Nos Lecteurs ont la Parole

Noël ! Joyeux Noël, bons baisers de Beyrouth !

Nadine NACCACHE
OLJ
10/01/2019

Comme une promise, Beyrouth a revêtu ses plus beaux atours en cette période festive.

Mais on a encore oublié de laver le corps encrassé de la grande dame et ses dessous puants. On a pourtant maquillé son beau visage de guirlandes lumineuses et de boules de couleur, on lui a appliqué un rouge à lèvres carmin, on l’a aspergée d’un parfum bon marché pour masquer ses mauvaises odeurs, et, telle une déesse, on l’a drapée de vert, de rouge et de blanc, et on l’a couverte d’or et d’argent.

Mais on a omis l’essentiel.

Parce que l’essentiel n’existe pas, ou du moins chacun a sa propre vision de l’essentiel.

Adulée et adorée autant que détestée et haïe, mille fois trahie, ruinée et humiliée, tes fils mille fois manipulés et bafoués, Beyrouth – grande dame, enlève ces bijoux de pacotille, déchire ce masque hideux, montre ton vrai visage et surtout reviens vers tes enfants perdus et désorientés qui ont besoin de toi.

Au lieu de pavoiser devant les télés locales dans leurs beaux costumes faits sur mesure, essayant de nous impressionner et de nous abreuver de mots auxquels on n’y croit plus depuis belle lurette. Ces messieurs pas responsables feraient mieux de « descendre » dans les rues et surtout dans les ruelles de la capitale pour avoir une idée plus précise de l’étendue du désastre.

Trottoirs défoncés, délabrés par ci et inexistants par là ; voiries nauséabondes à ciel ouvert, rues encombrées et mal entretenues, ruelles obscures et très sombres, routes effondrées et dissoutes, trous béants et aérés dans les chaussées, et quand il y a travaux, ils sont mal ou non indiqués... Bonjour les surprises. Câbles électriques inextricables qui pendouillent au-dessus des pavés. Quant aux éclairages publics, lampadaires et réverbères en majorité bornes ou éteints pour faute grave de non-entretien.

Inspecteurs, contrôleurs et ouvriers de la gestion et de la maintenance des routes sont des métiers à plein temps. Et non pas des hobbies qu’on exerce selon disponibilité et envie. Ici les techniciens incompétents et manfichistes qui travaillent en dilettantes, à la va-vite et ne se déplacent que « by appointment only », (la classe)… vous font désespérément baver pour les avoir dérangés et importunés pour si peu de choses ou alors ils sont aux abonnés absents.

Messieurs, un petit tour, une petite balade, sortez de vos maisons aseptisées et secouez la poussière de vos bottes, parce que votre manque flagrant de responsabilité nous agace. C’est un manquement au respect du quotidien des citoyens, ces mêmes citoyens que vous sollicitez souvent pour pouvoir exister. On ne veut plus de vos mensonges avérés et vos contrats blindés. Travaillez pour Beyrouth et les Beyrouthins. Beyrouth mérite le détour. C’est Beyrouth pour l’éternité. Beyrouth ne meurt jamais, pourtant tous ses rois sont mortels.


À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué