X

Dernières Infos

Tunisie : 15 bébés morts d'une infection nosocomiale, selon un nouveau bilan

Une infirmière s'occupant de bébés dans des couveuses de la maternité de l'hôtel Rabta de Tunis, où quinze nouveaux-nés sont décédés la semaine dernière d'une infection, le 11 mars 2019. Photo AFP / FETHI BELAID

AFP
15/03/2019

Quinze bébés sont décédés des suites d'une infection contractée dans une maternité publique en Tunisie, selon un nouveau bilan annoncé vendredi par la commission d'enquête chargée d'identifier les causes de ce "drame" ayant choqué l'opinion publique.

Sur les 22 nourrissons décédés dans ce service de néonatalogie du 6 au 15 mars, "15 de ces décès sont liés directement ou indirectement à l'infection bactérienne", a précisé le président de cette commission Mohamed Douagi.

"C'est un bilan définitif de ce drame", a ajouté le Dr Douagi lors d'une conférence de presse diffusée sur internet, précisant que les sept autres décès n'ont aucune relation avec cette infection.

Lundi, le ministère de la Santé avait annoncé la mort de 12 bébés d'une infection nosocomiale dans la maternité du complexe hospitalier de Rabta dans la capitale Tunis.

Cette affaire a déclenché de vives critiques contre la gestion du secteur de la santé publique dans le pays.

Une page Facebook nommée "Balance ton hôpital" a publié ces derniers jours des témoignages accablants sur la saleté, les défaillances dans la gestion du personnel ou encore le manque de matériel et de moyens dans de nombreux hôpitaux publics.

"Tout le secteur de la santé est dans un état d'urgence!", avait tonné Sonia Ben Cheikh, ministre de la Santé par intérim nommée après le drame.

Son prédécesseur Abderraouf Chérif, en place depuis quelques mois seulement, a démissionné après l'indignation déclenchée par ces décès considérés comme révélateurs du délabrement d'un système de santé publique abandonné par l'Etat.

Plusieurs hauts responsables au sein du ministère ont également été démis de leurs fonctions ces derniers jours.

Les images des télévisions locales montrant des nourrissons remis à leurs familles dans des boîtes de carton ont choqué le pays.

"Avant d'enseigner la médecine aux professionnels des hôpitaux, il faut leur apprendre tout d'abord l'humanité!", a réagi un père en recevant le corps de sa fillette dans une de ces boîtes usagées.

Après l'indépendance en 1956, le développement de la santé publique a été une priorité pour la Tunisie qui dispose à ce jour de 166 hôpitaux et 2.100 centres de santé, selon des chiffres officiels.

Mais cet ancien fleuron du pays a été mis à mal par des problèmes de gestion et de financement, alors que la santé privée a prospéré.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants