X

Liban

Hariri remanie son cercle de conseillers

Courant du Futur

Refonte des permanences, retour de Okab Sakr... Le Premier ministre prend une série de mesures pour réparer ses erreurs électorales.

23/01/2019

Le chantier de réorganisation interne du courant du Futur, initié en réaction à l’échec de l’organisation interne et politique des législatives de mai 2018, a abouti à une réforme structurelle dont les contours ont été annoncés hier. Le chef de la formation, le Premier ministre désigné Saad Hariri, a décidé, sur proposition du comité exécutif, de procéder d’abord à de nouvelles nominations au sein de son bureau, d’institutionnaliser ensuite le bureau du secrétariat général et d’initier enfin une refonte des permanences, dont le travail avait été suspendu depuis la fin des législatives.

Les anciens députés Ammar Houry, proche de l’ancien Premier ministre Fouad Siniora, et Okab Sakr, ami proche de Saad Hariri, qui fait son come-back politique, ont été nommés conseillers au sein du bureau du chef du courant du Futur. Le retour au Liban de Okab Sakr, député chiite considéré comme un faucon du courant du Futur, n’est pas interprété, ni par les milieux du courant du Futur ni par des indépendants, comme le signe d’un durcissement de la politique de Saad Hariri face au Hezbollah.

(Pour mémoire : Pour le courant du Futur, une restructuration...et des changements)



Retour de Siniora ?

S’agissant du secrétariat général, Ahmad Hariri, cousin du chef du courant du Futur, occupe toujours cette fonction, mais qui se trouve désormais encadrée par un bureau dont les neuf membres sont Okab Sakr, Wissam Chebli, Jalal Kabrite et Fadi Tamim (secrétaires généraux adjoints), Salam Moussa et Ahmad Rachouani (coordinateurs), ainsi que Mahmoud Jamal, Mahmoud Kobeissi et Randa Kaaké (membres).

Le choix des noms, que les milieux du courant du Futur, interrogés par L’Orient-Le Jour se réservent de commenter en détail, répond d’entrée à un souci de cohésion interne chez Saad Hariri. Il s’est traduit par l’intégration d’un proche de l’ancien Premier ministre Fouad Siniora, à savoir M. Houry, dans le cercle étroit de ses conseillers politiques.

Pour rappel, M. Siniora est la figure de proue de la vieille garde, fidèle à l’ancien Premier ministre assassiné Rafic Hariri, et le restant à l’égard de son fils, mais critique de la politique de compromis adoptée par ce dernier à l’égard du Hezbollah depuis quelques années – et qui a culminé avec l’élection de l’allié du parti chiite à la présidence de la République, Michel Aoun en 2016.

Le cercle de Saad Hariri s’était ainsi progressivement limité à l’ancien député Ghattas Khoury, partenaire de Nader Hariri en faveur du compromis présidentiel, dont le second était l’artisan, avant de jeter l’éponge au lendemain des législatives. Certes, l’ancien ministre Bassem Sabeh, compagnon de route de Rafic Hariri et intransigeant sur les principes du 14 Mars, est une constante de l’entourage de Saad Hariri, un conseiller de l’ombre.

(Pour mémoire : Le grand ménage au sein du courant du Futur a-t-il commencé ?)


Le compromis présidentiel avait en tout cas incité Fouad Siniora, ancien chef du bloc du Futur, à faire lui aussi profil bas, en s’abstenant de se présenter aux législatives de mai 2018, et, avec lui, plusieurs députés chevronnés du groupe parlementaire du Futur. Ce retrait discret avait anticipé sans le dire les tactiques électorales de Saad Hariri, à savoir son alliance dans un certain nombre de circonscriptions emblématiques avec le CPL (dont l’une des conséquences a par ailleurs été de favoriser la victoire de députés sunnites prosyriens comme Abdel Rahim Mrad dans la Békaa-Ouest-Rachaya, ceux-là mêmes qui revendiquent actuellement leur représentation au sein du cabinet de Saad Hariri, raison directe du blocage). La nomination de Ammar Houry est une manière de dire que Saad Hariri a fait une rétrospection de la période électorale. Qu’il a écouté les reproches qu’on lui adresse de ne pas suffisamment prêter l’oreille aux compagnons de son père.

Mais il n’y a pas d’indication sur un durcissement de la politique du courant du Futur. En optant pour Ammar Houry, s’il est vrai qu’il s’agit d’un nom proche de Fouad Siniora, Saad Hariri a en fait choisi une personnalité qualifiée de conciliante, plutôt qu’une figure agressive.

Pour ce qui est du retour de Okab Sakr, il est perçu comme le retour d’un « grand ami de Saad Hariri » – qui n’est pas sans provoquer des rivalités internes entre lui et des proches de ce dernier…

Son retour servirait jusqu’à nouvel ordre à insuffler de l’énergie à la base haririenne, démotivée par les résultats des législatives, croit savoir un ancien partisan. Ce renouveau s’accompagne d’ailleurs de la refonte des permanences. Des coordinateurs régionaux ont été nommés pour les reconstituer dans une période d’un mois, à Beyrouth (Samer Soubra), dans la Békaa centre (Saïd Yassine) et la Békaa-Ouest-Rachaya (Ali Safiyé). Il a enfin été décidé de fusionner les trois permanences du Nord (Koura, Zghorta, Jbeil-Batroun).

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

J'espère que maintenant il y aura un gouvernement

Antoine Sabbagha

Ce sont presque les mêmes personnes qui reviennent ou qui étaient absentes pour un laps de temps .

Tina Chamoun

En d'autres il tourne en rond dans le même cercle.

Gebran Eid

CE N'EST PAS HARIRI QUI CHANGE SES CONSEILLERS, PAS DU TOUT. C'EST L'ARABIE SAOUDITE QUI CHANGE SES PLANS ET LES ORDRES VIA DES NOUVEAUX VISAGES. CE N'EST PAS LA MÊME CHOSE CHÈRE SANDRA.

Irene Said

Ou quand l'obsession maladive commence à virer au ridicule...
Irène Saïd

AIGLEPERçANT

Dites nous l'olj , saviez vous que le frère ainé de Saad , Bahaa Hariri est allé à Damas rencontrer le héros Bashar El Assad ?


Ayant largement contribué à la destruction de ce pays en soutenant les groupes terroristes, dans le but vain de renverser le régime du héros , la bensaoudie et ses alliés arabes semblent vouloir miser sur la reconstruction, pour éloigner la Syrie de l’axe de la Résistance.

Sarkis Serge Tateossian

En politique celui qui sait s'entourer de bons conseillers c'est lui qui rafle toutes les élections idem pour diriger.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants