X

Culture

Bipod et « Citerne », un programme anti-pénurie de talents

Conférence de presse

Double lancement hier à Mar Mikhaël : celui de la 15e édition du Festival international de danse de Beyrouth mais aussi celui d’un grand chantier culturel, de cette structure en construction appelée « Citerne », destinée à devenir un réservoir de talents et d’inspiration pour les arts du spectacle locaux et internationaux.

13/03/2019

C’est sous une énorme coupole, structure métallique en construction, que le danseur, chorégraphe et fondateur de Maqamat Omar Rajeh, ainsi que Mia Habis, directrice du Festival international de danse de Beyrouth (Bipod), ont invité hier des danseurs et des représentants de médias et de missions diplomatiques pour donner le coup d’envoi du grand chantier de Citerne Beirut et annoncer conjointement les grandes lignes du 15e Festival international de danse qu’organise annuellement Maqamat et qui aura lieu cette année du 4 au 13 avril. Pour son quinzième anniversaire, le Festival Bipod présentera neuf performances de danses internationales et locales ; un focus spécial Liban où sont présentées des figures et compagnies de danse ayant influencé la scène locale ; une installation virtuelle immersive montrant le travail du célèbre chorégraphe et danseur américain Richard Siegal ; douze spectacles de travaux en devenir ; une table ronde autour des performances artistiques et leurs espaces ; deux masterclass par la compagnie suisse Marco Cantalupo Cie Linga ainsi que par Guy Nader et Maria Campos. Au programme également, une projection du film Niemeyer 4 ever de Nicolas Khoury.

Quant à Citerne, il s’agit d’une vision à deux, que Mia Habis et Omar Rajeh ont concrétisée il y a deux ans. La structure en forme de coupole avait en effet été montée en 2017 et avait accueilli les spectacles du Festival Bipod cette année-là avant d’être complètement démontée. Aujourd’hui, Citerne est à nouveau assemblée sur le même site – un terrain vague situé à Mar Mikhaël, du coté de Bourj Hammoud – « grâce une poignée de personnes qui ont cru en ce même rêve pour que la culture réunisse les gens de tous bords », comme le signale le tandem de Bipod. Conviviale, rassembleuse, cette Citerne, riche en activités, emmagasine les talents, les mélange et les propulse afin qu’ils interagissent avec la vie de Beyrouth. « Cet espace, on en a rêvé, dit Omar Rajeh, qui préfère la plupart du temps l’action aux discours, et le voilà à présent sur pied. Nous tenions donc à partager avec vous la joie de ce chantier. » Et de poursuivre : « Si Citerne Beirut est le concentré de tous les travaux qu’a accompli Maqamat depuis 2002, tant au niveau des lieux crées pour les entraînements que des partenariats réalisés avec les pays arabes ou les pays étrangers, il n’en demeure pas moins un espace vivant, vibrant, qui se nourrit de l’énergie de la ville et dont toute troupe, tout talent, toute manifestation artistique a besoin pour s’épanouir et grandir. »

L’espace sera composé donc d’un hall principal de 700 m2 susceptible d’accueillir toutes sortes d’événements culturels. Tout est permutable et amovible dans ce lieu flexible et polyvalent. L’entrée, elle, est de 350m2 et peut recevoir les petits spectacles tels que les stand up comedy, les lectures de poésie ou autres. Une salle de lecture et un café où l’on peut travailler y avoisinent. Un escalier mène vers l’étage supérieur qui peut accueillir des séminaires, des conférences, des résidences d’artistes ou encore des « works in progress ». Pour sa part, la directrice artistique Mia Habis s’est dit confiante dans ce projet qui, selon elle, « fera renaître l’espoir dans un Beyrouth multiculturel nouveau ».

Citerne Beirut sera donc ouverte au public à partir du 4 avril et accueillera en premier lieu le Festival Bipod et plus particulièrement Minaret, la nouvelle création du chorégraphe Omar Rajeh et plus tard tout au long de l’année, des spectacles de danse, de théâtre ou autres. Gageons que cette citerne-là ne connaîtra jamais de pénurie...

*Le programme du Festival Bipod est disponible sur le site de la compagnie Maqamat www.maqamat.org


---

Le top 3 de « L’OLJ »

« Minaret », création Maqamat

Création de Maqamat, où le chorégraphe Omar Rajeh revient sur scène après une longue absence avec sa compagne Mia Habis. Est-il possible pour une ville entière de mourir avec son histoire et sa culture ? Peut-elle aussi revivre ? Cette performance pose les questions diverses à partir de la grande mosquée d’Alep, vieille de 1 000 ans et témoin de l’histoire, qui n’est plus aujourd’hui que ruines et désolation.

« Guerre », Compagnie SamuelMathieu

En 1954, le peintre et performeur Yves Klein imagine l’ébauche d’un spectacle dont l’enjeu repose sur l’opposition dans histoire de l’art de la ligne et de la couleur. Au plus proche du synopsis, Samuel Mathieu intègre la danse, l’art aérien et puissant des sangles, la musique et l’image. Il prend pour l’occasion le parti de réunir 3 danseurs et 3 spécialistes du crique et des sangles, pour lesquels il crée une chorégraphie sensorielle en apesanteur.

«King », Compagnie Shaun Parker

« Le roi est mort, vive le roi », pourrait-on dire à la vue de ce spectacle qui est une collaboration entre le chorégraphe australien et le chanteur/compositeur bulgare Ivo Dimchev. Un questionnement sur le genre ? Non, mais surtout une critique érosive du machisme, du mâle régnant et puissant qui rappelle à la mémoire du spectateur tant de désastres politiques et sociaux causés par... les hommes !



Pour mémoire

Bipod 2018 mène la danse pour la femme


À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avant la visite de Bassil en Syrie, Sergueï Lavrov attendu à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants