X

Moyen Orient et Monde

Israël approuve la construction de logements palestiniens et de colonies en Cisjordanie

Proche-Orient

L’État hébreu accorde rarement des permis de construire aux Palestiniens dans cette zone.


OLJ
01/08/2019

Israël a approuvé la construction de logements palestiniens dans une zone de la Cisjordanie sous son contrôle, une décision rare annoncée parallèlement à une expansion des colonies israéliennes et avant la visite de Jared Kushner, architecte du plan de paix américain au Proche-Orient.

Le feu vert a été donné mardi lors d’une réunion du cabinet de sécurité, a indiqué hier un responsable israélien sous couvert d’anonymat. « Le cabinet a approuvé à l’unanimité (la construction de) 700 logements pour des Palestiniens et 6 000 pour des Israéliens en zone C », a affirmé le responsable, qui n’a pas précisé s’il s’agissait de nouvelles constructions ou si certains logements recevraient une autorisation rétroactive. La zone C, où se situent les colonies en Cisjordanie, est sous le contrôle sécuritaire et civil israélien.

Israël accorde rarement des permis de construire aux Palestiniens dans cette zone représentant plus de 60 % de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 qui, en théorie, ferait partie d’un futur État palestinien dans le cadre de la solution dite à deux États. À l’inverse, Israël procède régulièrement à la démolition de bâtiments palestiniens qu’il considère comme illégaux en Cisjordanie.

Cette annonce, bien que restreinte et déséquilibrée au regard des constructions approuvées dans les colonies, pourrait permettre au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d’affirmer qu’il fait des efforts en vue de l’initiative diplomatique américaine, avant une visite prévue cette semaine de son architecte, Jared Kushner. Les détails concernant la visite au Proche-Orient du gendre et conseiller du président américain Donald Trump ne sont pas encore connus.

Casse-tête

En mai, M. Kushner avait déclaré que son plan ne mentionnerait pas de solution à deux États car, selon lui, « cela signifie une chose pour les Israéliens et une autre chose pour les Palestiniens ». Fervent soutien des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens, l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, s’est fait l’écho de cette position, dans une interview accordée à CNN mardi. Selon lui, les États-Unis sont favorables à « l’autonomie » des Palestiniens, mais ne sont pas prêts à reconnaître un État palestinien à part entière, ce qui est également la position de M. Netanyahu.

« Nous croyons en l’autonomie palestinienne, nous croyons en l’autogestion civile palestinienne. Nous pensons que cette autonomie peut être étendue tant qu’elle ne fait pas obstacle à la sécurité d’Israël, et c’est un casse-tête », a-t-il dit.

Pour M. Friedman, l’Autorité palestinienne, embryon d’État palestinien indépendant, serait actuellement trop faible pour être en capacité d’empêcher certains groupes de s’emparer du pouvoir, une situation qui pourrait conduire à un « État failli » susceptible de menacer Israël et la Jordanie voisine.

Boycott palestinien

Accusant l’administration Trump de parti pris en faveur d’Israël, les dirigeants palestiniens ont coupé tout contact formel avec la Maison-Blanche depuis que le président américain a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël, alors que les Palestiniens espèrent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’État auquel ils aspirent.

Ils ont boycotté en juin la présentation du volet économique du plan de paix américain à Bahreïn – par lequel l’administration Trump a fait miroiter aux Palestiniens 50 milliards de dollars d’investissements dans le futur – estimant que les États-Unis n’abordaient pas le problème politique-clé de l’occupation israélienne. Près de trois millions de Palestiniens vivent en Cisjordanie, où habitent également plus de 600 000 colons israéliens.

À Jérusalem-Est, secteur palestinien de la Ville sainte occupé et annexé par Israël, vivent près de 200 000 Israéliens.

Selon les médias israéliens, aucune construction importante n’a été autorisée par Israël pour les Palestiniens en zone C ces quatre dernières années. Les colonies sont illégales au regard du droit international et une grande partie de la communauté internationale voit en elles un obstacle majeur à la paix et à l’édification d’un État palestinien viable.

Israël affirme de son côté que l’intransigeance et la violence des Palestiniens sont les principaux obstacles à la paix. La colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée et de Jérusalem-Est annexée s’est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Collabos ou résistants ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants