X

Liban

Affaissement de terrain : un bâtiment quasi condamné à Baabdate

Infrastructure

Les habitants de cet immeuble très récent ont été évacués par la municipalité. Un rapport d’experts doit être publié incessamment.

22/02/2019

Dans la nuit de samedi à dimanche, les habitants de deux immeubles jumeaux d’un même projet à Baabdate ont entendu un bruit sourd qu’ils ont pris pour un orage passager. Quelle n’était leur surprise, le matin, de découvrir que ce bruit provenait de leur propre immeuble : murs lézardés, vérandas effondrées, route affaissée, parking bloqué, portes qui ne ferment plus… Le projet, formé de deux bâtiments récents, dont 5 à 6 appartements sont habités depuis huit mois à peine, et construit sur une pente, est désormais aussi penché que la tour de Pise. Hier, la municipalité de Baabdate a évacué les habitants, les empêchant même de remonter chez eux pour ramener des objets personnels tant l’état de l’immeuble est précaire.

Selon des témoins qui veulent rester anonymes, les habitants sont profondément inquiets de cette situation, ayant dû abandonner des appartements achetés récemment et s’installer ailleurs à leurs frais. Ils n’avaient, jusque-là, décelé aucun signe de faiblesse dans la construction, toujours selon ces témoins. Aucun autre bâtiment n’est affecté par ce sinistre, ces deux immeubles étant relativement isolés dans la vallée.

Interrogé par L’Orient-Le Jour, le président du conseil municipal de Baabdate, Hicham Labaki, a précisé que le rapport des experts n’est pas encore finalisé et qu’il le sera probablement aujourd’hui. Mais il a estimé que l’affaissement de terrain pourrait avoir deux causes : d’un côté, il s’avère que la route passant sous l’immeuble a été construite sur des remblais et non sur une surface rocheuse. D’un autre côté, c’est qu’un cours d’eau, dont le débit aurait été augmenté par les pluies, aurait déstabilisé la route sous laquelle il passe, et par conséquent les immeubles au-dessus.

M. Labaki, qui se rendait hier sur place pour y rejoindre la caïmacam du Metn et les ingénieurs en charge, souligne que le rôle de la municipalité, pour l’instant, est d’effectuer les évacuations d’urgence et d’interdire l’accès de l’immeuble devenu dangereux, plutôt que de discuter d’éventuels dommages et intérêts à verser aux habitants.


L’inquiétude des propriétaires

Ces habitants, de manière compréhensible, sont inquiets pour leur avenir, ayant presque certainement perdu leur toit et tout leur ameublement. Selon les témoins précités, le promoteur du projet continue d’insister sur le fait que les immeubles seront réparés, mais la situation sur le terrain suggère le contraire, sans ambiguïté. Et les habitants sont très inquiets, ne sachant pas si la perte de leur bien leur sera jamais compensée.

À la question de savoir ce qui se passe en pareil cas, l’avocat Élie Assaf explique à L’OLJ que tout dépend des causes du sinistre. Ainsi, s’il y a eu fraude ou que les normes de construction n’ont pas été respectées, il est alors évident que les compensations sont de rigueur, et le promoteur doit assurer aux propriétaires un logement de substitution ou, si cela est impossible, les compenser avec un montant équivalent. La situation diffère si les dégâts ont été causés par une force majeure.

Comment s’en assurer ? L’avocat explique que les habitants lésés peuvent faire appel à leur propre expertise en ayant recours au juge des référés, préférablement tant que les dégâts sont récents et très visibles. Suivant les résultats, ils pourront décider ou non de porter plainte contre le promoteur. En cas de plainte, à une étape ultérieure, celui-ci pourrait décider d’inclure dans le procès d’autres parties qu’il jugerait responsables des dégâts, comme les architectes ou ingénieurs, par exemple.

Les responsabilités dans les compensations n’excluent pas les responsabilités pénales, étant donné le danger mortel qu’implique cet affaissement de terrain. Ces responsabilités-là seront déterminées par le rapport des experts dépêchés par la municipalité. Mais justement, quelle est la responsabilité de celle-ci et d’autres administrations étatiques concernées ? Le président du conseil municipal étant celui qui signe les permis de construire, comment explique-t-il qu’on en soit arrivé à un tel désastre ?

En réponse à cette question, M. Labaki confirme qu’« un sondage de sol est bien effectué avant la construction ». Il souligne que le dossier est ensuite transféré à l’ordre des ingénieurs puis à la Direction générale de l’urbanisme, et, en fin de parcours seulement, à la municipalité. « Je ne sais si l’affaissement de terrain est dû à une erreur, c’est le rapport qui déterminera les responsabilités », conclut-il.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

aliosha

Pauvres proprietaires . Voila ce qu'est devenu le Liban: le regne des voleurs , des menteurs des crapules et soyez sure les promoteurs sont bien protegés à tous les niveaux . Nos chers dirigeants sont eux-memes des promoteurs. Vivement Cedre pour ce genre de construction...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUT PAS LAISSER LES GENS DEDANS !

Fadi Moussalli

Négligence, impunité, ignorance, amateurusme, corruption. Voici les qualificatifs que m'inspire cette histoire. Le promoteur et ses sous-traitants doivent être jugés immediatement . J'ai acheté un appartement dans un immeuble non loin qui est sujet à toutes sortes de défauts. Le promoteur s'en soucie cimme d'une guigne et fais la sourde oreille à toutes les doléances.

Sarkis Serge Tateossian

Patience et réconfort moral à tous ces malheureux habitants, la situation n'est pas fameuse et de long combat les attend pour le respect de leurs droits.

Dernières infos

Les signatures du jour

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Ces documents officiels qu’on griffonne encore à la main

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants