X

Diaspora

Un médecin franco-libanais membre du jury du prix Galien

Distinction

Le prestigieux prix international se délocalise pour la première fois au Sénégal : parmi les sommités mondiales de la médecine et de la recherche, le Pr Jean-Marc Ayoubi.

14/01/2019

Placée sous le thème de « l’éthique de l’innovation », la première édition du Forum Galien (2018) s’est tenue en Afrique au Cicad à Dakar, sous le patronage et en présence de Macky Sall, président de la République du Sénégal, qui a remis lui-même les prix aux lauréats de cette année. C’est la première fois que le prix se délocalise de New York vers un autre pays. Étaient présents des ministres de la Santé des pays de l’Afrique de l’Ouest, le secrétaire général des Nations unies, représenté par le secrétaire général adjoint pour la santé, Philippe Douste-Blazy, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom, la présidente de la Fondation Bill Gates pour l’Afrique. Il y avait aussi des professeurs intervenants de renommée internationale, notamment Jean-Marc Ayoubi (Université de Paris-Ouest), médecin français d’origine libanaise, membre du jury Galien, spécialiste dans la recherche en gynécologie-obstétrique et dans la reproduction et l’infertilité, ainsi que Madeleine Thompson (Université de Columbia), Sidy Ndao (Université de Lincoln) et des lauréats du prix Nobel de médecine…

Dédié à l’organisation de conférences de niveau mondial sur les enjeux de santé et d’environnement, le Forum Galien a réuni les grands experts du monde de la santé, des dirigeants de l’industrie et de la politique ainsi que des célébrités culturelles. Le programme portait sur la santé de la femme, son rôle dans les sociétés africaines, sur le financement de la santé, de la recherche et de l’innovation ainsi que sur le rôle des institutions internationales dans la promotion des échanges de médicaments…

Dans son allocution, le président du prix Galien, Bruno Cohn, a expliqué que « le prix Galien est bien plus qu’un prix : c’est un mouvement global qui a pour but de reconnaître et récompenser l’excellence dans l’innovation thérapeutique au service de la santé humaine ». « C’est aussi un réseau exceptionnel de scientifiques, qui inclut de nombreux Prix Nobel », a-t-il ajouté. « Notre rayonnement est mondial et notre engagement en faveur du progrès médical est concret, a-t-il poursuivi. Partout dans le monde, le prix Galien, créé en 1970, est considéré comme l’équivalent du prix Nobel de la recherche biopharmaceutique, puisqu’il reconnaît les réalisations exceptionnelles qui contribuent à l’amélioration de la condition humaine, grâce au développement des traitements innovants. »

Plusieurs lauréats en 2018

Dans son discours, le président sénégalais s’est dit « honoré d’accueillir à Dakar à l’occasion du prix Galien international, organisé pour la première fois en Afrique, des experts, praticiens et chercheurs, y compris des lauréats du prix Nobel de médecine ». « Le développement du savoir et du savoir-faire est à la base des progrès scientifiques, y compris dans les domaines des sciences médicales, pharmacologiques et biotechniques, a-t-il souligné. Nous sommes dans un monde où les échanges internationaux, font que certaines questions de santé publique, du VIH-SIDA, à la grippe aviaire, en passant par la maladie à virus Ebola, doivent être prises en charge de façon globale et intégrée. Où que nous soyons, nous sommes tous concernés par ces défis et nous devons travailler ensemble pour les relever. C’est ce que fait le prix Galien, en s’attachant à promouvoir la recherche, l’innovation et le développement des industries de la médecine et du médicament. »

À la clôture du forum, une cérémonie de remise des prix s’est déroulée au palais présidentiel, où le président Sall, avec la participation du président de la Fondation Galien, du jury Galien, présidé par le prix Nobel de médecine Françoise Barré-Sinoussi, et du Pr Jean-Marc Ayoubi, a décerné les prix Galien aux trois lauréats : le laboratoire Boehringer Ingelheim, pour un médicament qui réduit de moitié les maladies cardio-vasculaires dues au diabète ; le laboratoire Biogen, pour son nouveau médicament contre l’amyotrophie spinale ; et le laboratoire AAZ-LMB, pour le dépistage personnalisé du sida.

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.