Opposition

Électricité : « Nous avons préservé le Trésor public », se félicite Samy Gemayel

Samy Gemayel.

Le chef du parti Kataëb, le député Samy Gemayel, s’est félicité hier de « l’invalidation partielle » par le Conseil constitutionnel du plan pour la réforme du secteur de l’électricité développé par la ministre de l’Énergie Nada Boustani, via le rejet de l’un de ses paragraphes autorisant l’exécutif à déroger à la réglementation en vigueur en lui permettant de délivrer des licences de production d’électricité à des acteurs du secteur privé, en attendant la création d’une autorité de régulation du secteur. Le recours avait été déposé par M. Gemayel et signé par une coalition inhabituelle de neufs autres députés (voir page 5).

« Ce qui nous importe, c’est d’avoir rectifié le cours des choses pour que des erreurs ne soient pas commises », a affirmé le chef du parti Kataëb hier, en réaction à la décision du Conseil constitutionnel, dans un entretien accordé à l’agence al-Markaziya.

« Dès le premier jour, nous avions affirmé que cette loi n’assure pas un cadre légal valide pour que les appels d’offres aient lieu, ce qui était de nature à ouvrir la voie à une série d’anomalies et de brèches », a-t-il indiqué. « C’était là notre demande initiale, et le Conseil constitutionnel nous a donné raison sur ce point », a ajouté M. Gemayel, qui a été le premier à annoncer sur son compte Twitter l’acceptation du recours par le Conseil constitutionnel, ajoutant que cela va « obliger le ministère de l’Énergie à appliquer les lois en vigueur pour les procédures d’appels d’offres pour la construction de centrales électriques et la signature de contrats d’achat de courant électrique ».

« Nous avons prouvé une fois de plus notre attachement à la logique des institutions face aux anomalies », et « l’opposition a prouvé que nonobstant son poids numérique, elle peut donner des résultats si les intentions sont claires et le travail sérieux ».

« Les polémiques politiques qui naîtront de cette décision ne nous intéressent pas. La priorité, pour nous, c’est l’intérêt des gens. Notre recours n’était dirigé contre personne, mais visait à préserver le Trésor public, en vertu de l’action parlementaire », a-t-il conclu.

Le vice-président du Conseil, Ghassan Hasbani, a reconnu sur son compte Twitter que les Forces libanaises avaient affirmé, dans le cadre du comité ministériel chargé de discuter le plan, que la clause frappée d’invalidation était « inutile », soulignant que « cette invalidation ne bloquera pas l’application du plan ».

La députée Paula Yacoubian et l’ancien député Boutros Harb ont également applaudi à la décision du Conseil constitutionnel, aux dépens des « marchés douteux » et de la « consolidation de la corruption ».


Le chef du parti Kataëb, le député Samy Gemayel, s’est félicité hier de « l’invalidation partielle » par le Conseil constitutionnel du plan pour la réforme du secteur de l’électricité développé par la ministre de l’Énergie Nada Boustani, via le rejet de l’un de ses paragraphes autorisant l’exécutif à déroger à la réglementation en vigueur en lui...

commentaires (0)

Commentaires (0)