X

Moyen Orient et Monde

Référendum pour prolonger la présidence de Sissi

Égypte
OLJ
18/04/2019

Les Égyptiens voteront du 20 au 22 avril sur des amendements à la Constitution en vue notamment de prolonger la présidence de Abdel Fattah al-Sissi, une réforme vivement critiquée par les détracteurs du chef de l’État. « Le référendum (...) aura lieu en Égypte les samedi 20, dimanche 21 et lundi 22 avril », a déclaré hier lors d’une conférence de presse Lachine Ibrahim, chef de l’Autorité nationale des élections.

Le vote des Égyptiens de l’étranger dans les missions diplomatiques se tiendra du 19 au 21 avril, a ajouté M. Ibrahim. Cette annonce intervient au lendemain du vote au Parlement, à une écrasante majorité de 531 voix sur 554 votants, en faveur d’une série d’amendements constitutionnels, dont celui sur la prolongation du mandat présidentiel. Vingt-deux élus ont voté contre ou se sont abstenus. La Constitution de 2014 en vigueur limite la présidence à deux mandats consécutifs de quatre ans.

Le nouvel article 140 permet de faire passer le deuxième mandat de M. Sissi de quatre à six ans, portant ainsi son terme à 2024. Le chef de l’État pourrait ensuite se représenter en 2024 à un troisième mandat de six ans, pour rester au pouvoir jusqu’en 2030. Outre la durée du mandat présidentiel, la révision constitutionnelle doit aussi accroître le contrôle du pouvoir judiciaire par l’exécutif et institutionnaliser le rôle politique de l’armée, pilier du régime.

M. Sissi a été élu une première fois en 2014, avec 96,9 % des voix, un an après avoir renversé avec l’armée, à la faveur d’un mouvement populaire, le président islamiste Mohammad Morsi, dont il était le ministre de la Défense. Sa réélection en mars 2018, avec un score de 97,08 %, a eu lieu dans le cadre d’un scrutin marqué par la présence d’un seul rival, relégué au rang de faire-valoir, et par une série d’arrestations d’opposants. Interrogé mardi sur le climat politique dans lequel se tient le référendum, M. Ibrahim a répondu qu’il était « à 100 % libre et juste ».

Critiques

Les opposants et les ONG dénoncent la réforme constitutionnelle, accusant régulièrement M. Sissi de graves violations des droits humains comme la torture, les disparitions forcées, le record d’exécutions capitales, l’emprisonnement d’opposants ou le musellement de la presse. Au Parlement, la petite alliance d’opposition, le bloc « 25-30 », qui compte moins d’une vingtaine de députés, a appelé les Égyptiens à rejeter cette révision.

La campagne pour cette consultation a déjà commencé avec de nombreuses banderoles déployées dans les rues du Caire depuis plusieurs jours.

Sayed Abdel Fattah Ahmed, un électeur cairote de 56 ans, assure qu’il est favorable aux amendements même s’il ne les a pas lus attentivement. La Constitution « n’est pas un livre saint, elle peut être changée sur la base de la situation et du climat politique d’un pays », estime-t-il.

Mais l’opposition à la révision constitutionnelle reste presque exclusivement cantonnée aux réseaux sociaux. L’écrasante majorité des médias, en particulier la télévision, relaye le discours des soutiens du président Sissi, diabolisant les voix critiques, qui vivent généralement en exil.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

VIRAGE CONTRÔLÉ

Voilà venu un autre idiot utile arabe de plus.

Il va se faire dégager par ceux là même qui l'utilisent en ce moment.

Tony BASSILA

L'issue de ce référendum est sans nul doute déjà établie: un "oui" massif. Malheureusement la dictature répressive de M. Sissi est appuyée par l'Occident en général, y compris par les USA et la France. Ce régime est tout sauf démocratique et respectueux des droits de l'homme. Comme en Turquie avec Erdogan, le régime égyptien de Sissi est vite devenu autocratique et répressif surtout envers les journalistes et autres intellectuels.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

C’est tous les jours dimanche

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants