Liban

Bloqués sur la route de l’aéroport

Mesures de sécurité
21/01/2019

Lorsqu’on décide de fermer une artère principale comme celle qui mène à l’aéroport de Beyrouth pour cause de sommet économique de la Ligue arabe, la moindre des choses est de dévier la circulation, de donner une alternative aux automobilistes, en leur indiquant les routes à prendre, schémas à l’appui. Mais nos dirigeants étaient bien trop aveuglés par l’organisation d’un événement qui, au final, n’aura attiré que deux chefs d’État, l’un mauritanien et l’autre qatari, pour se soucier du commun des mortels.

Résultat, samedi à partir de midi, et dans le cadre de mesures sécuritaires drastiques, les automobilistes en route pour l’aéroport de Beyrouth ont été bloqués durant de longues heures dans des embouteillages de plusieurs kilomètres. Sans possibilité de trouver la moindre issue alternative. Car il fallait bien sûr laisser la voie libre au passage des délégations arabes.

Les voyageurs, eux, n’ont eu d’autre choix que de descendre de voiture et de poursuivre leur chemin à pied, traînant derrière eux leurs lourds bagages. Certains ont fait le chemin à pied depuis la Cité sportive. D’autres ont pris leur mal en patience à l’intérieur de leur véhicule.

Mais l’exaspération était à son comble, relayée par des internautes en colère. « C’est ainsi que l’État humilie ses citoyens », lance un internaute sur Facebook, montrant la photo d’une femme traînant sa valise sur la route de l’aéroport. « Pour le sommet de l’échec, ils ont humilié le citoyen pour mendier quelques deniers dont ils se rempliront les poches », poste de son côté le collectif « Vous puez ! ». « Qui indemnisera les voyageurs qui ont raté leur vol, les travailleurs en retard et les malades en route pour l’hôpital ? » demande encore un troisième internaute. « Il ne fallait pas élire les mêmes », dit encore un quatrième. Faute de répondant, un internaute privilégie l’humour : « Franchement, pourquoi fermer les routes pour deux personnes ? Ils auraient pu se réunir à l’ABC. » Ou « par Skype », a ironisé un autre.

Mais y a-t-il des oreilles pour entendre et des responsables pour s’excuser ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Que c'est triste....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND L,ABRUTISSEMENT PREVAUT ON EN SOUFFRE ET PERSONNE DES OFFICIELS NE S,EN FAIT DE LA BILE...

TROLL & PSEUDONYMES

Le calvaire des Libanais ne connait aucun répit ! Il suffit d’avoir un peu d’imagination, par exemple effectuer des transports par hélicoptère entre l’aéroport, et le lieu du sommet, de toutes ces personnalités qui sont à l’origine de tant d’embarras de circulation. Il suffit de prévoir un hélisurface, ou autre zone d’atterrissage, et nous épargner le risque de perdre son temps, sa vie. Comment font les pompiers, les ambulances quand les routes sont bouchées… Il est temps que je prenne le pouvoir !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants