X

La Dernière

Happy ending

Un peu plus
27/07/2019

On a raté notre mariage. L’amour s’est effiloché, nos voies ne se sont plus rencontrées. Le temps et la routine ont eu raison de notre couple. On s’est aimé mais aujourd’hui, l’indifférence a pris la place de cet amour qui fut à la base de notre union. Les choses ne vont plus. Les dés ont été jetés depuis longtemps et on sait que le coup final sera la séparation. Puis le divorce.

Quelles qu’aient été les raisons pour lesquelles on avait décidé d’embrasser une vie à deux : mariage de raison, mauvais choix, pression des parents, ou simple histoire d’amour et d’eau fraîche, il y a un moment, un acte, un adultère, une trahison, l’ennui, la déception, qui sonnent le glas de ce contrat que l’on avait signé. Il est toujours très difficile de se désunir. De prendre cette décision désagréable et de continuer en solo. Il est terriblement pénible d’embarquer ses enfants dans cette nouvelle aventure en sachant qu’on va les faire souffrir. Et il est particulièrement douloureux d’avoir à affronter un sale divorce.

Quand la guerre est déclarée, les dommages sont irréversibles. Pour tout le monde. Dommages directs ou collatéraux, tout le monde va en pâtir. Et parfois, cela durera une vie entière. Une vie remplie de coups bas, de méchanceté, de commérages, de violence, d’insultes et de haine. Les enfants en paieront le prix et la saleté éclaboussera l’entourage au passage.

Pourtant, quand on a échoué dans son mariage, il est nécessaire de réussir son divorce. Pour soi d’abord parce qu’on ne peut pas rayer d’un coup de stylo ces années passées ensemble. Parce que, lorsqu’on a vécu ensemble, partagé ensemble, grandi ensemble, cela ne s’oublie pas. Mais tout le monde n’a pas eu la chance de finir en beauté ce qui s’est tari. Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un (ex-)mari ou une (ex-)femme respectueux(se) du désir de l’autre de s’en aller. Comprenant également qu’il vaut mieux s’arrêter là avant qu’il ne soit trop tard. Quitter la table lorsque l’amour est desservi. Il y a des coups durs qui ne permettent pas de « rester en bons termes ». Il y a celui/celle qui part et celui/celle qui reste, le cœur rempli de rancœur. Il y a celui/celle qui en aime un(e) autre. Trop d’obstacles pour continuer ce chemin de vie différemment.

Heureusement, la vie parfois met sur votre route un compagnon extraordinaire. Une personne qui, malgré les embûches et les chagrins, restera pour toujours votre famille. Celui sur qui vous vous appuierez quoi qu’il arrive. Qu’il/elle soit le père ou la mère de votre enfant n’étant pas la condition sine qua non de cette amitié naissante. Cet(te) autre a réalisé comme vous qu’un divorce n’est pas forcément une séparation. Qu’on garde le meilleur en laissant le pire derrière nous. Que si l’on a vécu autant d’années ensemble, autant de souvenirs, autant de joies et de peines, qu’on a fait des enfants ensemble, des voyages ensemble, ce bout de chemin, la route est longue encore. Que ne plus s’adresser la parole et se haïr ne mènent nulle part. Mais qu’a contrario, dialogue et affection sont les clés de la nouvelle poursuite du bonheur. Que la complicité reste et restera présente. Que ces facteurs essentiels sont les bases de l’équilibre de cette famille qui doit rester unie malgré tout. Essentiels pour le bien-être des enfants. Pour qu’ils puissent profiter de leur père et de leur mère séparément, mais surtout ensemble. Qu’ils se réunissent autour de la table familiale les dimanches, aillent à la plage avec leurs amis communs, voient un match du Barça. Qu’ils les voient s’asseoir dans la TV room et qu’ils se marrent quand leur ado de garçon fait sa première vraie party et qu’ils s’échangent des Tupperware. Se confient le code du coffre-fort et partagent encore un compte commun pour ledit ado. Qu’ils fassent la fête pour leurs anniversaires respectifs en offrant le champagne ou en mettant la musique. Qu’ils s’aident mutuellement. Et principalement qu’ils s’entendent quoi qu’il arrive avec le nouveau conjoint, avec cette nouvelle belle-famille et l’ancienne.

Parce que, ensemble, ils feront face à l’adversité. Pas celle qui résidait entre eux, mais celle que la vie leur impose(ra) jour après jour. Happy Birthday au plus sympa des ex-maris…

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

Que les divorcés dans ce forum lèvent le doigt .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants