X

À La Une

Coup de théâtre au sommet du G7, avec la venue de Zarif

Sommet

Les discussions ont été "positives", a déclaré la présidence française, précisant que le ministre iranien, sous le coup de sanctions américaines, était venu à Biarritz "en accord" avec les Etats-Unis.


OLJ/AFP
25/08/2019

Coup de théâtre au G7 de Biarritz (France) sur le front du nucléaire iranien, le chef de la diplomatie iranienne a été reçu par des Européens dimanche en marge du sommet, où le président français Emmanuel Macron tentait de convaincre son homologue américain Donald Trump de jouer la désescalade avec Téhéran.

Mohammad Javad Zarif a rencontré Emmanuel Macron et son homologue français Jean-Yves Le Drian ainsi que des représentants des deux autres pays européens - Allemagne et Grande-Bretagne - signataires de l'accord sur le nucléaire iranien. "Le chemin est difficile" mais cela "vaut la peine d'essayer", a tweeté le chef de la diplomatie iranienne, resté quelques heures à Biarritz, à l'issue de ses entretiens.

Les discussions ont été "positives", a déclaré la présidence française, précisant que le ministre, sous le coup de sanctions américaines, était venu à Biarritz "en accord" avec les Etats-Unis et que M. Macron en avait informé Donald Trump. Ce dernier, interrogé sur la venue de l'émissaire iranien, s'est contenté d'un "no comment".

Les Iraniens ont cessé en juillet de respecter certains engagements de l'accord de Vienne encadrant leur programme nucléaire, en réaction à la sortie en mai 2018 des Etats-Unis du texte et à la réintroduction de lourdes sanctions américaines.

Les Européens, Paris en tête, essaient depuis de convaincre Washington d'alléger les sanctions sur le pétrole iranien en échange d'un retour de Téhéran à ses engagements et de l'ouverture de négociations sur son programme balistique. Mais leur marge de manoeuvre reste limitée face à un président américain déterminé à exercer une pression maximale, même s'il dit en même temps être prêt à discuter avec Téhéran.

Après un dîner samedi présenté comme positif sur l'Iran par plusieurs participants, Emmanuel Macron a ainsi cru pouvoir annoncer dimanche l'accord des Sept -- Donald Trump compris -- pour parler à Téhéran d'une même voix.


(Lire aussi : G7 : les Européens harponnent Trump sur le commerce)


"Je n'ai pas discuté de cela" 

"Nous nous sommes mis d'accord sur ce qu'on va dire sur l'Iran", a assuré Emmanuel Macron sur la chaîne de télévision LCI/TF1. "Nous avons acté d'une communication commune et d'une décision d'action qui permet de réconcilier un peu les positions". "Je n'ai pas discuté de cela", a répliqué deux heures plus tard Donald Trump.

Pour les Européens, la pression seule ne suffit pas alors que l'économie iranienne est asphyxiée par les sanctions. "Trump veut un accord, on travaille sur les conditions pour y arriver", assurait une source diplomatique européenne.

Le président américain a exclu par ailleurs toute désescalade dans sa guerre commerciale avec la Chine malgré les appels pressants des autres membres du G7 qui s'inquiètent des répercussions sur l'économie mondiale. Il "regrette (juste) de ne pas avoir relevé plus encore les droits de douane", a ironisé sa porte-parole Stephanie Grisham alors que le président avait semblé d'abord regretter d'être allé aussi loin.


Sur un autre sujet qui fâche, le Brexit, Donald Trump a épaulé ostensiblement le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson dans son bras-de-fer avec les Européens. "C'est l'homme qu'il faut pour faire le travail", a-t-il lancé lors de leur première rencontre dimanche, autour d'un petit déjeuner, lui promettant un "très grand accord commercial" dès que Londres aura quitté l'UE. Avec une accolade chaleureuse à son ami américain, Boris Johnson a aussi affirmé que les deux pays allaient conclure un "fantastique accord commercial une fois les obstacles écartés".


(Lire aussi : Les six enjeux du G7, de la guerre commerciale à l'Amazonie)


Initiative pour le Sahel

Sur l'urgence du moment, les feux de forêt qui ravagent l'Amazonie, les pays du G7 sont d'accord pour "aider le plus vite possible les pays qui sont frappés", a déclaré Emmanuel Macron. "Nous sommes en train de travailler à un mécanisme de mobilisation internationale pour pouvoir aider de manière plus efficace ces pays", a-t-il dit. La chancelière allemande Angela Merkel a précisé que l'aide des Européens serait coordonnée à Bruxelles.

Les sept dirigeants se sont aussi entendus pour "renforcer le dialogue et la coordination" sur les crises actuelles avec la Russie, tout en estimant qu'il était "trop tôt" pour la réintégrer dans un G8, selon une source diplomatique. La Russie a été exclue du G8 en 2014 après l'invasion de la Crimée. Donald Trump est plutôt favorable à son retour, à contrecourant de ses pairs.

Sur le front du terrorisme, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont appelé à "élargir" et à "renforcer" financièrement la coalition internationale aidant les pays du Sahel à lutter contre les groupes jihadistes. Les dirigeants du G7 sont réunis jusqu'à lundi dans l'élégante station balnéaire de Biarritz, qui leur offre une vue imprenable sur l'Atlantique, loin de toute foule estivale, une partie de la ville ayant été évacuée.

A quelques dizaines de kilomètres, les opposants au G7 n'entendent pas désarmer après avoir tenu un contre-sommet et un rassemblement samedi. Plusieurs centaines de manifestants ont participé dimanche à Bayonne à "une marche des portraits" d'Emmanuel Macron qui ont été décrochés dans les mairies, le qualifiant de "président de la République des pollueurs".

Pendant ce temps, conduites par Brigitte Macron, les "Premières dames", dont Melania Trump, partaient à la découverte du Pays Basque, notamment du village d'Espelette, réputé pour son piment.



Lire aussi

Amazonie: Macron appelle à "une mobilisation de toutes les puissances"

Macron reçoit Zarif pour chercher des avancées sur le nucléaire iranien au G7


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Mais c’est quoi cette mascarade comprendre que les iraniens viennent discuter avec l’europe Mais jamais avec les USA s’il a été invité c’est que les USA n’ont pas opposer leur veto !! Mascarade sur mascarade ça c’est de un

De 2 pensez vous un seul instant que faire affaire avec les européens seulement ce n’est pas faire affaire avec les USA ou le reste du monde ?!?

Sarkis Serge Tateossian

Plusieurs sujets majeurs sont traités à la fois.
Un G7 original, qui d'une part innove (étant donné que cela se passe en France cela a été possible)et invite des pays extérieurs au G7 mais qui semble nécessaire pour toute prise de décision sans perdre du temps...(Afrique, Égypte, Iran...)

D'autre part les divergences accrues entre Trump et l'Europe(très nombreuses désormais, proche et moyen orient, dossier du nucléaire iranien et iranien tout court, Israël, les suites du Brexit...)font surface.

Pour les conclusions ? On verra dans les tout prochains jours c'est évident....

Cela dit les agressions israéliennes de la veille commencent a être comprises .... Israël espérait torpiller les positions de la France et de l'Europe lors de ce G7

Une très nette position européenne émerge désormais en totale contradiction avec celle de Trump, qui s'est trop éloigné de manière irresponsable des positions de son prédécesseur Barak Obama. Mais cela on le savait.

Que Dieu préserve notre petite fragile planète bleue, qui pèse trois fois rien dans cette immensité de l'univers.

Certains se font trop la grosse tête ...il est temps que tous descendent un peu sur terre.
La Paix universelle a un sens. C'est la survie de tous.

Personne n'a intérêt d'humilier tel ou tel peuple au nom de je ne sais quelle alliance

Paix et fraternité sur terre, cela se passe par des accords justes et équitables.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE VIENT-IL FAIRE LE ZARIF ?

PAUL TRONC

Mr Zarif ne peut pas être venu comme ça , sans avoir été invité .

Toujours à vouloir avoir le beau rôle ces occidentaux !

S'il est là c'est pour l'amadouer , et macron est chargé de cette tâche .

libanais étranger au liban

Si cette rencontre peut faire avancer les choses dans le bon sens.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants