X

La Dernière

L’amour est à réinventer

Un peu plus
16/02/2019

Il n’y a pas que la Saint-Valentin. Il n’y a pas que les messages sirupeux, les ours en polyester et les roses rouges hors de prix qui parlent d’amour. L’amour, c’est. Point. Mais l’amour, c’est quoi au juste ? Qu’est-ce que l’amour aujourd’hui ? Qu’est-ce que l’amour pour les nouvelles générations ? Qu’est-ce que l’amour pour les anciennes générations ? Qu’en est-il des romans, des films, des poèmes ? Des déclarations, des preuves ? De Barthes, Albert Cohen, Tolstoï ? Qu’en est-il de Belle du Seigneur, L’Écume des jours, La Dame aux camélias, Autant en emporte le vent, La Princesse de Clèves ? Qu’en est-il de Casablanca, Annie Hall, Paris Texas, Out of Africa, Jules et Jim ?

À l’ère de Tinder, YouTube, Youporn, de la consommation Kleenex et du manque de temps, l’amour, pour certains, a pris une autre forme. Une forme que n’auraient probablement pas compris Laclos ou Stendhal. Les correspondances ont changé. On ne s’envoie plus de lettres, mais des messages truffés d’emoticons plus incohérents les uns que les autres. On abrège les mots, les phrases. Les déclarations ont pris la forme de messages imagés sur Instagram, de statuts sur Facebook.

On ne passe plus prendre, mais on se retrouve. On swipe et on consomme. On consume les uns, on fait souffrir les autres. Et on disparaît. On baise, on ne baise pas, ou plus. Et l’amour se transforme. Mais peut-on reprocher aux jeunes d’aujourd’hui de ne pas connaître les règles ? De ne pas savoir ce qu’est l’amour que nous connaissons ? Peut-on le leur reprocher quand la plupart d’entre eux n’ont pas été bercés par les mots de la littérature ; bercés par la séparation des amants maudits à Casablanca ? On ne peut pas, et c’est probablement nous qui sommes dans l’anachronisme, accrochés au romantisme noble de la vieille époque.

Les normes ont été redéfinies. Le discours amoureux a changé. Les amours sont devenues plurielles ou peut-être l’ont-elles toujours été, tout simplement. Peut-être que l’interdiction de vivre ces différentes amours qui parsèment nos vies nous a empêché de voir les choses venir. Peut-être avons-nous trop été leurrés par ces récits qui sont probablement le témoignage d’histoires extraordinaires. Ce pourrait donc être les nouvelles générations et les nouveaux codes qui sont dans le vrai. Qui ont compris que l’amour devait être multiple. Qu’il devait se décliner. Qu’il devait se conjuguer à plusieurs temps. Qu’il devait être à la fois rationnel, sexuel, passionnel. Mais pas dans une unicité. Que le désir, le sentiment amoureux, la passion, le mariage se trouveraient dans plusieurs histoires, dans le même temps. Qu’on se devait de séparer le plaisir et un projet de vie commun.

Mais comment donc s’adapter à son temps quand le décalage et le fossé se font de plus en plus grands ? Comment rêver encore quand le leurre n’existe plus ? Comment penser l’amour lorsqu’on n’a pas été abreuvés de princesses et de princes charmants ? Comment le comprendre ? Et comment le vivre ? Et comment parler d’engagement quand plus rien n’engage personne ? Quand les millenials ne veulent pas d’attaches ? Quand les regards ne se croisent que sur un écran ? Quand on ne fait que regarder au lieu de se voir ? Quand le meilleur amant devient Netflix et les compagnons de route, les amis qui nous entourent, et que le choix est immense et les relations rapides ?

Sauf que l’amour, ce n’est pas quelque chose qu’on décide. Ça nous tombe dessus sans crier gare. Au coin d’une rue, au croisement d’un regard. Dans un aéroport, un restaurant. Lors d’une conférence, d’un entretien. Ça brise nos préjugés, nos jugements péremptoires. Ça fait dévier les rails sur lesquels on avait décidé de conduire notre avenir. Ça bouleverse. Ça emporte. Ça fait vibrer. Ça noue les viscères. Ça fait mal. Ça détruit quand on s’était juré de ne plus se laisser souffrir. Ça s’éteint et ça se rallume. Mais il faut être préparé. Même si on ne l’est jamais assez. Il faut être préparé à se faire bouffer tout cru. Préparé aux nuits d’insomnie. À l’attente. À la force de cette révolution qui va foudroyer notre cœur, notre cerveau et notre âme.

Les jeunes ont redéfini les normes, le cadre et le discours. Ils ont balisé leur chemin. Il faut juste se laisser aller à dérailler. Et nous déraillons tous.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Y en a qu'il ne faut surtout pas chatouiller quand on parle d'amour.

En faire trop aussi , peut conduire à une indigestion de mjaddara. Lol.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET PUISQUE ON PARLE D,AMOUR...

L,ESPRIT

QU,EST-CE L,AMOUR ? O POÈTE,
EST-CE UN ESPRIT, OU LA VOIX
DU ROSSIGNOL QUI RÉPÈTE
SON CHANT DIVIN DANS LES BOIS ?

EST-CE LA PRIÈRE SAINTE
DU MOINE DANS SON COUVENT,
OU L,ÉTERNELLE COMPLAINTE
DU ROSEAU QUE BAT LE VENT ?

LE POÈTE

C,EST L,ÂME SOEUR QUI PALPITE,
PLEINE DE VIE ET D,AMOUR.
C,EST LE COEUR QUI NOUS INVITE
À NOUS AIMER, TOUR À TOUR.

C,EST LA ROSE SUR SA TIGE,
QUI RIT AU PREMIER RAYON.
ELLE DANSE DE VERTIGE,
COMME DANS UN TOURBILLON.

C,EST L,OISEAU QUI, SUR LA BRANCHE,
RÉCITE L,HYMNE DU JOUR.
C,EST LA FILLE, LE DIMANCHE,
QUI RÊVE DE SON AMOUR.

C,EST L,AVETTE QUI S,ÉLANCE
DÈS L,AURORE DANS LE CIEL,
RECUEILLE DES FLEURS L,ESSENCE
ET LA CONVERTIT EN MIEL.

C,EST LA CIGALE QUI CHANTE
PAR LES NUITS CHAUDES D,ÉTÉ.
C,EST LA SPLENDEUR ENIVRANTE
DE L,HARMONIEUSE BEAUTÉ.

L,ESPRIT

JE LE SAIS. O MON POÈTE,
TOUT CELA, C,EST BIEN L,AMOUR.
MAIS TROP SOUVENT ON REGRETTE
LES REFLETS DORÉS DU JOUR.

CONFIE-MOI, FILS D,APHRODITE,
TOI QUI MEURS DE DÉSESPOIR,
EST-CE POUR UNE ÉRUDITE
QUE TU PLEURES CHAQUE SOIR ?

EST-CE POUR UNE MORTELLE
QUE TU RENIAS TON DIEU ?
TU T,ES PARJURÉ POUR ELLE,
MÊME À L,HEURE DE L,ADIEU.

AIGLEPERçANT

On a beau faire
On a beau dire

Qu'un homme avertit en vaut 2

On a beau faire
On a beau dire

Ça fait du bien d'être amoureux .

Hommage à Brel le mysogine .

Chucri Abboud

Yves Montand (chanson de Prévert) :

L'amour est clair comme le jour
L'amour est simple comm' bonjour
L'amour est nu comme la main
C'est ton amour et le mien...
Pourquoi parler du grand amour ?
Pourquoi chanter la grande vie ?
Notre amour est heureux de vivre
Et ça lui suffit
C'est vrai l'amour est très heureux
Et même un peu trop...peut-être
Et, quand on a fermé la porte,
Rêve de s'enfuir par la fenêtre...
Si notre amour voulait partir
Nous ferions tout pour le ret'nir
Que serait notre vie sans lui :
Un' valse lent' sans musique
Un enfant qui jamais ne rit
Un roman que personn' ne lit
La mécanique de l'ennui
Sans amour, sans vie !

https://www.youtube.com/watch?v=F_vmYEwHkJM

Tina Chamoun

L'amour c'est... justement on ne sait pas. Si on le savait, ce ne serait plus de l'amour!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants