X

Liban

Le Liban se prépare pour la Coupe du monde de pâtisserie à Lyon

Expo Horeca

Divers concours et compétitions sont organisés dans une ambiance festive à l’exposition Horeca, rendez-vous annuel des industries de l’hôtellerie et de la restauration.

05/04/2019

Des pièces montées en chocolat et en sucre et des desserts qui portent les parfums du Liban ont été confectionnés mercredi, lors d’une compétition tenue dans le cadre de la 26e édition d’Horeca, le célèbre Salon de l’hôtellerie et de la restauration. Les pâtissiers sélectionnés feront partie de l’équipe libanaise qui prendra part à la Coupe du monde de pâtisserie, qui se tiendra en 2021 à Lyon.

Depuis mardi, jour d’ouverture de l’exposition, l’ambiance est joyeuse et festive au Beirut Seaside Arena, où l’on croise des chefs de toutes les nationalités, on assiste à toute sorte de compétitions, du meilleur barman au meilleur cafetier, on goûte à des produits qui viennent des quatre coins du monde et dont les exposants cherchent parfois un agent au Liban.

Il y a aussi de la place pour le vin libanais, la bière du pays, l’eau pétillante que l’on déguste avec plusieurs parfums fruités et des dizaines de démonstrations culinaires.

Sont aussi présents les projets de développement et de coopération, comme un grand stand qui porte la signature de la Coopération italienne et de l’Unido, qui donne aux producteurs de lait libanais le savoir-faire nécessaire pour améliorer le goût de leurs produits, et cela grâce à la supervision du chef Youssef Akiki.

Mercredi donc, durant plus de cinq heures, trois chefs pâtissiers libanais, Mohammad Haïdar de l’hôtel Le Royal, Pierre Abi Haïla de l’atelier du chocolat Le Noir et Ali Ibrahim de l’hôtel Mövenpick, ont travaillé devant un jury international, pour prouver leurs talents en vue de faire partie de l’équipe nationale libanaise qui devra être formée pour participer dans deux ans à la Coupe du monde de pâtisserie.

C’est Pierre Abi Haïla qui a été sélectionné dans la catégorie chocolatier et Ali Ibrahim dans la catégorie sucrier, c’est-à-dire spécialisé dans la confection de décors sucrés. Pour être au complet, l’équipe devra être pourvue d’un chef glacier et sera formée pour prendre part dans un premier temps à un concours qui regroupe des équipes du Moyen-Orient et du Golfe, et qui se tiendra en 2020 dans un pays de la région. À l’issue de cette compétition, trois équipes sélectionnées devraient se présenter à la Coupe du monde de pâtisserie en 2021 qui se tiendra à Lyon, la capitale internationale de la gastronomie.


Formations et sponsors

« Le plus difficile pour nous sera de trouver des sponsors. Il faut beaucoup pour se préparer. Il faut disposer du meilleur matériel et du meilleur produit », souligne à L’Orient-Le Jour Pierre Abi Haïla, alors que Ali Ibrahim acquiesce.

« C’était très stressant de travailler devant ces chefs », confie encore Pierre Abi Haïla, qui a opté, lors du concours, pour travailler sur le thème Alice au pays des merveilles, ajoutant des parfums de fleur d’oranger et de sésame aux pièces présentées. Âgé de 32 ans, ce chef chocolatier travaille à son propre compte dans son atelier, baptisé « Le Noir », à Broummana.

Ali Ibrahim, 40 ans, a commencé la pâtisserie alors qu’il avait 14 ans. C’est dans le sucre qu’il s’est petit à petit spécialisé, se formant sur le tas et suivant divers stages.

« Cette compétition a été créée par le chef pâtissier Gabriel Paillasson qui a voulu donner à la pâtisserie ses lettres de noblesse. Elle est la plus prestigieuse au monde », explique à L’Orient-Le Jour le chef Charles Azar, l’un des plus importants pâtissiers et glaciers du Liban et membre du jury.

« C’est la première fois que nous organisons un concours pour la sélection nationale, et cela en présence d’un représentant de Gabriel Paillasson. Cela rend la procédure plus juste et plus transparente », explique-t-il.

En 2005, Charles Azar était le capitaine de l’équipe libanaise, quand elle a été classée 5e à la Coupe du monde de pâtisserie. « Le chef Joe Barza était le chef (responsable logistique) de l’équipe et nous avions remporté une autre distinction, celle du meilleur esprit d’équipe », se souvient-il. « Il est très important que le Liban participe à une telle compétition, car il peut ainsi se positionner sur la carte du monde de la gastronomie », poursuit-il, indiquant que la future équipe libanaise bénéficiera de formations, en espérant avoir de bons sponsors.

La 26e édition d’Horeca qui se tient au Beirut Seaside Arena sera clôturée aujourd’hui vendredi. Rendez-vous incontournable des secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, Horeca accueille cette année plus de 300 exposants locaux et internationaux venus de Bulgarie, de Chypre, de France, de Grèce, d’Indonésie, d’Italie, d’Arabie saoudite, du Koweït, de Pologne, d’Espagne, du Sri Lanka, de Turquie, des Émirats arabes unis et des États-Unis.

Plus de 70 experts internationaux du monde de l’alimentation, des boissons et de l’hôtellerie participent également au Salon 2019.



Pour mémoire 

Pierre Abi Haila porte son Egstrate sur la première marche du podium

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants