l'Iran a confirmé l'arrestation de l'universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah, sans donner de détails sur l'affaire.

"Etant donné la nature de l'affaire [...] le moment n'est pas encore venu de donner des informations sur son cas", avait dit en juillet M. Esmaïli.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants