X

Culture

Rayan Alshathry sait comment sortir de la chambre en métal

Exposition

La Artual Gallery présente pour la première fois le travail d’un peintre saoudien talentueux âgé de 19 ans.

Zéna ZALZAL | OLJ
10/07/2019

C’est une exposition placée sous le signe du coup de cœur. Celui que Hind Ahmad, propriétaire de la Artual Gallery, a eu en découvrant les toiles de Rayan Alshathry. Entré dans sa galerie il y a quelques mois, en tant que simple visiteur, il en sort avec la promesse d’y exposer ses œuvres. Sa tante, qui l’accompagnait, avait dévoilé à la galeriste la passion quasi clandestine du jeune homme pour la peinture. Celui-ci se retrouve ainsi, du jour au lendemain, propulsé artiste exposant. Et à découvrir !

Car du talent, Rayan Alshathry, tout juste 19 ans, en a incontestablement. Un talent inné que cet autodidacte exprime à travers des compositions spontanées et originales qui suscitent l’intérêt.


Influence Basquiat

La dizaine de mixed media de grand format accrochés aux cimaises jusqu’au 21 juillet en témoignent. Rassemblées sous l’intrigant intitulé « How to Exit the Metal Room » (Comment sortir de la chambre en métal), ils évoquent instinctivement les peintures de Basquiat par leur puissance chromatique et leur énergie primitive. Mais la violence urbaine qui se dégage des œuvres de l’artiste new-yorkais cède la place chez Rayan Alshathry à une sorte d’exploration libre de son inconscient.

Pour le tout jeune homme, sans doute tiraillé entre sa double culture saoudienne et britannique (il est né et a grandi en Angleterre avant de retourner vivre à Riyad), peindre est la meilleure façon de questionner son subconscient.

« Je suis intrigué par l’inconscient et ce qu’il peut me révéler à travers la toile. Alors je le laisse guider ma peinture. Il a sa propre histoire et je veux le laisser parler. J’agis de la sorte pour en savoir plus sur moi et le monde qui m’entoure », indique-t-il dans la note d’intention qui accompagne l’accrochage.

À coups de pinceaux trempés dans l’acrylique, de sticks à l’huile et de crayons, le jeune artiste crée ainsi de larges pièces aux couleurs vives, intenses et dynamiques. Des toiles où se télescopent, dans une subtile harmonie, sous leurs apparentes invraisemblances, des parapluies perdus et des formules mathématiques, des humanoïdes et des fleurs géantes, une table inversée, des buildings, des zébrures, des étoiles et des ailes… Tout ce qui lui vient à l’esprit, en somme.

Tout ce qui jaillit de cette chambre métallique qu’est le cerveau et dans laquelle les idées se bousculent cognent aux émotions, trament des histoires aléatoires et fusent vers les horizons nouveaux d’une curiosité inassouvie…La sienne, comme celle des visiteurs de cette exposition à découvrir.

Artual Gallery

Imm. Eden Garden, rue Fawzi al-Daouk, centre-ville de Beyrouth.

Horaires d’ouverture : de lundi à dimanche, de 10h à 19h.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants