X

Liban

La victoire de Netanyahu et les risques de guerre

Décryptage
11/04/2019

Avec la victoire de Benjamin Netanyahu et sa désignation probable pour former le nouveau gouvernement israélien, les efforts du président américain et même ceux du président russe auront porté leurs fruits. En effet, Donald Trump a fait au cours des dernières semaines d’importants cadeaux électoraux à Netanyahu, comme les attaques du secrétaire d’État américain Mike Pompeo contre le Hezbollah depuis Beyrouth et, plus important encore, la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan occupé, montrant ainsi clairement son souhait de le voir remporter les élections. De son côté, le président russe Vladimir Poutine a lui aussi fait de son mieux pour assurer la victoire de Netanyahu en lui remettant la dépouille mortelle du soldat israélien tué en 1982, lors de la confrontation entre l’armée israélienne et l’armée syrienne à Sultan Yaacoub au Liban-Sud.

Pour l’actuelle administration américaine, le maintien de Benjamin Netanyahu au pouvoir signifie la poursuite de la tentative d’imposer « le deal du siècle » sur lequel travaillent Donald Trump et ses conseillers depuis quelques mois déjà et pour lequel ils ont préparé le terrain à travers l’élargissement et le durcissement des sanctions contre l’Iran et ses alliés dans la région, qui constituent « l’axe de la résistance ».

Si les détails du plan américain de solution du conflit arabo-israélien ne sont pas encore divulgués, quelques points semblent se confirmer. Selon une source diplomatique arabe à Beyrouth, il est désormais clair que ce fameux plan, qui est en faveur des Israéliens et de Benjamin Netanyahu en particulier, passe par le règlement du cas de Gaza. Apparemment, la situation dans cette bande territoriale est devenue inacceptable pour Netanyahu et son équipe qui veulent désormais en finir avec ce foyer de rébellion qu’ils ont déjà essayé de mater à plusieurs reprises, à travers des opérations militaires successives et un blocus strict, mais en vain. Selon la même source, Benjamin Netanyahu serait ainsi favorable à une opération de grande envergure à Gaza qui passerait par la réoccupation de ce territoire, sous prétexte qu’il constitue une menace réelle pour l’entité israélienne. La prochaine guerre israélo-arabe, que beaucoup attendent au Golan ou même au Liban, aurait donc lieu dans cette bande étroite et aboutirait à la domination israélienne sur ce territoire. Cela constituerait un grand retournement dans la politique israélienne qui, depuis des années, considère que la bande de Gaza devrait être le noyau du futur État palestinien et que la plus grande partie de la population palestinienne devrait donc s’y entasser. L’espace géographique limité, la misère, le blocus et le manque de ressources devaient, selon les pronostics israéliens, provoquer des luttes intestines interminables entre les différentes factions palestiniennes, qui mettraient définitivement un terme à leur cause nationale. Mais ces pronostics ne se sont pas vérifiés, à cause notamment du développement de l’envergure du Hamas et du Jihad islamique, appuyés par l’Iran, qui continuent de constituer une menace pour les Israéliens, en raison de leur potentiel militaire qui ne cesse de les surprendre.

Dans ce contexte, le lancement à partir de Gaza il y a près d’un mois d’un missile à tête explosive, qui est tombé au nord de Tel-Aviv et qui semble avoir été fabriqué à Gaza même, a constitué un choc pour les Israéliens, lesquels estiment désormais qu’ils ne peuvent plus attendre pour régler le problème que constitue ce territoire pour eux, car le temps semble jouer en faveur du Hamas et du Jihad islamique.

Pour cette raison, toujours selon la source diplomatique arabe, Benjamin Netanyahu planifierait une nouvelle opération militaire contre Gaza qui serait le prélude de l’exécution du « deal du siècle », lequel semble prévoir la cession par l’Égypte de territoires du Sinaï aux Palestiniens. Ce qui devrait compenser, aux yeux de l’État hébreu et de ses protecteurs, l’annexion par les Israéliens de portions importantes de territoires en Cisjordanie, puisque lors de la campagne électorale, Netanyahu avait annoncé qu’il ne comptait démanteler aucune colonie israélienne installée dans ce secteur. Autrement dit, il ne devrait pas y avoir, comme l’avaient prédit certains, une annexion totale de la Cisjordanie par les Israéliens, car cela pourrait modifier en faveur des Arabes l’équilibre démographique au sein de l’entité israélienne (ce qui n’est pas le cas du Golan très peu peuplé).

Ces développements, s’ils se vérifient, pourraient être considérés comme rassurants, pour certaines parties libanaises, qui expriment leurs craintes de voir éclater une nouvelle offensive israélienne contre le Liban, en raison de la puissance affichée du Hezbollah et du refus des autorités libanaises de prendre des mesures contre lui. De toute façon, en dépit des menaces permanentes israéliennes et de plus en plus marquées américaines, la plupart des parties locales ne semblent pas privilégier le scénario d’une nouvelle attaque israélienne contre le parti chiite, en raison de la capacité de riposte de ce dernier. Mais une opération à Gaza pourrait entraîner une nouvelle vague d’exode de Palestiniens qui pourraient une fois de plus choisir le Liban comme destination. Mais c’est surtout vers le conflit entre l’administration américaine et la République islamique d’Iran que les yeux sont actuellement tournés. Surtout après la phrase prononcée par Hassan Nasrallah dans son discours d’hier : « Il existe des mesures qui, si elles sont prises par les Américains, provoqueront une forte riposte avec les atouts que possède l’axe de la résistance. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

HABIBI FRANCAIS

L Iran devrait ceder aussi une partie de son immense territoire aux palestiniens qu ils aiment tant.

AIGLEPERçANT

Ce qu'on pourrait dire c'est que la sérénité n'est pas du côté des usurpateurs et de leur employé clown américain.

Attaquer Gaza n'est pas nouveau, si les usurpateurs ne l'ont pas encore fait c'est que le prix humain à payer est au-dessus de leur courage d'avoir envie s'y aller.

Pour attaquer le hezb libanais, faudrait même pas y penser, la Syrie du héros on n'en parlera même pas , ils " frappent " sans effets.

Attaquer l'Iran ? Pourquoi pas, mais ils devront compter jusqu'à 10, ils ne sortent pas du 1 .

Je pense qu'au Liban on dit quelque chose comme bal3inn el Mouss.

L'usurpie ne maîtrise toujours pas le "day after" .

Le point

Si les russes ont voulu aussi reconduire BN il serait plus logique de considérer qu'il y a plutôt en gestation un accord pour aboutir à la paix définitive. Et non pas un plan de guerre.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PROBLEME AVEC LES ARTICLES DE LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD ENCENSEMENTS DE PARTI PRIS LA PLUPART DU TEMPS C,EST QU,ILS SONT TROP LONG !

Bustros Mitri

Il ne faut pas se faire d' illusions sur la capacité de riposte de la resistance, la note obtenue en Syrie contre ISIS n' etant pas très brillante, malgré la participation très active , de l' Iran et déterminante de la Russie...
On ne voit pas trop dans ce jeu , soi-disant de la dissuasion, si tant est qu' elle existe réellement, ce que le Liban a à gagner...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL NE S,AVENTURERA PAS SI FACILEMENT. IL SE CONTENTERA DE FRAPPES AERIENNES.

gaby sioufi

ceci n'est que la confirmation , pr la ennieme fois - de la primaute des desiterata de HN ,
QU'IL EST LUI , SEULEMENT LUI , LE MAIRE DE LA DESTINEE DU LIBAN !
QUOIQUE CES DERNIERS TEMPS IL SEMBLE MOINS HARGNEUX , MOINS BATAILLEUR MEME .

Irene Said

"...en raison de la puissance affichée du Hezbollah et le refus des autorités libanaises de prendre des mesures contre lui..."

Ces "autorités libanaises" sont le chef de notre Etat Libanais, arrivé sur le fauteuil présidentiel grâce au Hezbollah, et qui en conséquence a les mains liées par lui...et l'avenir de notre pays aussi !
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Idleb n’est pas Alep, mais...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants