Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Maroc : HRW qualifie de "choquant" le verdict contre des activistes du Hirak

Un manifestant brandit le portrait de Nasser Zefzafi, leader du mouvement de protestation dans la région du Rif, le 30 mai 2017 à Al-Hoceima, au Maroc. Photo AFP/FADEL SENNA

L'ONG Human Rights Watch a qualifié mercredi de "choquant" le verdict du procès en appel de 42 militants du Hirak, le mouvement de protestation qui avait agité en 2016-2017 la région marocaine du Rif (nord).

"Ce verdict d'appel choquant, qui maintient jusqu'à 20 ans de prison pour les manifestants du Hirak, est en partie fondé sur des aveux entachés de suspicions de torture et de contrainte", a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice pour le Moyen Orient et l'Afrique du Nord à HRW. Citée dans un communiqué de l'organisation de défense des droits humains, elle dénonce un "accès de vengeance contre des activistes".

La Cour d'appel de Casablanca a confirmé vendredi les peines de 42 membres de ce mouvement de protestation aux revendications sociales et économiques, accusé de visées séparatistes par le pouvoir. La plupart d'entre eux avaient boycotté les audiences. Nasser Zefzafi et trois autres militants formant le noyau dur de la protestation ont écopé des peines les plus lourdes notamment pour "complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat". Le journaliste Hamid el-Mahdaoui a, lui, vu confirmée sa condamnation à trois ans de prison pour ne pas avoir alerté la police des appels d'un inconnu évoquant des armes pour le Hirak.

HRW avait qualifié vendredi cette "menace sécuritaire" de "douteuse". "La Cour d'appel aurait dû tenir compte de (...) toute preuve semblant avoir été obtenue par la torture", a par ailleurs estimé l'ONG, qui avait déjà critiqué la sévérité des peines prononcées en première instance.

En réaction, les autorités marocaines avaient dénoncé une "ingérence flagrante dans le déroulement du procès dans sa phase d'appel", soulignant que la justice était indépendante.

Le Hirak avait été déclenché par la mort, en octobre 2016, d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures en tentant de s'opposer à la saisie de sa marchandise.


L'ONG Human Rights Watch a qualifié mercredi de "choquant" le verdict du procès en appel de 42 militants du Hirak, le mouvement de protestation qui avait agité en 2016-2017 la région marocaine du Rif (nord).

"Ce verdict d'appel choquant, qui maintient jusqu'à 20 ans de prison pour les manifestants du Hirak, est en partie fondé sur des aveux entachés de suspicions de torture et...