X

Culture

La douce folie des Great Departed

Spectacle

C’est le grand retour sur scène du groupe Al-Rahel al-Kabir (The Great Departed).

Avec « Ayyam el-3ajab », ce groupe qui n’a pas sa langue dans sa poche revisite au Metro al-Madina* les grands standards poétiques... À sa façon, bien sûr.


17/01/2019

Après trente représentations de La Bombe au Metro al-Madina entre 2014 et 2016 et un album éponyme subventionné par Metro et l’association AFAC, les compères de The Great Departed (Al-Rahel al-Kabir) reviennent sur scène. Mercredi passé, c’était leur première soirée après une absence d’un an qui les a menés vers d’autres pays comme la Suisse, la Norvège et la Hollande... Mais c’était pour eux aussi la première représentation sans leur copain Imad Hachicho qui les a quittés un soir du mois de mars, tué dans un accident de voiture. La bande venait d’enregistrer la chanson Min ajl haza wa li haza dédiée à son copain Ziad Itani.


Il est où l’espoir ?

Malgré leur allure débonnaire à la limite désinvolte, il flotte un air de noirceur sur les compositions actuelles de la compilation Ayyam al-3ajab. Car il s’est passé bien des choses durant les années 2017 et 2018. La grisaille est due certainement au départ de Hachicho, mais pas que… La Bombe venait à la suite du printemps arabe qui s’est transformé en véritable hiver. Mais les années qui suivirent n’ont plus ramené aucun espoir dans leurs bras. De la guerre en Syrie aux flots de réfugiés sans abri, le sol arabe est désormais jonché de sang et de larmes. Néanmoins, Khaled Soubeih continue à composer musique et paroles tout en menant joyeusement son petit monde à la baguette. La soirée au Metro a l’allure d’une soirée entre potes. Il ne s’agit ni d’un concert ni d’un récital, mais simplement d’une réunion de copains qui invitent ceux qui désirent se joindre à eux pour faire la fête ou partager les peines. Et les peines, elles sont nombreuses. De la quête du bonheur (sorte de graal dans la région du Moyen-Orient) à la simple demande non d’un visa mais d’un exil, plus on est nombreux à en rire, plus la pilule passe vite. Si pour Mary Poppins un peu de sucre aide à ingurgiter le médicament, le groupe recommande de panser les blessures et d’adoucir les chagrins avec le rire. Naim el-Asmar et Sandy Shamoun (voix), Abed Kobaissy (bouzouki), Ali el-Hout et Ahmed el-Khatib (percussions et effets) ainsi que Samah Abou el-Mona rejoignent Khaled Sobeih pour chanter les amours, les déceptions et les désillusions, « loin de la politique », annoncent-ils. Mais est-ce bien vrai, que la politique est absente au tableau ?

The Great Departed, souvent combattu et même interdit sur iTunes pour n’être pas en accord avec les règlements que dicte la région, invente une chanson dénuée de toute connotation politique. « Il ne faut jamais étendre son linge aussitôt le cycle de lavage terminé », tel est le titre de cette chanson dont les paroles abondent dans la dérision et l’absurde. Mais n’allez pas croire qu’elles sonnent creux, car les sources d’inspiration de Sobeih ne sont pas des moindres. Aux chants religieux des deux siècles passés et aux paroles des grands maîtres de la musique arabe, notamment Sayed Darwich, Zakariya Ahmad, Riad el-Sonbati ou Mounir Mourad, viennent se greffer les changements dramatiques dans la région et le délire total dans les discours politiques qui donnent ce ton anachronique au spectacle. Le programme, sorte d’ovni dans la musique arabe dont la scénographie rappelle les maîtres soufis installés en arc de cercle, vous fait rire et pleurer à la fois. Avec ce groupe rebelle et novateur, le grand disparu n’est certainement pas la musique. Et surtout pas la poésie.

*Metro al-Madina,tous les mercredis à 21 heures, jusqu’au 13 février.


Lire aussi

Les Libanais doivent rire, avant qu’il ne soit trop tard...

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants