Dernières Infos

La Russie va remplacer les pistolets soviétiques Makarov

AFP
18/01/2019

La Russie va remplacer ses légendaires pistolets soviétiques Makarov au sein de l'armée et de la police au profit d'une nouvelle arme capable de fonctionner jusqu'à -70 degrés Celsius et de transpercer un gilet pare-balles à 100 mètres, a annoncé vendredi son producteur.

La production en série de ce nouveau pistolet, baptisé Oudav (serpent boa en russe) doit commencer au printemps 2019, et doit à terme permettre de remplacer le Makarov au sein de l'armée et de la police russe, indique dans un communiqué le conglomérat militaro-industriel public Rostec.

Le Makarov est un pistolet semi-automatique, utilisé depuis le début des années 1950. Il avait à l'époque remplacé le pistolet soviétique Tokarev.

"Le Makarov est l'arme personnelle principale des officiers des forces armées et de sécurité dans plusieurs pays de l'ancien pacte de Varsovie, ainsi qu'en Chine", souligne Rostec.

Récemment, la Russie a encore fourni 900 pistolets Makarov - parmi d'autres armes - à l'armée centrafricaine.

"Par son pouvoir destructeur, l'Oudav deviendra l'un des pistolets les plus puissants du monde", affirme Rostec, indiquant que sa cartouche d'un "calibre de 9x21mm" permettrait de transpercer des gilets pare-balle "à une centaine de mètres".

Le pistolet peut faire face à des "températures extrêmes entre -70 et +50 degrés", et des "conditions de désert aride, arctiques et d'humidité élevée", estime Sergueï Abramov, directeur industriel du groupe "Armes" de Rostec.

A terme, le pistolet Oudav sera également disponible dans des versions civiles et sportives, ainsi qu'à l'export.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué